lundi 20 août 2018

La gouvernante


Dessin d’Eugène Reunier

– Vous étiez prévenue, Mademoiselle Longstone.
– Je suis désolée. Je demande à Madame d’avoir la bonté de bien vouloir me pardonner. Et je puis l’assurer que cela ne se reproduira plus.
– C’est tout de même la troisième fois que cela vous arrive.
– Je me suis laissé emporter. J’en suis absolument navrée.
– Vous avez eu à mon endroit des propos absolument inqualifiables. Et ce, en présence de ma fille, ma fille dont je vous ai confié l’éducation. Croyez-vous que ce soit acceptable ?
– Je regrette, Madame. Je regrette profondément. Mon caractère impulsif a pris le dessus.
– Et le prendra encore, sans aucun doute possible, si l’on n’y met bon ordre. On va donc y mettre bon ordre.
– Comment cela ?
– Une bonne correction, à la badine, donne généralement d’excellents résultats.
– Madame…
– À moins que nous n’envisagions des solutions beaucoup plus radicales. Que je ne décide de me passer de vos services.
– Je supplie Madame de n’en rien faire.
– Dans ces conditions… Eh bien, ne tergiversons pas alors… Mettez-vous en position !
– Dès à présent ?
– Bien entendu. Le plus tôt sera le mieux. D’autant que nous sommes seules. Angèle est chez ses cousines, mon mari à ses affaires.
– Il y a…
– Suzon ? À l’égard de laquelle vous vous comportez, fort souvent, de façon extrêmement offensante. Ce n’est pas parce qu’elle se trouve, ici, dans une position que vous estimez inférieure à la vôtre que cela vous donne pour autant le droit d’en user avec elle de façon ouvertement méprisante. Bon, mais allez ! Ne me faites pas perdre mon temps.
– Mais, Madame, elle va entendre !
– Eh bien, elle entendra.
– Madame ne peut pas m’imposer une telle humiliation.
– Qui ne fera que la dédommager quelque peu de toutes celles que vous lui faites subir au quotidien.
– Elle va se moquer.
– Assurément. Et c’est tant mieux. Ce n’en sera que plus efficace. L’apprénension des petits sourires entendus et ironiques dont elle ne manquera pas de vous gratifier dès ce soir vous dissuadera de retomber, à l’avenir, dans les mêmes errements. Allez, installez-vous ! Confortablement. Et mettez à découvert la partie de votre anatomie qui va faire l’objet de toute ma sollicitude. Là ! Parfait ! Vous êtes prête ?
– Je le suis.
– Alors, action !
– Ouille que ça fait mal ! Hou là là ! Hou là là ! Mais hou là là !
– Si vous hurlez de la sorte, il n’est pas douteux que Suzon va entendre. Qu’elle a déjà entendu.
– C’est si douloureux, Madame…
– Alors je vais faire preuve d’un peu de compassion à votre égard. Nous allons marquer une petite pause. Je vais sonner Suzon. Qu’elle nous monte du thé. Non, non, ne bougez pas. Restez comme ça ! Elle sera ravie.

11 commentaires:

  1. Encore un joli dessin classique... ah, le traversin! Une invention française fort utile à mon avis xDD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eugène Reunier ne fait pas partie des dessinateurs les plus connus. Ses œuvres ont pourtant, à mon avis, infiniment de charme et sont très expressives. Quant au traversin, on peut en faire en effet de multiples usages.

      Supprimer
  2. J'aurais plutôt dit un humour un peu cinglant, sourire, mais que j'apprécie énormément moi-aussi ! Et quelle savoureuse petite tranche d'humiliation : pour le coup, on aurait presque davantage envie d'être Suzon que Mademoiselle Longstone... enfin presque seulement hein ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Félicitations pour votre blog, que je trouve aussi plein d’humour tout court xD

      Supprimer
    2. Merci! La fessée ne doit pas forcément être triste. Ce serait un comble.

      Supprimer
    3. Pour le votre, c’est compris qu’il est positivement marrant, cher F-F... mais je voulais parler plutôt de celui d’AnonyMiss (lol)

      Supprimer
    4. Désolé pour la confusion. Le blog d'Anonymiss est effectivement un petit chef-d'œuvre d'humour subtil et décapant. Je m'y rends toujours avec infiniment de plaisir…

      Supprimer
    5. @ Panique et françois-fabien : merci, c'est très gentil. Je m'applique beaucoup à ne dire que des bêtises, à défaut d'en faire qui puissent être corrigées ! ;-)

      Supprimer
  3. Ah, il va leur en passer, par la tête, à toutes les deux! Et on peut supposer que leurs rapports, après cet épisode, ne seront plus jamais les mêmes. Quant à être l'une ou l'autre, on peut aussi être, tour à tour, et Mlle Longstone et Suzon… ;)

    RépondreSupprimer