Nombre total de pages vues

jeudi 22 mai 2014

La petite vendeuse (18)

– Levez-vous ! Allez, dépêchez !
– Hein ? Quoi ? Qu’est-ce qu’il y a ?
– Il y a que vous imaginez quand même pas que vous allez rester à vous prélasser au lit pendant qu’Aliane et moi on va se taper tout le boulot… Après la nuit que vous nous avez fait passer… Manquerait plus que ça !
– Il est où Stéphane ?
– Reparti… Il a une vie en-dehors de vous Stéphane, figurez-vous ! Un travail… Des occupations…
– Il va revenir ?
– Aujourd’hui sûrement pas !
– Oui, non, mais… une autre fois… À ton avis ?
– Peut-être… Et puis peut-être pas… Avec lui pour savoir ! Oh, mais vous allez pas commencer à nous faire votre petite midinette fleur bleue… Parce que… il vous a tirée… Bon, ben voilà ! Vu comment vous avez braillé pendant des heures et des heures vous y avez trouvé votre compte… Et pas qu’un peu… Tant mieux pour vous… Mais il y a pas de quoi tomber amoureuse pour autant… Si vous voulez pas y laisser des plumes… Parce que Stéphane, c’est Stéphane…
– Comment ça « Stéphane, c’est Stéphane ? »
– Vous verrez par vous-même… Bon, mais allez nous préparer le petit déjeuner, tiens, plutôt, pendant qu’on va se laver, Aliane et moi…


En grands éclats de rire derrière la porte de la salle de bains… Qu’est-ce qu’elles pouvaient bien dire ? De quoi elles pouvaient parler ? De Stéphane ? Je me suis approchée… Sur la pointe des pieds…
– J’hallucine, là… Non, mais comment elle te mange dans la main…
– J’te le disais !
– Mais à ce point-là ! T’en fais vraiment tout ce que tu veux, hein !
– Tout ! Et davantage encore… Elle a une telle trouille que je me tire et que je l’abandonne toute seule au milieu de ses sapes…
– Tu ferais une belle connerie… Parce que t’es carrément la reine, là… La vraie patronne, c’est toi…
– Je sais, oui… Mais bon…
– Mais bon quoi ?
– Heureusement que ça se passe comme ça… Que j’ai pris le dessus… Ça met un peu de piment… Et heureusement que t’es arrivée… Parce que qu’est-ce que je me ferais chier sinon… Jamais j’aurais tenu le coup, je crois… Et à terme, si elle veut que je reste, va falloir qu’elle y mette du sien… Beaucoup plus encore qu’elle ne le fait…


– Il est passé au magasin Stéphane tout à l’heure…
– Et il est pas monté !
– Ben, non ! Non ! Il était pressé…
– Il aurait pu quand même… Ne serait-ce que deux minutes…
– Eh ben, il l’a pas fait… Par contre on a un peu discuté tous les deux en bas… Et j’en ai appris de belles… Vous lui auriez demandé de vous mettre des fessées…
– Hein ? Mais non, c’est pas ça…
– Ah, oui ? C’est quoi alors ?
– C’est juste que je lui ai dit que si jamais je recommençais comme l’autre fois au restaurant il pourrait… Il aurait le droit…
– Et avec la permission de qui ?
– Mais de personne… Je…
– C’est bien là le problème… Jusqu’à preuve du contraire, c’est à moi de décider… De décider si vous en avez mérité une de fessée… Ou pas… Et qui doit vous la donner… Non ? Vous croyez pas ?
– Je sais pas… Je…
– Eh bien moi, je sais… Que vous preniez encore une fois – une seule fois – une initiative de cette nature et c’en est fini de Stéphane… Vous ne le reverrez jamais… C’est bien compris ?
– Oh, oui… Oui… Non… Je te promets…
– Et moi, celle que je vais vous flanquer maintenant je vous promets que vous allez la sentir passer…

2 commentaires:

  1. Quelle " vilaine "cette petite vendeuse :) " dominatrice " perspicace et efficace à ses heures :)

    RépondreSupprimer
  2. Je l'aime bien cette petite vendeuse… De plus en plus au fur et à mesure que je la "fréquente"…
    Merci de votre passage…
    Bonne journée à vous…
    Amicalement…

    RépondreSupprimer