Nombre total de pages vues

lundi 16 juillet 2012

Un mariage ( 15 )


– Pareil que l’autre fois ça me refait… Exactement pareil… Ce que je me sens proche de vous quand vous l’avez reçu le martinet ! Bien plus que n’importe quand… Même que ce soit pas moi qui vous l’ait donné ce coup-ci… Que ce soit Delphine… Comment vous expliquez ça ? Vous savez pas ? Oui, oh, on s’en fiche n’importe comment de comment ça s’explique… C’est pas ça l’important… L’important, c’est qu’on ait ça pour nous retenir ensemble tous les deux… Parce que sinon ! Sûrement qu’on finirait par se séparer à force… Vous croyez pas ? Il y en aurait tout un tas des raisons… J’y pense des fois… Et je me dis que si on l’avait pas le martinet…
Elle a tapoté son oreiller… L’a remis en place… S’est confortablement installée, tournée vers moi…
– En douce que comment elle a aimé ça vous le donner Delphine tout à l’heure ! Vous, vous pouviez pas voir… Évidemment… Mais moi, si ! Tout son cœur elle y mettait… Ah, elle y allait ! Faut dire aussi que c’est un peu normal… Quand on sait tout ce qu’ils lui ont fait subir les mecs, c’est forcé que s’il y en a qui lui tombe un entre les pattes il morfle pour les autres… Je regrette pas de lui avoir laissé ma place en tout cas… Ah, non alors ! Parce que… Un vrai plaisir c’était de la voir faire… Presque plus que de le faire moi-même… Oui… Si… Carrément plus même… Et de loin… Et vous ?
– Moi ?
– Ben oui, vous ! Qu’est-ce que vous avez aimé le mieux ? Que ce soit elle ce soir ou moi l’autre jour ?
– Elle… Parce que – tu viens de le dire – c’est ce que toi, tu as préféré…
– Je vous adore par moments, mais en même temps je vous déteste autant que je vous adore… Parce que plus agaçant que vous tu meurs… Bon… En attendant pas de magasin demain… Elle se débrouillera toute seule Delphine… Elle a pas besoin de vous n’importe comment… Non… Demain vous êtes à moi…  Comme l’autre fois… Les lendemains de martinet vous devez toujours être à moi… Complètement… Toute la journée… Vous m’emmènerez au restaurant… Et puis après au magasin de lingerie on ira… Ah, oui, à propos… Je vous l’ai dit que j’y étais retournée ? Toute seule… Non ? Vous êtes sûr ? Je croyais… Ben j’y suis retournée… Plusieurs fois… J’ai le temps dans la journée… J’ai que ça à foutre… Elle est géniale comme fille Lydie… Absolument géniale… Comment on a sympathisé toutes les deux ! De tout on se parle… Tout je lui raconte… Pour vous aussi je lui ai dit…
– Tu lui as dit ? Tu lui as dit quoi ?
– Ben tout… Comment c’est ensemble tous les deux… Que tout ce que je veux je peux vous faire faire… Tout ce que j’ai envie… Et que même, des fois, je vous le donnais le martinet… Elle voulait pas le croire… « Tu lui fais pas ça quand même ? » « Ben si ! Si ! Oh, mais tu verras… Je te montrerai la prochaine fois… » On y passera demain… C’est le jour ou jamais… Parce que vu les marques que vous avez… Ah, elle a tapé Delphine… Elle a pas fait semblant… Non, mais comment je vais aimer qu’elle voie ça Lydie ! Pas vous ? Si, hein que vous allez aimer… Pour me faire plaisir…  
Elle est venue se blottir contre moi… A posé une main sur mon torse… L’autre sur mes fesses…
– Non, mais comment elles sont chaudes… Brûlantes… C’est de la folie…
Elle en a longuement dessiné les contours… Les a pinçotées… Piquetées du bout de l’ongle…
– Et si je vous en remettais une autre par-dessus ? Après tout ç’aurait été à moi de le faire tout à l’heure… 
Elle y a lancé une petite tape …
– Vous n’avez pas le droit…
Une autre… Plus fort…
– D’essayer de la voir toute nue Delphine… Vous n’avez pas le droit…
D’autres… De plus en plus fort…
– Promettez ! Que vous le ferez plus… Promettez ! Promets ! Allez, promets !
– Je promets…
– Menteur… Vous le referez… Je le sais très bien… À la première occasion vous le referez…
Une grêle de claques… Une avalanche… Qui a interminablement duré… Qui a brusquement cessé…
– J’ai envie… Mais vous bougez pas alors… Vous faites rien… Vous dites rien… Vous me laissez me servir…
Elle m’a chevauché… Elle a eu son plaisir… Elle l’a psalmodié… Elle est retombée…
Et elle s’est endormie dans mes bras…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire