Nombre total de pages vues

jeudi 17 mai 2012

Escobarines: Recherche d'emploi ( 5 )


– Justine…
– Oui ?
– Je voudrais te voir… C’est important… Je voudrais te parler… Mais pas ici… Tu peux me retrouver, après le service, au bar en face de la mairie ?

– Me v’là… Qu’est-ce qu’il y a ? Tu m’as fait peur… T’avais un air tellement…
– Oh, non, non… Il y a rien de grave… Enfin si ! Quand même… Mais d’abord tu me promets… tu me jures que ça va rester entre nous… Que tu répèteras rien… À personne… Jamais…
– Bien sûr… Évidemment… Je t’écoute… Vas-y !
– Tu sais ce qui m’est arrivé ?
– Quoi ? La fessée ? Ben oui… Comment je saurais pas ? Il se parle que de ça… Je comprendrai d’ailleurs jamais que tu…
– Oh, ben si ! Si ! C’est facile à comprendre… Il m’avait mis le marché en mains… Ou j’acceptais d’être punie « comme ça » ou elle me passait sous le nez la place… Et comme j’avais impérativement besoin de travailler…
– Quand même… C’est pas une raison… Moi en tout cas si la question s’était posée…
– Justement… Elle risque de se poser…
– Comment ça ?
– Il a l’intention de remplacer peu à peu – mais ça devrait quand même aller assez vite – tout le personnel actuellement en poste par des employés embauchés aux mêmes conditions que moi…
– Hein ? Mais c’est dégueulasse ! Il a pas le droit…
– C’est lui le patron…
– Il y a des lois…
– Qu’il n’aura aucun mal à contourner… Il est malin… Il saura parvenir à ses fins sans se mettre dans son tort…
– C’est écoeurant… Je suis écoeurée…
– Mais c’est comme ça… J’ai préféré te prévenir… Que tu puisses prendre tes dispositions… Parce que… C’est vrai qu’il y a pas longtemps que je suis là… Qu’on se connaît pas beaucoup, mais t’as toujours été très sympa avec moi… Mais alors pas un mot, hein ? À personne… Je compte sur toi…
– Ça va de soi… Évidemment… Ça va de soi…

– Et elle va rien avoir de plus pressé que d’aller mettre tout le monde au courant… Ça va te faire une ébullition là-dedans…
– Je crois pas, non… C’est plutôt le genre à se la jouer perso… D’une façon ou d’une autre… À essayer de tirer son épingle du jeu…
– Et si c’est pas le cas ?
– Je pourrai toujours prétendre qu’elle a tout inventé… De A à Z…
– Tu es machiavélique…

– Tu sais pour ce que tu m’as dit hier… Toute la nuit ça m’a trotté dans la tête… Et je me demande un truc… Il va toutes nous remplacer ou bien tu crois qu’il les garderait s’il y en avait qui voulaient bien en recevoir des fessées ?
– Oh, il les garderait… Sûrement qu’il les garderait… Il y a pas de raison d’aller chercher ailleurs ce qu’on a sous la main… Mais pourquoi tu me demandes ça ?
– Oh, comme ça… Pour rien… Pour savoir…
– Tu y as pensé, hein ! Tu y penses…
– Non… Enfin si ! Un peu… Mais juste comme ça… Parce que ça me ferait vraiment chier de la perdre ma place… Je suis bien, moi, ici…
– Eh ben alors tu sais ce qui te reste à faire…
– Ça fait vraiment très mal ?
– Ça fait mal, oui… Je vais pas te dire le contraire… Mais en même temps c’est pas si désagréable que ça… Au contraire…
– Comment ça ?
– C’est difficile à expliquer… Quand tu la recevras tu comprendras…
– Oui, mais alors… suppose que je décide que je veux bien… Comment il le saura ? Je peux quand même pas aller le trouver pour lui dire comme ça de but en blanc…
– Je m’en occuperai… C’est pas un souci… Ça, je m’en occuperai… Tu peux compter sur moi…

– Je voulais vous dire… C’est en bonne voie… En très bonne voie… Le fruit est mûr… Vous allez pouvoir le cueillir…
– Parfait… Je vois que vous vous acquittez à merveille des tâches qui vous sont confiées… Et quelle est l’heureuse élue ?
– Justine…
– Justine ! Et, de surcroît, vos choix sont judicieux… Que voilà un petit derrière qu’il va être infiniment agréable de dénuder et de faire rougir… Mais en attendant c’est du vôtre qu’on va s’occuper… Parce que je suppose que, pour convaincre quelqu’un comme Justine, il vous a fallu mentir de façon éhontée… Inventer des histoires à dormir debout… Non ?
– Un peu…
– Vous allez être punie pour ça… J’ai une sainte horreur du mensonge… Alors on se dépêche de se déshabiller et on va gentiment s’installer sur les coussins là-bas… 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire