Nombre total de pages vues

lundi 10 décembre 2012

Les confidences de Camille ( 16 )


Ma chère Camille,

Clara tournait en rond comme une lionne en cage… « Mais qu’est-ce qu’il fout ? Qu’est-ce qu’ils foutent ? Presque trois semaines ça fait… Et pas un signe… Rien… Tu vas voir que ça va leur être complètement passé d’idée… Qu’on va plus jamais entendre parler d’eux… Si seulement j’avais ses coordonnées à elle… Que je sache au moins ce qui se passe… Si je peux garder espoir… Mais non ! Tu crois que j’ai pensé à les lui demander ? Je suis en-dessous de tout… Il y a des fois je suis vraiment en dessous de tout… »

Ça a pourtant fini par arriver… Près de six semaines plus tard… « Je t’attends dimanche… On VOUS attend dimanche… À l’endroit habituel… Damien… » Elle était folle de joie… « Et c’est lui qu’a écrit… C’est lui ! Pas elle… Lui… Tu te rends compte ? Je suis heureuse… Tu peux pas savoir ce que je suis heureuse… Je vais le revoir… Il va me donner une fessée… J’ai envie… Oh, comment j’ai envie… »

« Ça y est ? T’es prêt ? On y va ? » « Hein ? Mais midi il est… Il a dit quatre heures… » « Oui, mais on sait jamais… On peut tomber en panne… Avoir un accident… N’importe quoi… Je peux pas courir ce risque… Je veux pas… » Et on a fait le pied de grue… Deux heures au café en bas… Et une demi heure dans la chambre… « Pourvu que ça se passe bien… » « Il y a pas de raison… » « Oh, si, il y en a des raisons… Si ! Parce que ce que je veux, ce que je voudrais, c’est lui donner envie que tout soit comme avant… Lui et moi… Sans elle… »

Oui, ben ça c’était mal parti parce que… elle était toute seule la fille… « Il est pas là Damien ? Il va arriver ? » Elle a haussé les épaules… « Oh, alors ça ! C’est pas gagné… Il y a une heure encore il savait pas ce qu’il allait faire… Peut-être qu’il viendra… Et puis peut-être qu’il viendra pas… » « Mais c’est pas possible ça enfin ! » « Ah, ben si, c’est possible ! Si ! La preuve ! » « Il se fiche de moi… Non… Mais alors là cette fois il se fiche de moi… » « Non, mais dis donc ! Qu’est-ce tu crois ! Pour qui tu te prends ? C’est toi qu’es demandeuse… C’est pas lui… Alors si ça te convient pas… » « Hein ? Ah, mais si ! Si ! Très bien… Si… Je m’excuse… »

Et on a attendu… Un quart d’heure… Une demi-heure…  Le portable de la fille a sonné… « C’est lui !... Allo… Oui… On est là, oui… Tous les trois… Ah bon ? Comme tu voudras… Il viendra pas… Pas aujourd’hui… » Clara a tendu la main… « Passe-le moi ! » La fille a fait signe que non… Non… « Il veut pas te parler… Il dit qu’il a rien à te dire… Et que pour te donner la fessée le petit jeune que t’as amené fera très bien l’affaire… Aussi bien que lui… » « Hein ? mais ça va pas, non ! Il est pas bien ! Ah, non ! Non ! Alors ça non il n’en est pas question… » « Il rigole… Il dit que c’est ce qu’on va voir… Qu’il veut entendre ça… Et qu’il va l’entendre… Parce que sinon tu le reverras jamais… Jamais… « Et si ? » « Alors oui… Peut-être… Sûrement… » « Quand ? » «  Il verra quand… Il te dira… Mais sinon… »

Elle ne m’a pas regardé… Elle a relevé sa robe… S’est approchée… C’est la fille qui l’a poussée… Fait pencher en avant… « Bon… Ben vas-y, toi ! Qu’est-ce t’attends ? Mais déculotte-la d’abord ! Non, mais quel empoté tu fais ! Là… Et tape maintenant ! Tape ! » Elle a approché le portable… Tout près… « Mais tape, bon sang ! Tu fais semblant, là… Tape ! Qu’il entende ! » Il a entendu… Claquer… Gémir… Se plaindre… Crier… Et elle nous a plantés là… « À bientôt… Peut-être… » Et elle a éclaté de rire…

Clara s’est relevée… « Ouche… T’as pas fait semblant, dis donc… » Rhabillée… « Je suis désolé, mais il fallait… Si on voulait que Damien… » « Oui, oh, Damien… Tu sais ce que je me demande ? C’est s’il était vraiment au bout du fil… Si elle a pas inventé ça de toutes pièces… » « Je me suis aussi posé la question… Mais pourquoi elle aurait fait ça ? » « Parce que pour Damien, quoi qu’elle en dise, quoi qu’elle ait tenté, ce serait définitivement niet… Il voudrait plus me voir… Mais elle, elle aurait envie de continuer à s’amuser à mes dépens… »  « On peut pas vraiment savoir… » « On peut pas, non… Et dans le doute… Même s’il ne me restait qu’une infime petite chance je ne pouvais pas ne pas la saisir… Tu comprends ? » Je crois bien qu’il va falloir que vous finissiez, malheureusement, par vous faire une raison… » Elle n’a pas répondu… Elle a marché vers la porte… Elle avait les larmes aux yeux…

À bientôt…

Je vous embrasse, Camille…

FLAVIAN    

1 commentaire:

  1. C'est triste comme histoire, peut être qu'elle disait vraie, mais on ne le saura jamais à moins que...

    RépondreSupprimer