lundi 2 juillet 2018

Derrière les arbres

Carman. Trente ans.


– Il est là ?
– Bien sûr qu’il est là…
– Où ça ?
– Te retourne pas surtout ! Dans le bouquet d’arbres juste derrière. Il y a que là qu’on peut vraiment se cacher.
– C’est loin !
– Pas tant que ça. Et puis il aura pris sa longue-vue.
– Tu lui as dit quoi au juste ?
– Que t’avais mérité une bonne fessée. Et que je viendrais te la flanquer ici. Parce que là-bas, avec les voisins, c’était pas possible. On nous aurait entendues.
– Et alors ?
– Il m’a baisé la main. Et il m’a souri. « Je ne sais rien. Vous ne m’avez rien dit. »
– On le fait un peu attendre ?
– Oh, si tu veux…
Et on s’est allongées, côte à côte, un brin d’herbe entre les dents.

– Combien de temps ça fait ?
– Pas loin d’une heure. Il doit commencer à s’impatienter.
– Et si on reportait à demain ?
– Le pauvre ! Il serait horriblement déçu.
– Il n’en aurait que plus envie encore.
– À moins qu’il ne se décourage…
– Oui. Non, mais n’importe comment ça me démange trop que tu me la donnes.
– On y va alors ?
– On y va.
Et je me suis tournée sur le ventre.
Elle m’a lentement, très lentement, dénudé les fesses. Et elle a tapé. En prenant bien soin de rester sur le côté. Qu’il puisse jouir pleinement du spectacle. J’ai battu des jambes. J’ai enfoui ma tête dans l’herbe pour étouffer mes cris. Elle, elle tapait de plus en plus fort. De plus en plus vite. De plus en plus cuisant.
– Elles sont rouges ?
– Assez… Mais pas tant que ça quand même…
– Alors continue…
Elle ne s’est pas fait prier. À grandes claquées qui m’ont fait bondir du derrière, crier comme une perdue.
– Là ! Tu as ton compte, non ?
Je l’avais. Je me suis relevée. Reculottée.
– Il a dû se régaler, l’autre, là-bas, derrière.
– Et pas qu’un peu !
– Tu me raconteras ce qu’il t’a dit, hein ?
– Évidemment !

On a pris le chemin du retour.
– Et demain, c’est toi qui ramasses. Il y a pas de raison…
– Si tu veux.
– Peut-être qu’un jour il y aura pour de bon quelqu’un à nous regarder, là-bas, dans les arbres. Qu’on aura pas besoin de l’inventer.
– Ou beaucoup plus près. Un passant qu’on n’aura pas entendu arriver.
– Qu’est-ce qu’on fera ?
– Semblant de pas l’avoir vu.
Et on s’est prises en riant par la taille.

2 commentaires:

  1. Ça a même l'air d'être une habitude chez elles… Et il y a toujours le risque d'un promeneur de hasard. Mais n'est-ce pas au fond ce qu'elles espèrent?

    RépondreSupprimer