Nombre total de pages vues

jeudi 6 août 2009

Aux délices d'Adeline ( 28ème et dernier jour )

- Je te l’avais formellement interdit… Je te l’avais pas interdit ?

- Hein ?… Mais j’y suis pas allée… Demandez-lui à Adeline si vous me croyez pas…

- Ce n’est pas ce qu’elle prétend…

- Mais c’est dégueulasse… C’est pas vrai…

- En somme tu traites Madame la Directrice de menteuse…

- Mais non, mais…

- Mais si !… Tu y es allée ou tu y es pas allée ?

- Non, j’y suis pas allée, non !…

- Donc, c’est bien ce que je dis, tu la traites de menteuse…

- Mais venez, venez !… On va monter la trouver tous les deux et vous verrez si…

- C’est parfaitement inutile… Je n’ai pas de temps à perdre… Tu étais prévenue… Que tu essaies de la voir et c’était la porte… C’est la porte… Viens avec moi !…




Jusqu’à la porte de la chambre de Catherine à l’intérieur de laquelle il m’a poussée avant de s’éclipser… Catherine a levé les yeux au ciel. Soupiré…

- Toi, t’as encore fait des tiennes…

- Mais non !… Jamais de la vie…

- Oh, à moi tu peux bien le dire…

- Dire quoi ?… Que je suis allée voir Adeline ?… Mais non !… Non !… Non !

- Que t’y sois allée ou pas de toute façon ça n’a pas beaucoup d’importance… Et ça ne change pas grand chose… Depuis votre escapade à toutes les deux ton sort est scellé… Et c’est pas plus mal finalement… Parce que Pernelle va te faire vivre des choses beaucoup plus exaltantes… En conformité en tout cas avec ta véritable nature… C’est ce qui pouvait t’arriver de mieux… Ici tu te serais très vite engourdie dans une routine dont tu aurais eu toutes les peines du monde à te désengluer…

- Ce sera quand Pernelle ?

- Bientôt… D’ici quelques semaines… Elle te fera signe…

- Je vais rester ici en attendant ?

- Ah non, non !… Ca il n’en est pas question… Les ordres sont formels… Tu dois avoir quitté l’établissement avant ce soir… Je suis chargée d’y veiller personnellement…

- Hein ?… Avant ce soir ?… Mais pour aller où ?…

- Tu as bien un point de chute quelque part, non ?

- Ben oui, oui, mais…




- Tu comptes filer où comme ça ?

- Rassembler mes affaires…

- Non, non… Tu restes ici… On te les fera passer tes affaires…

- Faut quand même bien que je leur dise au revoir aux autres… Que je leur explique ce qui s’est passé…

- C’est précisément ce qu’on veut éviter… Qu’il se crée toute une agitation autour de toi… Qu’il se colporte toutes sortes de rumeurs et de fausses nouvelles…

- Ben justement !… Si c’est moi qui explique…

- J’ai ordre de t’interdire tout contact, de quelque nature qu’il soit, avec qui que ce soit, jusqu’à ton départ…

- Hein ?… Mais pourquoi ?…

- Parce que c’est comme ça…




- Je peux pas avoir du papier ?

- Du papier ?… Pour quoi faire ?

- Pour écrire… Ecrire une lettre…

- A quelqu’un d’ici ?… C’est inutile… Il ne l’aura pas…

- Je la posterai…

- Il ne l’aura pas non plus… Ton courrier sera filtré… Il ne parviendra jamais à ses destinataires…




Elle a regardé sa montre…

- Allez !… En route…

Les escaliers étaient déserts. Elle a voulu qu’on passe par le parc. Il n’y avait personne. Par la petite porte en contrebas. Comme la fois avec Adeline. La voiture était garée le long du trottoir exactement au même endroit…

- Ne t’inquiète pas !… Toutes tes affaires sont dans le coffre…




- C’est où ?

- La troisième maison là-bas juste à hauteur du panneau…

Elle était sur le pas de la porte. Elle s’est précipitée à la grille…

- Qu’est-ce qui se passe ?… Qu’est-ce que tu fais là ?… Tu n’es pas malade au moins ?…

- Non, non, rassurez-vous, Madame, elle va bien… Elle va très bien…




- Qu’est-ce que je vous sers ?… Tu n’as pas perdu ta place au moins ?… Me dis pas que t’as perdu ta place… Elle a perdu sa place… Elle en fera jamais d’autres… Jamais… Qu’est-ce que t’as encore inventé, tu peux me dire ?

- Rien, Madame, rien… Elle n’y est strictement pour rien… Seulement les affaires ne sont pas bonnes… Ils sont contraints de réduire le personnel… Il a fallu faire des choix… Un vrai crève-cœur… Et malheureusement… malheureusement Raphaëlle fait partie du lot…

- Eh ben il nous manquait plus que ça !…

- Dans son malheur elle a quand même beaucoup de chance… Parce que l’une de mes amies, a obtenu, non sans mal, de son père qu’il la fasse entrer dans l’entreprise familiale… Elle devrait très prochainement commencer…

- Merci, oh, merci… Vous voulez vraiment rien boire ?

- Non… Il faut absolument que je sois rentrée là-bas ce soir…




Je l’ai raccompagnée jusqu’à la voiture…

- C’est quoi cette histoire d’entreprise ?

- Tu n’imagines tout de même pas que Pernelle va te nourrir à rien faire !…

2 commentaires:

  1. encore une histoire passionante qui se termine. vivement la suite quoi que Pernelle puisse lui réserver !
    juste une chose : je suis un peu déçu de ne pas savoir ce qu'est devenue Noëlle après les épisodes de la classe des filles. mais peut être est-ce pour une autre histoire ?

    RépondreSupprimer
  2. Noëlle... Et aussi Noémie... Il est très vraisemblable qu'elles réapparaîtront à un moment ou un autre... Sous une forme ou sous une autre... Je suis toujours partagé entre le désir de me lancer dans de nouvelles directions et celui de revenir passer un moment avec mes "anciens" personnages...
    En tout cas merci à vous de vous être montré aussi assidu...

    RépondreSupprimer