Nombre total de pages vues

jeudi 11 juillet 2013

Escobarines: Les coulisses de la Coupe du monde ( 4 )

– Elle est finie la Coupe du Monde…
– Oui, ben ça j’avais remarqué, merci…
– Et t’as pas peur ?
– Peur ? Peur de quoi ?
– Que Vincent… Parce que tu passes le plus clair de ton temps avec Max et Sophie… T’es quasiment plus jamais chez toi… Ça mettrait la puce à l’oreille de n’importe qui…
– Oui, oh, mais Vincent…
– Il te pose pas de questions ?
– Aucune… Ça l’arrange même plutôt que je dégage… Il peut tapoter en paix sur son ordinateur comme ça…
– Comme moi Julien… Pareil… Exactement pareil… C’est les deux mêmes… Bon, mais t’oublies pas, hein ?
– J’oublie pas quoi ?
– Ce que tu m’as promis… De me les faire rencontrer Max et Sophie…
– Ah, oui… Oui… C’est vrai… Bien sûr… Je vais leur en parler… Je te dirai…

– Alors ? Ils ont dit quoi ?
– Que… À vrai dire le temps passe tellement vite quand on est ensemble…
– Que t’as encore zappé… Bon, mais ça fait rien, va… Laisse tomber…
– Mais non… Non… Demain je leur en parle… Demain sans faute…
– Laisse tomber, j’te dis ! J’ai compris… T’as pas du tout envie de me voir débouler là-dedans… C’est normal dans un sens… C’est votre histoire à tous les trois… Je serais de trop maintenant… Je serais forcément de trop…
– Je t’assure que non… Que…
– Te fatigue pas ! De toute façon je suis sur un coup, là…
– Ah, oui ?! Qui ça ?
– Comme toi au début… Un type sur Internet… Jeudi normalement on doit se voir…
– Super… Tu me raconteras…

– Tu l’as vu ?
– Tu parles ! Un beau mickey, oui ! Deux plombes j’ai attendu au Trocadero… Pour rien… Il s’est pas pointé…
– Il a peut-être eu un empêchement… T’as regardé tes mails ?
– Évidemment que je les ai regardés… Il y a rien… J’aurai pas de nouvelles… Le fantasmeur de base, oui ! Qui, si ça se trouve, était planqué dans un coin à saliver de me voir faire le pied de grue…
– Te décourage pas ! C’est pas parce que t’es tombé sur un type qu’assure pas que tous les autres…
– Oh, je sais bien ! Mais je trouverai… T’inquiète pas ! Je trouverai…

– Faut qu’on parle, Mylène…
– Qu’est-ce qu’il y a ? Ça y est ? T’en as reçu une ?
– Oui, mais…
– Oh, je suis contente ! Que je suis contente pour toi ! Fais voir !
– Non, attends ! Faut que je te dise…
– Montre ! Montre d’abord ! Tu raconteras après… Ah, oui, dis donc ! Oui… Il a pas fait dans la dentelle le type… T’as apprécié, je suppose… Bon, mais alors dis-moi… Il est comment ? Il est beau mec ? Il a quel âge ? Sur un forum tu l’as rencontré ?
– Oui… Non… C’est pas de ma faute… Je t’assure… C’est pas de ma faute…
– Qu’est-ce qu’est pas de ta faute ? Qu’est-ce que tu racontes ?
– Non, mais c’est vrai, hein ! C’est parce que j’avais oublié un truc sur le feu dans la cuisine… Je me suis précipitée… Et du coup je l’ai laissé tel quel l’ordi avec, en gros plan, la photo d’une fille qui venait de s’en prendre une… Je pouvais pas savoir qu’il allait venir frapper…
– Mais qui ça ?
– Ben lui… Il cherchait après toi… Il croyait que t’étais là…
– T’es quand même pas en train de me dire que c’est Vincent qui t’a… Mais t’es une vraie salope !

– C’est pas moi, j’te dis… Il a vu l’écran… Il a rigolé… Et il m’en a collé une…
– Il s’est jeté sur toi comme ça… Sans crier gare… Ben voyons !
– Non… On a discuté d’abord…
– Vous avez discuté… Ce qui veut dire, quand on sait lire entre les lignes, que tu l’as allumé tant que t’as pu…
– Sur ce que j’ai de plus sacré au monde…
– À d’autres… J’te connais… Et évidemment vous avez couché…
– Je te jure que non…
– C’est dégueulasse… T’es dégueulasse… On est amies… J’te fais confiance…  Et t’en profites que j’ai le dos tourné que pour me faire cocue…
– Parce que tu le fais pas cocu, toi, peut-être ?
– Tu peux quand même pas comparer…
– Ah, oui ? Et elle est où la différence ?
– Si t’es pas capable de la voir je peux pas grand-chose pour toi… Oh, mais vous allez me payer ça ! Je peux te dire que tu vas me payer ça…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire