Nombre total de pages vues

jeudi 20 septembre 2012

Escobarines: La grande dame


– Ainsi donc cette gente damoiselle apprécie, à ce qu’il paraît, d’être fouettée sévèrement … C’est bien cela, ma fille ?
– Oh, non, Votre Altesse…
– Comment cela « non » ?
– Cela fait bien trop mal…
– Pourquoi, dès lors, l’avoir accepté ?
– C’est que Votre Altesse, m’a-t-on dit, serait l’une des femmes les plus puissantes du royaume, qu’elle m’aurait – j’ignore où – remarquée et qu’elle aurait manifesté le désir de me fouetter… De sa propre main…
– Ce à quoi vous avez consenti, m’a-t-on rapporté, de bonne grâce…
– On ne s’élève pas contre la volonté des puissants…
– Que vous imaginez-vous donc avoir à redouter d’eux ?
– Votre Altesse sait bien qu’ils obtiennent toujours ce qu’ils veulent… Que leur bon plaisir a force de loi… Et qu’ils ont mille moyens de nous contraindre quand nous leur refusons ce qu’ils exigent…
– Vous voilà bien impudente…
– Que Votre Altesse me pardonne…
– Vous allez être punie de votre insolence… Et sur le champ… Athénaïs, remplissez votre office…

– Penche-toi ! Plus avant… Bien à l’équerre… Parfait… Madame veut-elle que je la trousse ou préfère-t-elle le lui dénuder elle-même ?
– Faites, Athénaïs… Faites…
– Voilà…
– Elle l’a fort blanc… Et fort généreux…
– Assurément…
– Gageons qu’elle en est fort fière…
– Et que les sens des hommes en sont bien souvent échauffés…
– Ce qui est sans doute bien loin de lui déplaire…
– Nous allons y mettre derechef bon ordre…

– Que vous en semble, Athénaïs ?
– Elle marque vite… Et beaucoup…
– En effet…
– Mais, si je puis me permettre, Madame m’a paru beaucoup moins sévère qu’à l’ordinaire…
– Vraiment ?
– Vraiment… On l’a fort peu entendue… Et elle a fort peu gigoté…
– Il m’a semblé en effet qu’elle faisait preuve d’une réserve à laquelle on ne m’a pas accoutumée… Eh bien nous allons nous employer à l’en faire sortir…

– Et cette fois ?
– Elle a donné beaucoup à voir… Et beaucoup à entendre…
– Oui… C’était très stimulant…
– Madame a, pour la pousser dans ses derniers retranchements, fait preuve d’une ardeur ! C’en était un vrai bonheur…
– Je ne suis – c’est vrai – pas mécontente de moi…
– Madame souhaite-t-elle que…
– Non… Non… Laissons-la exposée… C’est un spectacle qui me ravit…

– Que vous en semble, Athénaïs, si je la prenais à mon service ?
– Elle paraît d’une nature rebelle et arrogante…
– Ce n’est pas pour me déplaire…
– Madame en a maté de beaucoup plus coriaces…
– En effet…
– Et puis… elle est fort avenante… À qui mieux mieux vos servantes voudront la mignoter…
– Je ne manquerai pas de l’en punir…
– Ce qui les distraira beaucoup…
– Oui… Emmenons-la, Athénaïs, emmenons-la…

2 commentaires:

  1. la suite, la suite la suite!!!!!!

    RépondreSupprimer
  2. A vrai dire j'ai programmé tout à fait autre chose pour jeudi prochain... Mais une programmation se modifie... A condition, toutefois, qu'il y ait, d'ici là, l'inspiration pour une suite!!!

    RépondreSupprimer