Nombre total de pages vues

lundi 29 décembre 2008

La fessée de Valentine ( 3 )

- Oui… En fait t’en as assez, quoi !… Tu veux qu’on arrête… - Mais jamais de la vie !… J’ai jamais dit une chose pareille… Seulement reconnais que si on veut pas être la risée de tout le bureau… - Mais on s’en fout du bureau !… - Toi, tu t’en fous peut-être, mais pas moi !… - Tu proposes quoi alors ?… - Qu’on se voie plus du tout à midi… Ca nous évitera les sourires en coin et les regards pleins de sous-entendus… Ca deviendrait vite insupportable… On se retrouvera le soir… Pas systématiquement… De temps en temps… De toute façon il est plus que temps d’espacer nos séances parce qu’à force que ce soit tous les jours elles finissaient par devenir chroniques les marques… Mon mari aurait forcément fini par s’apercevoir de quelque chose…

Melissa a feint la surprise… - Tiens, t’es là, toi ?… T’as abandonné cette pauvre Valentine toute seule là-haut ?… C’est pas gentil, ça !… T’es un sans-cœur… Voilà ce que t’es… Elle s’est assise… - Ca t’ennuie si je déjeune avec toi ?… Ca sera quand même mieux que chacun dans son coin… Alors comme ça tu l’as plaquée ?… - Hein ?… Mais non !… Pas du tout… - C’est elle alors ?… - Mais qu’est-ce que tu racontes ?… Il y a jamais eu quoi que ce soit entre Valentine et moi… - A qui tu comptes faire gober ça ?… Tout le monde la connaît Valentine depuis le temps… Dès qu’un petit jeune lui passe à portée de main faut qu’elle le croque… Il y a pas de raison que tu fasses exception à la règle… Je suis là depuis plus longtemps que toi… Je pourrais t’en raconter des choses si je voulais…

- Alors ça y est !… Elle est arrivée à ses fins… - Qui ça ?… - Melissa… Vous vous quittez plus tous les deux… - Tu parles !… On déjeune ensemble… Et puis c’est tout… Point final… - C’est l’affaire de quelques jours… Dans une semaine tout au plus tu seras dans son lit… - Mais non !… Qu’est-ce que tu vas chercher ?!… - Oh, moi ça m’est égal, hein !… Tu fais bien ce que tu veux… Avec qui tu veux… Tu n’as pas de comptes à me rendre… Même si je verrais pas de gaîté de cœur que ce soit avec elle… - Ah oui ?!… Pourquoi ?… - Oh, pour rien… Disons qu’on a eu de gros différends toutes les deux… Et que c’est sûrement pas un hasard si elle a jeté son dévolu sur toi… Mais bon, on n’est pas là pour parler d’elle… Déjà qu’on n’a pas beaucoup de temps à nous…

Elle s’est redressée sur un coude… - Tu sais ce qu’il faudrait qu’on fasse ?… C’est qu’on parte quelque part ensemble tout un week end … - Mais ton mari ?… - Oh, mon mari !… J’arriverais bien à inventer quelque chose… Oui, il faudrait… Ca nous ferait le plus grand bien… Parce qu’on s’enroutine tous les deux… C’est plus ce que c’était… T’y prends déjà moins de plaisir, je le vois bien… Et moi aussi… J’ai beau essayer de me faire croire le contraire… Elle s’est levée, rhabillée… - Tu as gardé le contact avec le type de l’autre fois ?… - Non, mais je peux le rétablir… Ou nous trouver quelqu’un d’autre… - Comme tu veux… Mais fais quelque chose… Il faut absolument faire quelque chose…

Elle s’est docilement laissé bander les yeux… - Tu me demandes rien cette fois-ci ?… Tu me poses pas de questions ?… - Non… J’ai pas vraiment envie de savoir maintenant… Juste de m’abandonner… Et de laisser courir mon imagination… Tu me diras après…

La porte… - Alors ?!… Tu crois toujours que je te racontais des histoires… Que je voulais te mener en bateau ?… Non… Regarde !… Elle est bien là, tu vois… Et elle va recevoir, comme promis, une bonne fessée déculottée… Assieds-toi, si tu veux… Non ?… Tu préfères rester debout ?… Oui… Tu as raison : tu verras mieux… De tout près… C’est important la première fois qu’on assiste à un spectacle comme celui-là de ne pas en perdre quoi que ce soit… Bon, mais il est temps de passer aux choses sérieuses… De mettre à l’air ces délicieuses petites fesses toutes tendues d’appréhension… Là… Qui vont rougir comme elles l’ont mérité… Et Dieu sait si aujourd’hui elles l’ont tout particulièrement mérité… On ne va pas les ménager… Qu’elles s’en souviennent… Longtemps… Allez !…

Encore la porte… Elle n’a pas retiré le bandeau. Elle s’est voluptueusement pressée contre moi… - Comment c’est trop bon à rien voir comme ça dans le noir !… Avec juste tes mots et les mouvements autour… A pas savoir qui il y a… Où il est… Ce qu’il fait… Ce qui va se passer… C’est à rendre folle de peur, de honte et d’excitation… Dans mes bras elle a eu son plaisir presque tout de suite… Et encore… Et puis encore…

- C’était pas le même que la dernière fois, hein?… - Non, ce n’était pas lui… - C’était quelqu’un de ton âge ?… Un copain à toi ?… Tu le tutoyais… - Qu’est-ce qui te fait dire que c’était un homme ?… - Ah, c’était une femme ?… Une jeune ?… T’as fait sa connaissance comment ?… Aussi sur Internet ?… - Non, je la connaissais déjà… Et toi aussi… - Moi aussi ?… - Oui, tu la vois tous les jours… - C’est qui ?… Non, mais c’était pas elle !… T’as pas fait ça !?… C’était pas Melissa ?… - Peut-être que oui et peut-être que non… Mais reconnais que, si c’était elle, tu l’aurais pas volé… Après ce que tu lui as fait… La façon inqualifiable dont tu t’es comportée avec elle… - Ah, elle t’a dit… - Evidemment qu’elle m’a dit, oui… - C’était pas de ma faute… - Bien sûr que si… Et tu le sais très bien… Tu n’as aucune excuse… - Je lui ai demandé pardon… - Et tu crois que c’est suffisant ?… Sois honnête… - Non… - Non… En effet… Je lui ai soulevé le menton du bout du doigt… - Alors qu’est-ce qu’on va faire ?… Dis-le !… Dis-le, toi… - Tu vas me donner la fessée… Devant elle… - Oui… Ce n’était pas elle tout à l’heure… Ce n’était personne… Que toi et moi… Tous les deux… Tout seuls… Mais demain elle sera là… Pour ta plus grande honte… Et ton plus grand plaisir… - Oui…

2 commentaires:

  1. Je découvre vos mots ici et... j'adore... c'est excellent.
    Je reviendrai dès que j'aurai du temps...
    Merci

    RépondreSupprimer
  2. Une "veine" à laquelle je suis au moins autant attaché qu'à l'autre...
    Ravi que cela vous plaise... Et revenez quand vous voulez bien sûr...
    Bonne journée à vous...
    A bientôt...

    RépondreSupprimer