Nombre total de pages vues

jeudi 23 mai 2013

Escobarines: La maison aux volets bleus ( 5 )



16 Juin

Elle… 7 heures… Il venait tout juste de partir Yoan… Elle a sonné… « Je vous dérange pas ? J’ai vu les volets ouverts… Alors je me suis dit… Non… Parce qu’il faut que je vous demande quelque chose… Il faut absolument que je vous demande quelque chose… » Qu’est-ce qu’il y avait ? Hein ? Elle avait l’air toute retournée… Bon… Mais elle allait commencer par s’asseoir… Là… Et maintenant elle allait me raconter… Qu’est-ce qu’il y avait ? « Rien… Enfin si ! C’est Yoan… Parce que c’était notre anniversaire hier… L’anniversaire du jour de notre rencontre… Et il a été adorable… Tendre… Attentionné… Il m’a emmenée au restaurant… Offert un camée… Il sait pas quoi inventer pour me faire plaisir… Amoureux comme au premier jour… Et moi, pendant ce temps-là, moi, derrière son dos, avec Kevin… J’ai honte… Non, mais si vous saviez  comment j’ai honte ! » Et elle a éclaté en sanglots… Oui, ben c’était sûrement pas de se mettre dans des états pareils qu’allait arranger les choses… Non… La seule chose à faire, dans son cas, c’était de se poser la vraie question… La seule… Est-ce qu’elle l’aimait Yoan ? Hein ? Est-ce qu’elle l’aimait ? « Oh, oui ! Oui… Plus que tout au monde… » Eh bien alors ! Elle savait ce qu’il lui restait à faire, non ? « Évidemment que je le sais… Évidemment… Seulement c’est pas facile, vous savez ! Rien que tout-à-l’heure… Quand il va appeler Kevin… Je vais lui dire non… Non ! De toutes mes forces… Je veux pas qu’il vienne… Il va insister… Je le connais… Insister encore… Sa voix… Elle me rend folle sa voix… Elle me met met dans tous mes états… Et je vais dire oui… Je vais forcément finir par dire oui… J’en suis sûre… Alors c’est pour ça… Ce que je voulais vous demander… » Oui ? C’était ? « Que… Que vous m’en remettiez une de fessée… Parce que qu’il me voie comme ça, avec des marques, jamais je pourrai… Jamais ! C’est le seul moyen pour que je veuille pas qu’il vienne… »

Je l’ai exaucée, bien sûr… Au-delà de ses espérances… Ah, pour en avoir des marques elle en a eu… D’un rouge éclatant… Somptueuses… Des marques qu’elle a longuement contemplées dans la glace avant de se reculotter…
 

« Merci… Oh, merci ! Vous pouvez pas savoir comme je me sens soulagée… Il viendra pas… » Et elle s’est enfuie…


17 Juin

« Vous avez vu, hein ? Il est pas venu hier… » Et pour cause, oui… « Elles vont rester deux trois jours les marques… Et puis après… » Et puis après ? « Ben vous m’en remettrez une autre… Non ? Vous voulez pas ? » Bien sûr que si ! C’était pas là la question… Aussi souvent qu’elle le voudrait… Aussi souvent qu’il le faudrait… Seulement, à l’évidence, c’était pas ça qu’allait régler le problème de fond… « Comment ça ? Quel problème de fond ? » Ben ça allait pas pouvoir durer une éternité comme ça… Il allait bien falloir qu’elle finisse par trancher dans le vif… Mettre un terme définitif avec Kevin… Non ? Elle croyait pas ? « Si… Bien sûr… Oui… Mais il me faut un peu de temps… Le temps de le préparer… Qu’il se fasse à l’idée… Je peux quand même pas le jeter comme ça… Du jour au lendemain… » Et pourquoi ? « Mais parce que… » C’était pas une réponse, ça ! « Mais parce que… Parce que là maintenant tout de suite je suis bien décidée… Déterminée… Je veux plus le voir… Jamais… Mais je sais pas si dans trois semaines… Ou dans trois mois… Alors si je lui dis que… Vous comprenez ? » Oh, oui, je comprenais… Je ne comprenais que trop bien… Elle n’avait tout simplement pas envie de le quitter… Elle était en train de faire semblant de se mettre en paix avec sa conscience… Ça allait durer deux trois jours… Et puis tout allait recommencer comme avant… Et elle continuerait à jouer sur les deux tableaux… « Je vous assure que… » Que quoi ? Elle savait très bien que j’avais raison… Non ? J’avais pas raison ? « Vous en avez de bonnes, vous ! Vous croyez que c’est facile d’avoir un mari qui ne rentre que le week end ? Et la plupart du temps crevé en plus ! Ou préoccupé… Parce que les affaires vont mal… Qu’il perd des clients… Et que du coup c’est le cadet de ses soucis sa femme… Oui, bon, alors je sais il y a eu hier… L’exception… L’exception qui confirme la règle… Parce que vous savez depuis combien de temps il y avait rien eu ? Je vous le donne en mille… Mars… Le 11 Mars exactement… Je suis jeune, moi ! En bon état de marche… Et j’ai des besoins… Comme tout le monde… » Des besoins qu’il existait d’autres moyens d’assouvir, non ? « Je sais bien, oui… » Sans tromper son mari… Et sans prendre de risques inconsidérés… Parce que s’il l’apprenait ? Et il finirait forcément par l’apprendre… « Je préfère pas y penser… Parce que là ! » Eh bien alors ! Est-ce qu’il ne valait pas mieux qu’elle reste bien sagement à s’amuser avec ses doigts… Ou avec tous ces petits joujoux qu’il était aujourd’hui si facile de se procurer plutôt que… « Oui… Oui, mais vous savez pas… Vous savez pas ce que c’est que d’être dans ses bras à Kevin… » Et elle a, une nouvelle fois, éclaté en sanglots… «  Je suis perdue… Je suis complètement perdue… Je sais plus où j’en suis… »

       

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire