Nombre total de pages vues

lundi 17 février 2014

Le Centre (57)



– Qu’est-ce qu’il a dit ?
Elle a baissé les yeux…
– Que je vous montre… Aussitôt… Dès que j’arriverai…
– Eh bien alors ? Qu’est-ce que vous attendez ?
Elle m’a tourné le dos… A relevé docilement sa robe…
– Tiens, il y a une culotte aujourd’hui… Il le sait ?
– Il le sait, oui… Et…
– Et ?
– Il veut que ce soit vous qui me la baissiez… Que je vous le demande…
– Très agréable perspective… Oh, mais on va prendre notre temps… Tout notre temps… Il y a rien qui presse… Laissez-la relevée bien haut la robe et penchez-vous un peu en avant… Comme ça, oui… C’est parfait… Ne bougez plus…
J’ai allumé mon ordi… Ouvert un tiroir… Sorti des dossiers… Je me suis installé…
– Rien que tout autour déjà, c’est un vrai bonheur… Ce rouge intense… Lumineux… Ces dégradés… Alors qu’est-ce que ce sera tout-à-l’heure ! Quand elle va dégringoler cette petite culotte… D’autant qu’il n’a pas ménagé ses efforts… Il vous a vraiment soignée… Vous l’aviez cherché, faut dire… Prétendre que vous lui aviez obéi… Que vous m’aviez montré… Alors qu’en réalité…
– Hein ? Mais vous savez bien que…
– Que quoi ?
– Non… Rien…
– Je préfère…
Et je me suis plongé dans mon travail… J’ai fait semblant… Du temps s’est écoulé… On passait dans le couloir… On s’appelait… On a ri… Quelqu’un s’est arrêté devant la porte… Elle a précipitamment laissé retomber sa robe…
– Qui vous a permis ?
Les pas se sont éloignés…
– Mais si…
Elle l’a relevée…
– Mais si quoi ? Personne n’entre jamais dans ce bureau sans frapper… Et vous le savez très bien…
– Il suffirait d’une fois…
– C’est exaspérant cette manie que vous avez d’ergoter comme ça en permanence sur tout… Il va falloir que ça vous passe… Il va vraiment falloir que ça vous passe…
Je me suis levé… Approché… Tout près…
– Bon… Mais vous n’avez pas quelque chose à me demander ?
– Si !
– Eh bien je vous écoute…
– Il faudrait… Il voudrait… Je… Baissez-la moi !
– Quoi donc ?
– Ma culotte… Baissez-la-moi !
J’ai introduit un doigt entre l’élastique et la peau… Un deuxième… J’ai doucement fait descendre… Un peu… Juste un peu… Découvert le tout début du sillon entre les fesses…
– Là ! Voilà… Ça suffira… Pour le moment ça suffira…
Et je suis retourné m’asseoir… Un quart d’heure… Un autre… On est encore passé dans le couloir… On s’est encore interpellé… Elle n’a pas bougé…
– Finalement vous avez trouvé le bon prétexte pour rien foutre et me laisser tout le boulot, vous, hein ! Seulement si vous imaginez que ça va se passer comme ça !
Je suis revenu auprès d’elle… J’ai posé ma main au creux de ses reins…
– Quelle paresseuse vous faites ! Ça mériterait une bonne correction, non, vous croyez pas ? Et je vais vous la donner…
Et j’ai descendu la culotte… D’un coup… Jusqu’en bas… Ma main sur sa fesse… Qu’elle a lentement parcourue… Redessinée…
– Ça aussi vous allez me le demander… Allez ! Je vous écoute…
Elle a frémi…
– Punissez-moi !
– Pourquoi ? Dites pourquoi…
– Parce que je suis une paresseuse… Punissez-moi !
– Ça viendra… Le moment venu… Vous perdez rien pour attendre…
Et je lui ai remis sa culotte en place…

– Qu’est-ce que j’apprends ? Il t’a déculottée… Au boulot… Et c’est toi qui lui as demandé… Non, mais tu n’as pas honte ?
– Hein ? Mais tu m’avais dit…
– Quoi ? On peut savoir ?
– Mais de…
– De ?
– Non… Rien… Rien…
– T’aimes ça montrer tes fesses… T’aimes ça, hein ? Eh bien vas-y ! Vas-y ! Mais ça va pas être pour rien… Je peux t’assurer que ça va pas être pour rien…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire