Nombre total de pages vues

lundi 25 juin 2012

Un mariage ( 12 )


– Reconnaissez que vous l’aviez méritée… Et pas qu’un peu… À nous espionner comme ça sans arrêt… Ça vous regarde pas ce qu’on a à se dire avec Delphine… Et estimez-vous heureux que ce soit pas devant elle que je vous l’ai flanqué le martinet… J’aurais pu… J’aurais dû même… Oh, mais ça viendra… Chaque chose en son temps… Ça vous fait mal ? Oui ? Où ? Là ?
– Aïe !
– Seulement quand j’appuie ?
– Non… En continu…
– Et ça vous fait quoi ?
– Ça brûle… Ça brûle et ça lance…
– En tout cas ça vous a fait des sacrées marques, dites donc ! Bon, mais allez ! Vous vous rhabillez… Je vous emmène faire un tour… J’ai envie…



– Et quand vous marchez ? C’est douloureux ? Oui, hein ?! Parce que ça frotte dessus… Tant pis pour vous… Fallait pas écouter aux portes… En attendant vous savez ce que je pense ? C’est que ça nous a drôlement rapprochés tous les deux que je vous fasse ça…  Si, c’est vrai, hein ! Parce que, dans un couple, il y en a toujours un qu’est plus fort que l’autre… Qui prend le dessus… Qui s’impose… Et nous c’est moi qui dirige… Parce que j’ai beaucoup plus de personnalité que vous… Et de loin… Du coup tout ce que je veux je peux vous faire… Absolument tout… Et ça me va… Parce que j’adore ça commander… Surtout un homme… Et de votre âge en plus… À vous aussi ça vous va… Parce que vous adorez ça être commandé en réalité au fond… Surtout par une femme… Et de mon âge en plus… Comme ça tout le monde est content… Et le martinet ben il donne une vraie réalité à tout ça… Il traduit concrètement ce qu’on est ensemble tous les deux… Il le proclame… Vous comprenez ? Je suis pas sûre…
Elle m’a pris la main… A entrecroisé ses doigts avec les miens…
– Comment je me sens mieux depuis ! Apaisée… En harmonie… Oh, oui, je suis contente… Et vous aussi ! Forcément… Vous l’êtes parce que vous sentez que je le suis… Et pas qu’un peu… Tiens, venez ! On rentre là-dedans… Des tas de sous-vêtements vous allez me payer… Des trucs hyper sexy … Que quand je les mettrai pour aller avec Benjie – ou avec d’autres… parce que Benjie je commence à en avoir fait un peu le tour – ça puisse me rappeler aujourd’hui… Et je serai seule à savoir...



– Je l’aime bien ce resto… Même qu’ils aient pas de ris de veau je l’aime bien quand même… Mais en douce que comment vous m’avez fait rire tout à l’heure pendant que je les essayais les sous-vêts… Vous auriez vu votre tête ! Jamais on aurait cru qu’on était mariés tous les deux et que c’est tous les jours que vous pouvez me voir à poil si vous voulez… Je suis sûre que la vendeuse elle s’est imaginé des trucs… Que j’étais une petite étudiante qui se faisait sauter par un vieux cochon et qu’en échange il lui offrait ce qu'elle voulait… Vu comment vous bandiez en plus !
– Elle s’en est rendu compte ?
– Pour pas s’en apercevoir il aurait fallu être aveugle… C’est quoi qui vous excitait comme ça ? Qu’elle soit là pendant que j’essayais ? C’est ça, hein ? Vous étiez parti à vous faire tout un film, je parie… Qu’on se faisait des trucs l’une l’autre et que vous en perdiez pas une miette… Quand je le dis que vous êtes un pervers… Et rien qu’à en parler, là, maintenant, je suis sûre que ça remet ça là-dessous… C’est pas vrai peut-être ? Non ? Alors là je suis bien tranquille… Oh, mais on va vérifier… C’est facile avec ces nappes qui descendent presque jusque par terre… Suffit que je recule un peu ma chaise, que j’enlève ma godasse et que je mette mon pied… Où vous êtes ? Ah, là ! Et tout gonflé en plus… J’avais pas raison ? Remarquez… Vous aviez peut-être pas forcément complètement tort non plus… Parce que peut-être bien qu’il se passera quand même quelque chose un jour avec cette nana… On sait jamais… Oui… Sûrement même… Parce que ça me tenterait bien une fille… Au moins une fois… Pour essayer… C’est trop marrant de vous la lisser comme ça sous la table avec le pied… Vous aimez ? Oui… Évidemment que vous aimez… C’est idiot comme question… Si vous aimiez pas… Qu’est-ce que je disais ? Ah, oui… Non… Il y a des signes qui ne trompent pas… Cette nana je suis sûre que si je voulais… Et sûrement que je vais vouloir d’ailleurs… Sauf que vous… rêvez pas ! Vous verrez rien du tout… Vous le saurez peut-être même pas…
– Arrête…
– Que j’arrête ? Que j’arrête quoi ?
– Avec ton pied…
– Ben pourquoi ?
– Parce que… ça va venir… Ça vient…
– Ben raison de plus…
– Oui, mais les gens… Les gens autour…
– Ah, ben ça… Vous avez qu’à vous contrôler un peu… Ils s’apercevront pas…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire