Nombre total de pages vues

jeudi 27 juin 2013

Escobarines: Les coulisses de la Coupe du Monde ( 2 )

– Alors ? Ça donne quoi à côté ?
– Allemagne-Italie… C’est le coup d’envoi…
– Grand bien leur fasse…
– Et toi, tu fais quoi, là ?
– Je discute… Avec le type, tu sais, dont je t’ai parlé… Qu’est branché fessée…
– Et ça le fait ?
– Ça le fait… Bien… Surtout maintenant que, là-dessus, je vois les choses complètement différemment…
– Et donc… vous allez vous rencontrer…
– Je sais pas…
– Comment ça « tu sais pas »… T’as pas envie ?
– Oh, si ! Si ! Mais quand même… ça me fait peur…
– Peur de quoi ? D’être déçue ?
– Un peu, oui… Non… Et puis je le connais pas, moi, ce type…
– Et alors ? Qu’est-ce tu risques ? Du moment que tu vas pas chez lui… Que c’est à l’hôtel que ça se passe…

– Attends ! Attends ! Dis rien… Fais d’abord voir… Wouah ! Cette tannée ! Comment t’as dû le sentir passer…

– Ça ! Mais aussi comment c’était bon ! Tu peux pas savoir…
– J’me doute ! Rien qu’à voir ta mine réjouie ! Fais gaffe quand même !
– À quoi ?
– À ce que Vincent n’aille pas se douter de quelque chose… T’as l’air tellement… je sais pas comment dire… Transfigurée de l’intérieur…
– Oui, oh, lui ! Il y a pas de risque… Pour ce qu’il fait attention à moi… Je pourrais bien me peinturlurer la tronche en vert citron et me promener avec une plume dans le cul il s’en apercevrait même pas…
– Vu comme ça… Remarque, de ce côté-là, je suis pas mieux lotie que toi… Bon, mais si tu racontais…
– Ben… On a pris tout notre temps… Pas loin de deux heures on a discuté au bar, en bas, tous les deux… De moi… De lui… De tout… Qu’on se connaissait depuis des années et des années on aurait dit… Et puis d’un seul coup il l’a fait… Au milieu d’une phrase… Comme ça… Il m’a pris les mains dans les siennes… Les deux… Les yeux dans les siens… Ils brillaient… « Elle a mérité une bonne fessée, la petite Madame, non ? Parce que rencontrer un inconnu, comme ça, en cachette de son mari, lui faire ses confidences, mais c’est que c’est pas bien du tout… C’est jouer avec le feu… » J’ai baissé la tête… Vraiment fautive il me faisait me sentir… Tellement fautive que les larmes me sont montées aux yeux… « Reconnaissez-le au moins ! » Oui, je reconnaissais… Oui… Si… J’avais mérité… Je méritais… « Eh bien allons alors ! » Il m’a fait lever… Doucement… Tout doucement… Monter… Il s’est assis sur le bord du lit, moi debout, genoux contre genoux, mes mains enserrées dans les siennes… Et il m’a sermonnée… Avec des mots, mais des mots… Je saurais pas te dire… Je me rappelle plus… Mais comment ils me remuaient ses mots ! Et je pleurais… Je pleurais… À chaudes larmes… J’arrêtais pas de pleurer… Il s’est tu… « Viens ! » En travers de ses genoux… Il a retroussé ma robe… Ramené les bords de ma culotte au milieu, dans la raie… Et il a tapé… Une fesse après l’autre… Fort… Bien espacé…
– Comme ça ?! Sans te la retirer ?
– Si ! Plus tard… Au bout d’un moment… D’un long moment il me l’a enlevée… Et alors là, mais alors là comment il y est allé… Et ça a duré en plus…
– Oui, j’ai vu… Et après ?
– Après… Après il m’a fait asseoir sur ses genoux… M’a tendrement câlinée… « Là… C’est tout… C’est tout… C’est fini… Tu seras sage maintenant ? Tu seras raisonnable ? Tu promets ? » J’ai promis… Tout ce qu’il a voulu j’ai promis…
– Et ça s’est terminé comme ça ? Alors là ça m’étonnerait… Tu me feras pas croire…
– Non… Non… Parce qu’il me l’a chuchoté à l’oreille… « T’as envie, hein ? » Oh, oui, j’avais envie… Oui… « De quel côté ? » Comment ça de quel ? Ah, oui… Celui qu’il voulait… Comme il voulait… Tout ce qu’il voudrait… « Celui-là alors… » Et il m’a tout doucement caressée, ouverte, avec son doigt, entre les fesses… Et… Si tu savais… Oh, si tu savais ! Jamais j’avais connu un truc pareil, moi ! Ce feu d’artifice !
– C’était la première fois ? Que tu le faisais comme ça ? C’était la première fois ?
– Jamais j’avais voulu avant… Avec personne… Et là… Un type que je connais ni d’Eve ni d’Adam… Qui me flanque une fessée et qui me… Non, mais tu te rends compte ? C’est complètement fou, ça !
– Et maintenant ?
– Quoi maintenant ?
– Ben tu vas faire quoi ? Le revoir ?
– Ah, ça, c’est sûr ! C’est prévu d’ailleurs… Après-demain…
– Et tu vas tomber amoureuse…
– Je crois pas, non… Et quand bien même ! Oh, et puis zut ! J’ai vraiment pas envie de me prendre la tête avec ça… Juste de profiter du moment présent… Après je verrai bien… On verra bien…  
      

4 commentaires:

  1. pas mal du tout ce texte ! (je n'ai pas toujours le temps de suivre vos histoires, désolée)
    beau basculement du moment décisif.
    c'est étonnant cette faculté d'avoir, de trouver les mots de la narratrice

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. J'avoue apprécier d'essayer de me glisser dans les perceptions et ressentis d'une femme... Et il faut bien reconnaître que les dessins de Jean-Philippe, dans cette optique, ne cessent pas de me "tendre la perche"...
      Pour ma part, vous concernant, j'émettrais un regret: ne pas avoir l'occasion de découvrir plus souvent des textes de vous sur blog...
      Bientôt peut-être?
      Excellente journée à vous...

      Supprimer
  2. je ne veux plus rien promettre, depuis quelques temps les vents sont contraires... mais la tempête semble s'apaiser ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais continuer inlassablement à espérer...

      Supprimer