Nombre total de pages vues

vendredi 3 juillet 2015

Escobarines: Tableaux (1)

– J’ai vu votre annonce…
– Eh bien, entrez ! Restez pas là sur le palier…
– Merci… Je vous avouerai… J’ai failli pas venir… J’avais peur de tomber dans un traquenard… Sur un mec avec des intentions louches…
– Ben non, vous voyez, non… Je suis une femme… Tout ce qu’il y a de plus femme…
– En quoi ça consiste alors votre annonce au juste ? Vous pouvez m’expliquer ? Vous êtes peintre, c’est ça ?
– C’est bien ça, oui…
– Et vous cherchez de nouveaux modèles…
– Amateurs… Uniquement amateurs… Des « Madame-tout-le-monde »… Qui sont, en général, beaucoup plus vraies, beaucoup plus naturelles que les « poseuses » professionnelles…
– Et, si j’ai bien compris, c’est des nus que vous peignez…
– En effet… Exclusivement…
– C’est bien ce qu’il me semblait… Et justement… C’est pour ça que je suis venue… Non… Parce que j’ai toujours été terriblement complexée par mon physique… Alors je me suis dit que – peut-être – ça m’aiderait à m’accepter comme je suis…
– Oui… Oh, alors ça, sûrement… Il y a rien de tel…
– La seule chose… Je voudrais que personne sache… Mon mari… Mes collègues… Mes amis… Tout ça… Faudrait pas qu’on voie ma figure… On sait jamais…
– Il y a aucun risque… Mais venez voir à côté, dans mon atelier, plutôt… Vous allez comprendre…

– Il y a que des derrières…
– Et des dos…
– Et qu’est-ce qu’il y en a ! Oh, mais ça me va… Si on me reconnaît pas, ça me va… Mais peut-être que c’est moi qui vais pas vous convenir ?
– Ça, faudrait que je voie… Que je juge sur pièces…
– Ah, ben oui, c’est vrai… Que je suis bête ! Je me déshabille alors ?
– Tu te déshabilles…

– Alors ?
– Quand je pense que t’es complexée ! Mais t’as un cul absolument magnifique…
– Vous trouvez ?
– Un cul comme ça, c’est un vrai régal à peindre… J’en ai déjà les pinceaux qui me démangent…
– Vous allez me le faire ?
– Un peu que je vais te le faire…
– Quand ?
– Le plus tôt possible… Tout de suite si tu veux… Si t’as rien d’autre de prévu… Non ? Eh bien allez on commence…

*  *
*

– Comment ça me faisait drôle tous ces gens qui défilaient dimanche, à l’expo… Qui s’arrêtaient devant mon derrière… Qui le regardaient… Sans savoir que j’étais juste à côté… Que c’était le mien…
– Drôle ou plaisir ?
– Un peu les deux… Mais plaisir aussi, oui… Surtout qu’il y en a on voit qu’ils apprécient vraiment…
– C’est qu’ils ont bon goût…
– Il y a un bonhomme… Plus d’une heure il est resté planté devant hier… Il arrivait pas à s’en aller…
– Ah, parce que tu y es retournée hier…
– J’ai pas pu m’empêcher…
– Et puis peut-être lundi… Et aussi mardi… Et pourquoi pas mercredi tant qu’à faire…
– Mardi justement il y en a trois qu’ont discuté un long moment juste en-dessous… J’ai pas réussi à entendre ce qu’ils disaient… Parce que j’étais un peu loin et que j’osais pas trop m’approcher… Mais à eux aussi ça avait l’air de leur plaire…
– Quand je pense qu’il a fallu que je te bataille quinze jours pour que tu finisses par accepter que je l’expose cette toile…
– Je me rendais pas compte…
– Profites-en bien ! Parce que le trente, c’est fini… On décroche tout…
– Je sais, oui… Et vous prévoyez rien d’autre ?
– Oh, si ! C’est en cours d’élaboration…
– Chouette ! Et sur quoi ce serait ? Toujours les derrières ?
– Toujours… Mais joliment rougis cette fois… Parce qu’une bonne fessée sera passée par là…
– Vous trouverez jamais de volontaires pour un truc pareil !
– Bien sûr que si ! J’ai déjà cinq ou six candidatures…
– Ah, oui ? Ça, alors là, je pourrais jamais, moi…

(à suivre)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire