Nombre total de pages vues

jeudi 25 avril 2013

Escobarines: La maison aux volets bleus ( 1 )


12 Mai

Fallait bien que ça finisse par arriver. J’ai de nouveaux voisins. La maison juste à côté, celle aux volets bleus. Un couple. Des jeunes. C’en est fini de ma tranquillité. Oh, mais un conseil : qu’ils s’avisent pas de venir piétiner mes plates-bandes. Parce qu’alors là ils auront affaire à moi…


15 Mai

J’en sais un peu plus sur eux. Lui, il est représentant. Une marque de chocolat. Souvent en déplacement. Et elle, elle fait rien. Absolument rien. Elle se pavane à longueur de journée. Je l’ai observée tout-à-l’heure, par la fenêtre du grenier, pendant qu’elle étendait son linge. Une pimbêche. Une vraie pimbêche. Le genre tête à claques. Ah, je suis bien tombée, on peut pas dire…


18 Mai

On s’est trouvées toutes les deux nez à nez sur le trottoir. Je sortais de chez moi. Donc… donc elle ne pouvait pas ignorer qui j’étais. Elle a dit bonjour, oui, mais faut voir comment. À croire que ça lui arrachait les lèvres. Et elle a filé. Sans un mot. Rien. Toi, ma petite, fais attention. Fais bien attention. Parce que si tu veux jouer à ce petit jeu-là avec moi…


22 Mai

Ils sont venus. Tous les deux. Se présenter. On peut dire ça comme ça. Ils sont restés quoi ? Une demi-heure à tout casser. Lui – Yoan – c’est quelqu’un d’intéressant. Avec de la conversation. Mais alors elle – Gwendoline elle s’appelle – elle a pas desserré une seule fois les dents. Et elle s’emmerdait ostensiblement. Je la sens pas celle-là. Non, je la sens pas. Quelque chose me dit qu’elle est tordue. Tordue, fausse et sournoise. J’ai tout intérêt à me méfier. Et pas qu’un peu…


25 Mai

Je le savais bien – j’en étais sûre – qu’avec elle il y avait anguille sous roche. Un type, un jeune, qui s’est faufilé, ce matin, dans la maison par derrière… En prenant mille précautions… Et qui n’en est ressorti que sur le coup de six heures du soir… Faut croire que quand le chat n’est pas là les souris dansent…


27 Mai

Il est revenu ce matin. Toujours par derrière. Et toujours en se dissimulant. J’ai voulu en avoir le cœur net. Un petit tour dans leur jardin. Sous la fenêtre de la chambre à coucher. Si elle m’avait surprise j’aurais bien trouvé quelque chose. Mon chat. Ou, venant de chez eux, une inquiétante odeur de brûlé. N’importe quoi. J’aurais trouvé. Mais, de toute façon, ils étaient beaucoup trop occupés pour s’apercevoir de quoi que ce soit. Ah, c’était édifiant ce que j’ai entendu, on peut pas dire… Cocu jusqu’aux yeux il est ce pauvre Yoan…


29 Mai

Il gare sa voiture sur le parking du Super Marché. Ni vu ni connu. Sauf que… pas folle la guêpe. Et c’est pas aux vieux singes qu’on apprend à faire la grimace. J’ai relevé le numéro. Ça peut servir. On sait jamais…


1er Juin

Qu’est-ce qu’elle fabriquait, là, au fond du jardin, à faire des mines, un bouquet de fleurs à la main ? Oh, j’ai vite compris… L’autre, il était là-haut, à la fenêtre, en train de la photographier sous toutes les coutures… Dissimulé dans les rideaux… Même pas le courage de… Ils me prennent vraiment pour une imbécile, hein !


2 Juin

Je suis tombée sur elle. À la boulangerie. Alors ? Elle s’habituait ? « Oh, oui… Oui… » Oui, hein ? Oh, pour ça on pouvait pas dire, le quartier était tranquille… « Mais passez ! Passez prendre le café! Vous êtes très occupée, je sais, mais un petit moment à discuter entre voisines ça peut pas faire de mal… » Je suis contente de moi : mon  « Vous êtes très occupée » a eu son petit effet. Elle a imperceptiblement marqué le coup… Ah, elle a pas fini de s’interroger : qu’est-ce que j’ai bien pu vouloir dire ? Et de se demander ce que je sais au juste… Une chose est sûre en tout cas… Elle viendra… Elle viendra pour en avoir le cœur net…    

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire