Nombre total de pages vues

lundi 13 janvier 2014

Le Centre (52)




– « Tu aimes ça les surprises, hein ? » J’allais pas prétendre le contraire… Je le leur avais assez prouvé… « Eh bien on en a encore une pour toi… » Ah, oui ? C’était quoi ? Ils ont pas voulu le dire… « Ce serait plus une surprise sinon… » J’ai juste su qu’il faut que je me tienne prête pour vendredi soir… Qu’ils m’emmèneront quelque part…
– Fais attention quand même !
– À quoi ? Si ça avait dû mal tourner il y a longtemps que ça l’aurait fait… Non… Par contre ce que je me demande c’est ce qu’ils ont bien pu inventer… Un truc génial, je suis sûre… Il me tarde… Non, mais comment il me tarde !
– Ça se voit… T’es tout excitée…
– Il y a de quoi, avoue !
– Tu me raconteras ?
– Dès que je serai rentrée… Promis…

– C’est comme ça que tu tiens tes promesses ?
– J’allais venir… J’allais passer…
– Oui… Bon… Mais alors ? Vendredi ? Raconte, quoi ! C’est où qu’ils t’ont emmenée ?
– Au restaurant… Complètement normal le restaurant… On a dîné… Normal aussi… Je me demandais… Où ils voulaient en venir… Ce qu’allait se passer… C’est trop quand tu sais pas comme ça… Comment c’est angoissant ! Follement et délicieusement angoissant…
– Et donc ?
– Au dessert ça les a attrapés… D’un coup… C’est elle qui a commencé… « Nous raconte pas d’histoires, Cassandra, nous raconte pas d’histoires… Tu as remis ça… Je suis sûre que tu as remis ça… » … « Mais non ! Non… Je vous jure… Non… » « Tu mens ! Une fois de plus tu mens… Tu n’arrêtes pas de mentir… J’en ai assez… Plus qu’assez… » Fort… De plus en plus fort elle parlait… Toutes les conversations, autour, s’interrompaient les unes après les autres… Un grand silence ça a fini par faire… « Et regarde-moi quand je te parle ! C’est compris, oui ? » Furieuse on aurait dit… Tellement vrai ça faisait que j’ai piqué un fard… Et du nez dans mon assiette… C’est lui qu’a pris le relais… « T’en tireras rien… Une vraie mule… Mais bouge pas qu’elle fera moins la fière tout à l’heure… Quand elle se sera ramassé la bonne fessée qu’elle mérite… »
– Oh, la honte !
– J’te dis même pas ! Surtout que juste après on s’est levés et tout le restaurant on a traversé… Au milieu des gens…
– Quelle tête ils faisaient ?
– Oui, ben ça, j’allais pas aller les regarder sous le nez…
– T’imaginais… C’est pire…
– Et j’entendais… Il y en a une qu’a demandé : « Tu crois qu’il va vraiment lui faire ?  À son âge ?» Et un type un peu plus loin : « Prépare ton cul, ma chérie ! Ça va chauffer… »
– C’est surtout ta tête à toi qui devait valoir le coup !
– C’est ce qu’ils m’ont dit, eux aussi, dans la chambre… « T’étais toute penaude ! Si t’avais pu disparaître dans un trou de souris… Un vrai régal ! »
– Pour eux… Mais pour toi ?
– Aussi… J’aime de plus en plus ça avoir honte… C’est complètement insupportable et terriblement jouissif… En même temps…
– Et alors ? Après ? Ils te l’ont donnée ?
– Ah, ben ça, oui ! Tu te doutes bien… Mais pas tout de suite… Ils ont attendu… Qu’ils soient tous montés dans leurs chambres les gens… Et il a retiré sa ceinture…


– Et une ceinture qui claque ça s’entend…
– Il y a pas que la ceinture qui s’entendait… Moi aussi… Comment j’ai braillé ! Parce que je peux te dire qu’il y allait pas de main morte… Et qu’il a fait durer…
– Ils devaient drôlement se régaler, dis donc, à côté !
– Ah, ben ça ! Et pas qu’à côté… Au-dessus aussi… En-dessous… Il y en avait même dans le couloir… Qui ont rigolé tout ce qu’ils pouvaient à un moment… Qui se sont moqués ouvertement de moi… Qui m’ont imitée en train de crier…
– Il y en a ça avait dû les exciter, non ?
– Tu parles que oui ! Le couple juste à côté… Presque aussitôt après ils se sont mis en train… Et toute la nuit ça a duré… Il y en a eu aussi un autre au bout du couloir… Et un troisième dans les étages très loin… On aurait dit qu’on l’égorgeait la femme tellement elle hurlait…
– Il devait y avoir de ces têtes le lendemain matin au petit déjeuner…
– Le lendemain matin ? On t’a fait une de ces entrées ! Il y a quatre types à une table – des jeunes, style joueurs de rugby – qui se sont mis à applaudir à tout rompre quand ils nous ont vus… Qui ont scandé : « Une autre ! Une autre ! » Ça a fait marrer tout le monde… Après ça a été plein de sourires narquois… Tout le temps… Des commentaires tout bas sans me quitter des yeux… Il y a même un papy qui m’a menacée du doigt en passant tout près… « Tu vois, fifille, ce qui arrive quand on n’est pas sage ! » Quant à la patronne, à l’accueil, elle nous a gratifiés d’un large sourire… « Revenez quand vous voulez… »
– Ils étaient de mèche, non ?
– Je sais pas… J’ai pas réussi à savoir… Je préfèrerais que non…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire