Nombre total de pages vues

jeudi 18 juillet 2013

Escobarines: Les coulisses de la coupe du Monde ( 5 )

– J’étais un peu énervée hier…
– Ça, j’ai vu…
– Faut reconnaître aussi qu’apprendre comme ça, de but en blanc, que ton mari tambourine allègrement les fesses de ta meilleure amie alors qu’il se soucie des tiennes comme d’une guigne il y a de quoi l’avoir mauvaise ! Mets-toi à ma place…
– Et toi à la mienne… Parce que j’aurais pu rien dire… Tout garder pour moi… Mais non : j’ai l’honnêteté de te mettre au courant… Et tout le remerciement que j’en ai…
– C’est vrai… J’ai été un peu fort… Mais toi aussi… Parce que n’empêche que t’es entrée dans son jeu… Que tu l’as laissé te la donner la fessée… Alors c’est un peu facile, moi j’trouve, de se dédouaner en venant tout avouer après, la bouche en cœur…
– Tu te rends pas compte ! C’était impossible que ça ait pas lieu… Impossible…
– C’est toujours possible quand on veut…
– Pas là ! Pas là ! Je t’assure…
– Connaissant Vincent il t’a sûrement pas sauté dessus…
– Non… Bien sûr que non… C’était le contexte… D’en parler… Les questions qu’il me posait, tout ça… Ça coulait forcément de source après… Ça pouvait pas être autrement…
– C’est vrai – je suis bien placée pour le savoir – qu’il peut être redoutablement convaincant quand il veut… Mais c’est pas une raison… Non… Fallait résister… Refuser… Te défendre… Tu l’as pas fait… Alors t’as mérité que je te punisse… Reconnais que t’as mérité…
– Dans un sens, oui… Si tu veux…
– C’est pas si je veux… C’est que t’as mérité… Un point, c’est tout… T’as pas couché avec au moins ? Tu me jures ?
– Ah, non… Non… Je te jure… Ça, j’te jure…
– Bon, eh ben allez alors ! Je t’en mets une et puis on n’en parle plus… Allez, baisse ! Oui, mais plus que ça… Baisse, j’te dis !


– Ouche ! En tout cas ce qu’il y a de sûr, c’est que tu tapes nettement plus fort que lui…
– Ben oui, ça ! Forcément… Moi, j’ai des raisons… Pas lui… Bon… Et maintenant tu comptes faire quoi ?
– Comment ça je compte faire quoi ?
– Tu t’imagines quand même pas qu’il va s’arrêter en si bon chemin, non ? Maintenant qu’il y a goûté il va vouloir recommencer… Forcément…
– Peut-être, oui…
– C’est pas peut-être… C’est sûr… Et toi, qu’est-ce tu vas faire ?
– Ah, oui, non, mais non… Il en est plus question…
– Tu parles…
– Si, c’est vrai, hein, je t’assure…
– T’en crèves d’envie pourtant…
– C’est pas une raison…
– Oui, oh… Tu sais quoi ? Tu veux que je te dise ? Eh ben comment ça l’avait excité Vincent de te donner la fessée… Deux fois coup sur coup j’y ai eu droit hier soir alors que ça faisait des mois et des mois qu’il m’avait pas touchée…
– Si je comprends bien, ce que t’es en train de me dire…
– C’est qu’il y a certains petits services qu’on peut se rendre entre femmes, surtout si tout le monde y trouve son compte…
– Vu comme ça…
– Comment on serait complices toutes les deux !
– Déjà que…
– Tu me le prépares et je tire les marrons du feu… Ça me convient, moi… Pas toi ?
– Ben…
– T’auras ton comptant de fessées… C’est pas si mal, non ?
– Oui, mais…
– Tu prétends quand même pas coucher avec Vincent ?
– Non… Non… Bien sûr que non…Mais que tu me rendes la pareille…
– Comment ça ?
– La même chose avec Sylvain… Tu te débrouilles pour qu’il te claque le cul et moi j’en profite au lit…
– Sylvain ?! Jamais j’y arriverai… Tu veux que je fasse comment ?
– Comme moi… Tu laisses traîner un truc sur ton ordinateur… Tu l’attires sous un prétexte quelconque et tu vois ce que ça donne… Ce serait bien le diable que ça le fasse pas…   

    

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire