Nombre total de pages vues

lundi 21 octobre 2013

Le Centre ( 42 )





– Tu es une stagiaire très consciencieuse, Daphné… Très…
– J’ai toujours aimé les chevaux… Alors c’est un vrai plaisir, pour moi, de travailler ici avec eux… Avec vous…
– Je vois ça, oui… Mais de là à venir faire des heures supplémentaires la nuit… C’est vraiment pousser le zèle un peu loin, non ?
– La nuit ? Qu’est-ce que c’est que cette histoire ? Je comprends pas…
– Oh, si, tu comprends… Tu comprends même très bien…
– Mais non ! J’vous jure…
– Ben voyons ! Tu faisais quoi à une heure du matin dans la petite grange désaffectée derrière l’écurie ?
– Moi ?
– Toi, oui… Et un petit camarade à toi apparemment…
– C’est parce que…
– Je t’écoute…
– C’est pas facile à dire…
– Fais un effort…
– C’est parce qu’avec Damien on avait besoin d’être tout seuls tous les deux… Et on savait pas où aller pour pas que sa copine le sache… Alors je me suis dit que là…
– Ça devait pas être très confortable…
– On a fait avec… On est jeunes…
– Et puis ça a été du rapide, dis donc ! De l’ultra rapide… Trois minutes montre en main…
– J’ai pas regardé l’heure… J’avais autre chose à faire…
– Bon… Et maintenant si tu me disais la vérité ?
– Mais je vous l’ai dite… C’est ça…
– Tu sais très bien que non… Que si vous êtes venus ici cette nuit c’est pour tout autre chose…
– Ah, oui ? Et quoi alors ?
– Ce serait plutôt à toi de me le dire, non, tu crois pas ?
– J’en ai marre… Je commence à en avoir vraiment marre de toutes vos questions, là…
– Oui… Eh ben tu vas commencer par le prendre sur un autre ton, ma petite… Et ensuite me dire ce que c’était que ce paquet que vous êtes venus déposer cette nuit dans ma grange…
– On va l’enlever… On va l’enlever… Ce soir il y sera plus…
– Vous fatiguez pas… Il y est déjà plus…
– Hein ?! Mais il est où ?
– Entre de bonnes mains…
– Mais où ?
– À un endroit où il ne risque pas de nuire à la santé de qui que ce soit…
– Vous vous rendez pas compte ! Il y en a pour une fortune là-dedans…
– C’est le cadet de mes soucis…
– Vous en avez fait quoi ? Vous êtes pas allée aux gendarmes au moins ?
– Pas encore…
– Vous allez pas faire ça ?!
– Je sais pas… Ça va dépendre…
– De quoi ? On est cuits si vous y allez… On est bons pour la taule, ça, c’est sûr…
– Il fallait y réfléchir avant…
– Vous pouvez pas faire ça…
– Oh, que si ! Ce serait même mon devoir…
– On y touchera plus… Je vous jure qu’on y touchera plus…
– Oui, oh, alors ça…
– Si, c’est vrai, hein…
– Te fatigue pas !
– Vous allez aller nous dénoncer alors ?
– A priori, non… Je suis pas une balance… Mais, d’un autre côté, on ne peut pas laisser passer comme ça quelque chose d’aussi grave… Alors une bonne correction, au martinet, c’est encore ce qui, dans ton cas, me paraît le plus approprié…
– Oh, non ! Pas ça !
– Eh, si ! Maintenant c’est toi qui vois… Si tu préfères avoir affaire aux gendarmes…
– Et… on le récupèrera le paquet alors si vous me le faites le martinet… ?
– Certainement pas, non… Il n’en est pas question… Il ira – discrètement et anonymement – là où il doit aller… Bon alors ?! Tu te décides ? La correction ou les gendarmes ?
– Comme si j’avais le choix…
– Pas vraiment, non… Allez ! On va se montrer bien gentille… Bien docile, hein ?


1 commentaire:

  1. Maintenant la jeune fille ne réussira pas à éviter la fessée.

    RépondreSupprimer