Nombre total de pages vues

jeudi 11 avril 2013

Escobarines: Aglaé et Valentine ( 4 )


– Qu’est-ce que… ? Ah, c’est toi, Ugo… Tu m’as fait peur… T’as oublié quelque chose ?
– Oh, non… Non… Je voulais juste savoir ce que t’en avais pensé de tout ça… Parce que j’ai été généreux, avoue ! À deux fessées elle a eu droit devant toi …
– J’ai vu, oui…
– Et la deuxième… Reconnais que la deuxième…
– Ça !
– Tu as aimé ?
– Oui… Non… Enfin, je…
– Tu as adoré, oui… Je te surveillais, mine de rien, tu sais… Ça t’a mise dans un état ! Parce que c’était à cause de toi qu’elle la recevait ? C’est ça, hein ?!
– Je pensais pas… J’aurais pas cru…
– Mais tu sais que c’est pas bien du tout de se réjouir comme ça du malheur de ses petites camarades ?
– Ben oui, mais…
– Et que tu mériterais d’être punie pour ça…
– Oh, non, hein, non…
– Et pourtant…
– Oui, mais non… Non…
– Et pourquoi ?
– Parce que… Non…
– Oui, mais imagine… Ce soir elle rentre Aglaé… « Salut… » « Salut… » Toi, là-dessous, tu es encore toute chaude d’une fessée toute neuve… Et c’est moi qui te l’ai donnée… Elle, elle est à cent mille lieues de se douter… Elle va… Elle vient… Elle vaque à ses occupations… Elle te raconte sa journée… Elle ne sait pas… Et toi, tu jubiles… À l’intérieur tu jubiles littéralement…
– Tais-toi !
– Ça te tente, avoue ! Terriblement…
– Mais jamais de la vie, enfin ! Qu’est-ce que tu vas chercher ?
– Ben voyons ! Tu peux, bien entendu, t’en tenir là, te contenter de savoir, toi, mais ce que tu peux aussi faire…
– S’il te plaît… S’il te plaît…
– C’est te débrouiller, d’une façon ou d’une autre, pour qu’elle se rende compte… Pour qu’elle se pose des questions… Pour qu’elle t’en pose… Tu nieras… Évidemment… Farouchement… Tu t’es fait ça toute seule… Ou bien tu as rencontré quelqu’un, toi aussi… Il y a pas de raison… Elle ne te croira pas… Cousu de fil blanc… Trop belle la coïncidence… Elle me demandera à moi… Qui nierai aussi… Non, mais qu’est-ce que c’est que ces histoires ! Elle est vraiment pas bien, hein, d’aller se mettre des idées comme ça dans la tête…
– Tu es…
– Démoniaque, c’est ça ? C’est ce que tu penses ?
– Non, mais…
– Perspicace alors plutôt ? Oui, hein ? Perspicace…
– Laisse-moi, Ugo, va ! Je t’en prie… Laisse-moi ! Va-t-en…
– Comme tu voudras… Pas de problème… À bientôt…

– Allo, Ugo ? C’est moi, Valentine…
– Oui… Qu’est-ce qui t’arrive ?
– C’est compliqué… C’est difficile à dire…
– Tu as changé d’avis…
– Non… Enfin si… Oui…
– Et tu voudrais que je vienne…
– Oui… Oui, mais pas tout de suite… À six heures elle rentre… Alors si juste avant ça pouvait être… Juste avant qu’elle arrive…
– Oh, mais tu as, toi aussi, d’excellentes idées, dis donc…

– Qu’est-ce que tu dois penser de moi…
– Beaucoup de mal…
– J’ai honte… Non, mais comment j’ai honte…
– Ça n’en sera que meilleur…
– Toute l’après-midi j’y ai pensé… Toute l’après-midi j’ai essayé de m’empêcher… Mais bon… J’ai pas pu…
– Et tu m’en vois ravi…
– Bon… Mais faudrait peut-être… Parce que si on tarde trop…
– Je suis à ton entière disposition…
– Eh bien allez alors ! Mais… tu m’en donnes vraiment une vraie, hein ! Que ça fasse mal…
– C’est bien ce que je comptais faire…


– Ça rend bien… Très très bien… Je suis pas mécontent de moi du tout…
– Bon… Mais vas-y maintenant… Pars ! Elle va arriver… Pars ! Je te raconterai…  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire