Nombre total de pages vues

jeudi 13 mai 2010

Escobarines: A la piscine






Il y avait pas une fille qui pouvait les sentir Caelia et Alexandra. Pas une. Elles se croyaient trop. Elles la ramenaient trop. Et tout ça juste parce qu’elles avaient été sélectionnées, l’année d’avant, pour la finale 100 mètres nage libre des championnats régionaux. Qu’elles avaient perdue. Sixième et huitième elles avaient fait…
- A cause du départ... Beaucoup trop vite il l’a donné ce guignol… Ca nous a déconcentrées… Mais le prochain coup on sera sur le podium… Toutes les deux… Alors là il y a pas photo…

Madame Lambert aussi elles l’agaçaient. On le voyait bien. Même si elle faisait tout ce qu’elle pouvait pour pas le montrer…
- Eh, toutes les deux là-bas !… Quand je dis quelque chose, c’est pour tout le monde !…
- Ouais… Ouais…
Elles traînaient des pieds, finissaient par se jeter à l’eau de mauvaise grâce …
- Faites attention !… Faites bien attention !… A force de chercher vous allez trouver…
Caelia haussait les épaules derrière son dos…
- Attention ?… Attention à quoi ?… Si elle croit qu’elle nous fait peur avec ses menaces à deux balles…
Alexandra renchérissait…
- Qu’est-ce qu’elle peut faire ?… De toute façon sans nous il est mort son truc… Elles sont bien trop nulles les autres… Non, mais tu les imagines en compét ?…

Elles arrivaient de plus en plus souvent en retard, mettaient un temps fou à se changer, nous rejoignaient quand bon leur semblait…
- Vous le faites exprès ?…
- Quoi ?!… Mais non, mais… Vu toute l’avance qu’on a sur elles n’importe comment !…

Jusqu’au jour où…
- Inutile d’aller passer vos maillots…
- Hein ?… Mais pourquoi ?…
- Parce que vous entretenez un climat détestable dans le club… Qui désormais se passera de vous…
- Mais les championnats !… Si on est pas inscrites on pourra jamais les faire les championnats !…
- Allez voir ailleurs si on veut bien de vous…
- Il y a rien ailleurs !… Il y a rien à moins de cent kilomètres…
- Fallait y réfléchir avant…

Elles sont quand même revenues la fois suivante. A l’heure. Et toutes gentilles. Toutes mielleuses…
- Qu’est-ce que vous faites là ?…
- Ben…
- Je parle français il me semble, non ?… Rentrez chez vous…

Elle a quand même fini par accepter qu’elles restent. A condition que ce soit toutes seules. Qu’elles viennent avant tout le monde. Et qu’elles repartent quand nous on arrivait. Du coup on se croisait juste vite fait. Et encore pas toujours…

Sauf que ce mardi-là…
- Venez voir, les filles !… Venez voir !… Vite !… Dépêchez-vous !… Ca va peut-être pas durer…
Elle était toute essoufflée Emilie… Toute excitée…
- Qu’est-ce qui se passe ?…
- Vite, j’vous dis !…

Elles étaient dans l’eau, toutes les deux, accoudées à la margelle, le derrière en l’air, le maillot ramené sur le côté…
- Wouah !… Cette fessée qu’elles se sont ramassée…
- Qui c’est qui leur a donnée ?…
- Madame Lambert, tiens !… Sûrement… Qui tu veux ?…
Madame Lambert qui n’y était vraiment pas allée de main morte…

Elles étaient presque toutes arrivées maintenant les filles. Elles s’approchaient. Elles faisaient cercle. Elles rigolaient. Elles commentaient…
- Comment j’aurais pas aimé, moi, en prendre une comme ça !…
- Ca va leur brûler un moment…
- Oui… Et elles sont pas près de s’asseoir…
- Qu’est-ce qu’elles ont fait ?…
- Quelque chose de grave, sûrement…
- Oui… Sûrement qu’elles l’ont pas volé…
- Qu’est-ce qu’elles ont fait, M’dame ?…
- Si on vous le demande…
- De toute façon c’est bien fait pour elles, moi j’dis !…

Alexandra a levé la tête vers elle…
- S’il vous plaît… On pourrait pas partir maintenant ?…
- Non… Vous savez ce qu’on a convenu… Bon, mais allez, à l’eau, vous autres !… Au travail !…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire