lundi 20 février 2012

Souvenirs d'avant ( 34 )

34-

Scapin fait les cent pas en coulisse…
– On joue gros… On joue vraiment gros…
Le marquis Des Bruyères, lui, a l’œil rivé à l’embrasure du rideau…
– Ils sont venus… Ils sont tous venus… Tous…

La salle est pleine… De femmes qui se dissimulent, dans les loges, derrière leurs éventails… De petits marquis poudrés qui se saluent avec force compliments et ronds de jambe…

Les trois coups…
– Aaaaahhh !
Et, sur la scène, Scapin, Zerbine et Léandre se poursuivent, s’invectivent, se réconcilient…
On rit… On s’exclame… On applaudit…

– C’est ainsi, drôlesse, que tu crois pouvoir te comporter ?!
– Écoutez-moi, mon maître…
– Rien du tout… Je n’écoute rien du tout… Tu m’as conté, jusqu’à présent, suffisamment de sornettes… Et j’en connais un, là-dessous, qui va te chauffer un bon moment… Et te faire te souvenir de songer dorénavant à servir sans réserve les intérêts de ton maître…

Et Léandre de la trousser, malgré ses protestations, sous les vivats et les encouragements… De lui infliger, pour la plus grande joie de l’assistance, une fessée retentissante… Qui s’éternise… Qui semble ne jamais devoir prendre fin...

Isabelle ne les quitte pas des yeux… Son épaule frôle la mienne… S’y appuie…
– Il y prend goût, on dirait…
– Elle aussi, à ce qu’il semble…
– Et eux… Eux… La salle… Tu les entends ?
Sa main est moite… Son souffle court…
Elle ne me repousse pas…
Notre premier baiser…
Et puis…

Scapin n’en croit pas ses yeux…
– Ça arrête pas… Partout on nous réclame… Partout…

Angoulême… Cognac… Pau…
Il se frotte les mains…
– Et ça continue… Ça continue…

Ça continue… Zerbine offre toujours aussi complaisamment son postérieur aux claquées de Léandre…
– Tape pas trop fort quand même ! Et pas trop longtemps… Parce que les marques elles partent plus à force…
– Oui… Mais ce que les gens aiment…
Ce que les gens aiment, c’est qu’il ne la ménage pas…
Isabelle aussi… Chaque fois ses yeux brillent… Ses mains tremblent…

Zerbine brûle de fièvre… Les médecins la saignent… Lui font avaler force potions… Elle veut jouer…
– C’est de la folie…
Mais elle veut… Elle se lève… Quelques pas… Elle s’écroule sans connaissance…

Scapin est effondré…
– Juste au moment où tout commençait enfin à nous sourire… À croire que le sort…
– Mais je peux jouer, moi !
– Toi, Isabelle ? Mais tu ne connais pas le rôle…
– Bien sûr que si ! Depuis le temps que je l’entends…
– Oui, mais…
– Mais quoi ?
– Il y a… Non… Rien… Tu es vraiment décidée ?
– Oui… À condition que ce soit avec lui…
Avec moi…

– Méchant ! Tu as tapé fort… Mais ils ont aimé… Tu as vu comme ils ont aimé… Plus que quand c’était Zerbine même… Hein ?... Tu trouves pas ?
– Toi aussi, tu as aimé…
– Chut ! Tais-toi !
Je la serre contre moi… Mes mains se faufilent…
– Il est tout chaud… Il est brûlant…
Elle me le laisse…
– Mais sois doux ! Sois très doux ! C’est la première fois… De ce côté-là, c’est la première fois…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire