Nombre total de pages vues

jeudi 27 août 2009

Colocataires ( 1 )

- Salut !… C’est ici que vous cherchez une colocataire ?

- Pas du tout, non...

- Ah bon !… Pourtant on m’avait dit … Sûrement que je me suis trompée de numéro… Ou même peut-être de rue… Tête en l’air comme je suis… N’empêche que c’est dommage !… Parce que qu’est-ce que ça a l’air grand chez vous… Et lumineux… Je peux jeter un œil ?… Ah oui, dites donc !… Et il y a encore une pièce là ?… Mais c’est un palace !… Vous vivez tout seul ?… Oui ?… C’est du gâchis un grand truc comme ça pour quelqu’un de tout seul… Comment ça m’aurait plu, moi, d’habiter là… Surtout que vous êtes vieux… Quel âge vous avez ?… Au moins cinquante ans je suis sûre… Et qu’avec un vieux on est tranquille… Il vous embête pas… Parce qu’un jeune une fille elle est à peu près sûre qu’il va vouloir coucher… Forcément… Il aura que ça en tête… Vous y avez jamais pensé, vous, à prendre une colacataire ?… Vous devriez… Parce que c’est pas bon de rester comme ça dans son coin… On devient con à force… Bon, mais c’est vous qui voyez… Moi, ce que j’en dis… En tout cas si vous changez d’avis vous pensez à moi, hein !… A condition que vous soyez pas trop gourmand… Parce que j’ai pas beaucoup de thunes… Je suis qu’étudiante…

Et elle a griffonné son numéro de téléphone sur un petit bout de carton qu’elle a jeté sur la table du salon…

- On sait jamais… Bon, ben salut !…




- Alors comme ça vous vous êtes décidé ?…Un peu que ça m’intéresse !… Un peu !… J’arrive !… Enfin non !… Pas tout de suite… Je peux pas… J’ai pas de bagnole… Et ils sont déjà tous en vacances mes copains… Oh, c’est pas de pot !… Comment je vais faire ?… S’il faut que j’en loue une… Ca coûte la peau des fesses… Et puis déménager toute seule !…

- C’est loin ?

- De chez vous ?… Oh non !… Dix minutes… A peine…

- Et il y a beaucoup d’affaires ?

- Trois quatre cartons…




Il y en avait une douzaine…

- Je vous laisse faire… Ils sont lourds que le diable… Vous les mettez où ?… Là ?… Ca va être là ma chambre ?… Je pourrais pas avoir l’autre en face plutôt ?… Avec la vue sur le parc… Qui ça ?… Votre sœur ?… Et elle vient souvent votre sœur ?… Oui, oh ben pour trois jours par ci par là… Je déménagerai… On verra ça à ce moment-là…




Elle s’est laissé tomber dans le grand fauteuil près de la porte-fenêtre…

- Bon, ben voilà !… J’y croyais pas… J’avoue que j’y croyais pas… Quand je suis repartie de chez vous l’autre jour j’étais sûre que ça le ferait pas… Que vous voudriez jamais… Et que même ça valait mieux… « Parce que ça doit être le genre de vieux chnoque qui supporte rien… Pas de bruit… Pas de musique… Pas de copains… »… Comme quoi on peut se tromper… Tout le monde peut se tromper…




- Et pour le loyer ?… Faudrait que vous me disiez… Que je sache où je vais…

Je n’avais pas la moindre idée de ce qui se pratiquait…

- Je me renseignerai… On verra ça… Il y a rien qui presse…

Il y avait rien qui pressait, non… Elle trouvait, elle aussi, qu’il y avait vraiment rien qui pressait…




- Bon… Mais comment on va faire pour la bouffe ?… Parce qu’il y en a qu’une de cuisine… Et si chacun prépare de son côté le soir – le soir, parce que le midi je serai pas là et sûrement vous non plus – on va forcément se marcher sur les pieds… Et c’est un peu con en plus… Le mieux, ce serait qu’on prépare à tour de rôle… Pour les deux… On mangerait ensemble comme ça… Ce serait quand même moins chiant que tout seul… Non, vous trouvez pas ?




Je trouvais, si !… Ca a duré une semaine… A peine…

- J’ai pas le temps ce soir… J’ai un truc pressé à finir… Ca vous ennuierait si je sautais mon tour pour une fois…

Elle l’a aussi sauté le surlendemain…

- Je sais pas quoi faire… J’ai pas d’idée… Et j’ai pas fait de courses en plus !…

Et le jeudi suivant…

- Vaut mieux que ce soit vous qui vous en occupiez de toute façon… Vous êtes nettement plus doué que moi…

Et elle m’a définitivement abandonné les fourneaux…




Son dessert sitôt avalé, elle courait systématiquement s’affaler de tout son long devant la télé…

- Ca va commencer… Je vous laisse ranger… Je veux pas manquer le début…

Je la rejoignais quelques instants plus tard…

- J’ai mis la une… Il y avait rien sur les autres chaînes… Vous vous en fichez, vous, n’importe comment…




Le vendredi soir elle sortait. Que le vendredi soir. Mais tous les vendredis soirs. En fin d’après-midi elle allait s’enfermer dans la salle de bains et n’en ressortait, resplendissante, que sur le coup de neuf heures…

- Ils vont pas tarder…

Des coups de klaxon impérieux résonnaient sous les fenêtres…

- Qu’est-ce que je vous disais !… Les v’là !… J’arrive !… Bon, ben à demain…

Elle dévalait l’escalier…




Le lendemain, elle émergeait à midi… Au plus tôt… Naviguait, au radar, jusqu’à la table de la cuisine…

- Hou la la !… J’ai la tête dans le cul… Vous voudriez pas me préparer un café ?… Bien serré… Vous seriez un amour…

- C’était bien ?… Tu t’es bien amusée ?

- C’était nul… Comme d’habitude…

- Pourquoi t’y vas alors ?

- Parce que… Vous m’en redonnez un autre de café ?… Parce que c’est le seul endroit où on peut trouver des mecs qui vous prennent pas trop la tête… Vous faites quelque chose de spécial cet après-midi ?

- Non… Pourquoi ?

- Vous pourriez peut-être m’emmener au Centre Commercial alors ?!… Parce qu’en car c’est pas le pied… Et avec tous les sacs que je ramène…




- Finalement ça se passe plutôt bien, hein, tous les deux ?!

- Il y a pas de raison !

- Oh ben si, attends, si !… C’était pas gagné… Tout le monde me le disait : « Avec un vieux comment tu vas te faire chier !… » Et c’est vrai qu’il y en a ils sont lourds !… Vous verriez tout ce qu’elle nous raconte Clotide !… Elle, c’est chez un couple qu’elle est… Il y a un réglement… Des horaires à respecter… Et tout et tout !… Comment elle en bave !… Et Mathilde c’est encore pire… La bonne femme elle va vérifier dans sa chambre si elle a bien fait le ménage et comment c’est rangé… Ce serait de moi je peux vous dire que je plierais bagage vite fait… Non… Faut reconnaître que j’ai eu le nez fin en venant ici… D’autant plus que, tiens !… Vous voulez que je vous dise ?… J’y suis allée au flan le jour où je suis venue vous trouver… Parce que comment elle me plaisait trop la maison… Je le savais parfaitement que vous cherchiez personne pour faire la colocataire… J’ai tenté le coup… J’ai drôlement bien manœuvré au final, non, vous trouvez pas ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire