samedi 28 avril 2018

Carton rouge

Dessin de Kal

http://kalidwen.wordpress.com

http://fesseeo.net



– Ah, il y a foot… T’es pour qui ?
– Paris, bien sûr.
– C’est les blancs ?
– Non. Les blancs, c’est Madrid.
– Je suis pour eux alors. Chacun les siens comme ça !
Et elle a bruyamment manifesté son soutien, encourageant, du geste et de la voix, les joueurs espagnols. S’enthousiasmant de chacune de leurs offensives. Se prenant la tête à deux mains quand le tir de l’un ou l’autre d’entre eux passait au-dessus de la barre transversale.

À la mi-temps, elle est allée nous chercher deux bières dans la cuisine, est venue se rasseoir.
– Pourquoi il y a pas de buts ? C’est parce qu’ils sont nuls ?
– On peut voir ça comme ça.
– Ou bien alors, c’est parce qu’on les encourage pas assez. Si, sûrement que c’est ça ! Oh, mais alors là, ils vont voir… Jusqu’au stade, là-bas, on va m’entendre.
Et elle a tenu parole. Hurlant des encouragements à pleins poumons. Sautant à pieds joints sur le canapé. Insultant l’arbitre.
– Vendu ! Coquecigrue ! Cocu ! Eunuque !
Elle s’est approchée de l’écran, presque à le toucher, elle a relevé haut son maillot et… Ronaldo a marqué.
– Il y est ! Il y est ! T’as vu ça ? Je l’ai complètement déconcentré le goal. Il me matait les seins et, du coup, il regardait pas le ballon. Trop forte, la fille !
L’égalisation de Cavani l’a mise en rage.
– C’est pas mérité, attends ! Ils jouent comme des savates, les tiens ! J’espère qu’on les paye pas au moins ?
– Oh, une misère !
– Ah, tu me rassures. Bon, mais tu détournes mon attention, là. Fiche-moi la paix. Ils ont besoin de moi, mes blancs.
Et elle est retournée dans le match. Elle a vociféré, s’est époumonée. Levée. Rassise. Relevée. Elle a, une nouvelle fois, montré ses seins à l’écran et… Casemiro a marqué.
– Et là, pas calmé ? J’en fais ce que je veux de ce goal. Tout ce que je veux. Il en peut plus de me les voir, mes nénés. Ah, si, c’est ça, si ! Deux fois, tu vas quand même pas me dire que c’est une coïncidence !
J’ai rien dit du tout. J’ai attendu, désabusé, la fin du match et j’ai éteint la télé.

Elle est venue se blottir contre moi.
– T’es fâché ?
– Non.
– Si, t’es fâché. Je le vois bien. C’est parce qu’ils ont perdu ?
J’ai haussé les épaules.
– Parce que je les ai fait perdre ? Que c’est à cause de moi ?
– T’y es pour rien.
– Ah, ben si, si ! T’as bien vu. C’est grâce à moi les deux buts. Je suis désolée. Surtout que c’était des Français. Je me suis laissée emporter. Je le ferai plus la prochaine fois. Je te promets.
– Oui, oh, la prochaine fois… Ça risque de nous mener aux calendes grecques, ça.
– Punis-moi alors ! Mais si, punis-moi, allez ! Ça te fera du bien…
Elle a baissé sa petite culotte et elle est venue, d’elle-même, prendre place en travers de mes genoux.
– Allez, vas-y, tape ! Tant que tu veux. Aussi fort que tu veux.
Je ne me le suis pas fait répéter deux fois.

6 commentaires:

  1. Réponses
    1. Au prochain match du PSG en coupe d'Europe, peut-être… ;)

      Supprimer
  2. Fessée de plus ou de moins, ça n’empêche que Real est le plus grand club de l’Histoire xD

    Un grand salut de l’Ukraïne pour tous les habitués

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Attention! Il y a peut-être des Barcelonais qui traînent par ici ;)

      Un grand bonjour à l'Ukraine…

      Supprimer
  3. Beuh... pas le même genre; un fessier rouge sous le t-shirt blanc, c’est le top xDD

    RépondreSupprimer
  4. C'est vrai que ça fait ressortir les coloris…

    RépondreSupprimer