Nombre total de pages vues

lundi 7 janvier 2013

Le Centre ( 1 )


On était une cinquantaine. Des hommes. Des femmes. Rassemblés sur le terre-plein devant la grande bâtisse...
Elle m’a souri… Une petite femme rousse… Tout de blanc vêtue… Elle s’est avancée vers moi…
– Qu’est-ce tu regardes ? Le bâtiment ? C’est vraiment une prison, tu sais… Enfin une ancienne… Désaffectée… Mais une prison quand même… J’aime bien cette idée, moi, qu’il y a vraiment eu des gens un jour enfermés là-dedans… T’es nouvelle, hein ?
– Oui…
– Je sais pas pourquoi je te demande… Forcément que t’es nouvelle puisque je t’ai encore jamais vue ici… Moi, c’est Laëtitia… Et toi ?
– Eugénie…
– T’appréhendes pas trop ?
– Un peu quand même, si ! Mais d’un autre côté…
– D’un autre côté personne t’a forcée… Et si t’es ici, c’est que t’as voulu y venir… Pourquoi, si c’est pas indiscret ?
– Oh, à cause de tas de trucs qui vont pas chez moi… Que je voudrais bien changer, mais j’y arrive pas… Toute seule j’y arrive pas… S’il y a pas quelqu’un pour m’obliger… Alors je me suis dit que peut-être…
– Et t’as eu raison… Ici on saura… C’est très efficace… Moi, ça m’a transformée d’une force…
– Et c’est pour ça que tu reviens…
– Oui… Enfin non… Maintenant ce que j’apprécie plutôt – ce dont j’ai besoin – c’est de m’abandonner totalement… J’obéis… Sans chercher à comprendre… Sans jamais protester… Je me laisse punir si on estime que je l’ai mérité… Comme on estime que je l’ai mérité… Je n’ai plus aucune volonté propre… Et tu peux pas savoir quel bien ça fait quand, comme c’est mon cas, on ploie, tout le reste de l’année, sous les responsabilités…

– Chut ! Silence ! Taisez-vous !
Un petit homme chauve venait d’apparaître, sur le perron, une liasse de papiers à la main…
– Je vous souhaite à tous la bienvenue… Et espère que votre séjour ici sera des plus fructueux…
Et il a fait l’appel… À tour de rôle on montait là-haut… Il nous serrait la main et une secrétaire nous remettait une enveloppe à notre nom…

– Ben ouvre-la ! Fais voir… T’es dans le groupe rouge… Comme moi… On est ensemble…
– Tant mieux ! Mais ça veut dire quoi « groupe rouge » ?
– Ça veut dire qu’on est toutes sous l’autorité des hommes du groupe bleu… De l’autre côté ce sera exactement l’inverse : les hommes du groupe jaune devront l’obéissance la plus totale aux femmes du groupe vert… Et après... Dans quinze jours… Je t’expliquerai… Mais viens ! Faut qu’on aille s’installer maintenant…

Une vaste pièce sous les combles… Une rangée de boxs fermés par un simple rideau… Le premier était libre… On s’y est engouffrées… Deux lits… Deux armoires… Dans lesquelles on a entassé nos affaires… 
Une sonnerie – stridente – a retenti…
– Viens ! Dépêche-toi ! Faut pas les faire attendre… Ils ont horreur de ça…
On est sorties… Les autres filles aussi… Et tout le monde s’est rangé, chacune devant son box, mains sur la tête…
Un brouhaha… Qui a débouché en haut de l’escalier… Des hommes… Une dizaine… De tout âge… Des hommes qui nous ont tranquillement passées en revue tout en continuant à bavarder entre eux… Dans un sens… Dans l’autre… Qui ont recommencé… Ils se sont arrêtés à notre hauteur… Il y en a un qui a tendu la main… Qui a soulevé, en souriant, le menton de Laëtitia du bout du doigt…
– Tiens, tiens, tu es là, toi… Tu avais pourtant juré tes grands dieux, l’an dernier, que tu ne reviendrais pas… Non ?
– Si…
– Tu as donc menti… Une fois de plus tu as menti…
– Mais non, mais…
– Et tu nies l’évidence… En plus ! Tu as menti… Reconnais-le au moins…
– J’ai menti, oui… J’ai menti…
– Et tu sais quel traitement on inflige, ici, aux petites menteuses…
– Je sais, oui…
– Alors… Alors on va montrer à ses petites camarades qu’on est très très obéissante… Et on va commencer par dégrafer sa jupe… Là… Très bien… Et maintenant on baisse gentiment sa petite culotte… Et les yeux aussi… Allez ! Allez, j’ai dit…



La culotte, elle l’a baissée… Mais elle a soutenu son regard…
– T’as compris ce que je t’ai dit ?
Les yeux dans les yeux, elle n’a pas calé… Elle n’a pas cédé…
Il a cinglé… À pleines fesses… Un coup… Deux coups… Trois…
Elle a tenu bon…
Une volée de coups…
Elle a crié… Baissé les yeux…
– Qu’est-ce qu’on dit ?
– Merci…

3 commentaires:

  1. Et pour ceux qui souhaiteraient savoir ce qui se trame de l'autre côté, entre les femmes du groupe vert et les hommes du groupe jaune, c'est là que ça va se passer... À partir de mercredi matin:
    http://autresfessees.blogspot.com/

    RépondreSupprimer
  2. Quel regard! merveilleux dessin!très joli texte( comme d'hab.):D
    Cher François , je te souhaite une belle nouvelle année, pleine d'imagination, et beaucoup de bonheur dans ta vie privée. Plein de bisous

    RépondreSupprimer
  3. Merci, Emma... À toi aussi je souhaite une excellente année toute pleine de tout ce que tu peux souhaiter... Et riche de ces merveilleux dessins dont tu as le secret...

    RépondreSupprimer