Nombre total de pages vues

jeudi 20 août 2009

Abandons ( 4ème jour )

C’était un autre facteur avec, lui aussi, un recommandé…

- Il y en aura un tous les jours… J’ai fait ce qu’il fallait pour… Du coup on va tous les voir défiler… Tu penses bien qu’ils vont pas laisser passer l’occasion… Et qu’ils vont se les échanger les tournées… Jusqu’à ce qu’ils soient tous venus constater par eux-mêmes… Ah, tu vas faire causer, ça c’est sûr !… Tu fais déjà causer… J’ai eu des échos… Faut reconnaître aussi que t’es trop, toi, dans ton genre… Je te regardais tout à l’heure… Comment t’étais gênée !… S’il y avait eu un trou de souris quelque part t’aurais pas mis deux heures à aller te faufiler dedans… Alors faudra quand même que tu m’expliques quelque chose : comment tu peux te montrer, dans toutes sortes de circonstances – comme avec Pierre par exemple – provocante à outrance…

- Mais je suis pas provocante !…

- Et, dans d’autres, d’une pudeur maladive ? Hein ? Comment t’expliques ça ?… Tu vas encore me dire que tu sais pas… Tu m’agaces à force… Tu m’agaces vraiment… Eh bien je vais te dire, moi !… C’est la même chose au fond… Dans un cas comme dans l’autre c’est l’effet que tu produis qui te préoccupe… L’effet que ta petite personne produit… Tu es beaucoup trop centrée sur toi-même… Beaucoup trop à l’affût de ce que les autres pensent de toi… A la recherche de leur approbation… Ou de leur admiration… Mais fais-moi confiance : tu vas me perdre très vite ces très mauvaises habitudes… Je vais m’en occuper personnellement…




- Tiens, enfile ça !… On va aller faire quelques courses… Et soigner ton ego…

- Ca ?… Mais tout le monde va se retourner sur moi !

- Justement !… Raison de plus…




D’abord un magasin de jouets… Elle s’est lentement promenée entre les rayons… A tranquillement fait son choix… Des cubes… Un jeu de construction… Une poupée… Des puzzles avec de gros morceaux… A la caisse elle a cru bon de préciser…

- C’est pour cette grande fille… Elle fait preuve de beaucoup de bonne volonté… Il faut bien la récompenser un peu…

La caissière m’a lancé un regard stupéfait, puis amusé, finalement ironique… Je suis devenue écarlate…



Ensuite une grande halle aux vêtements…

- Va essayer ça !…

Une robe grise à longues manches avec de grosses fleurs roses brodées sur la poitrine… Elle a brusquement écarté le rideau…

- Non… Ca plutôt!…

Une autre, bleue, avec des volants… Elle n’a pas complètement refermé le rideau… Un type est passé… A regardé, avec insistance, par dessus son épaule… Est repassé…

- Non plus !… Enlève !… Elle m’a laissée nue… S’est éloignée… J’ai fixé le porte-manteau… J’entendais des gens parler, marcher… Quelqu’un a ri tout près… Elle est revenue… Une rouge cette fois dans laquelle je suis précipitamment entrée…

- Oui… Ca ira… A peu près…



Enfin un magasin d’accessoires pour chiens… Elle a filé tout droit jusqu’aux martinets… En a fait claquer quatre ou cinq en l’air l’un après l’autre, a longuement examiné les manches, les lanières… Elle en a choisi un que le vendeur a enfoui dans un sac en plastique…

- Le chien n’aura qu’à bien se tenir…

- Oui, oh, le chien… Il a pas grand chose à voir là-dedans le chien…

Il a brusquement réalisé, levé sur moi un regard entendu, s’y est longuement attardé…

- Oui, vous avez raison… Dans certains cas il n’y a effectivement pas d’autre solution… Quand il y a que ça qu’on comprend…




- J’ai vraiment passé une excellente journée… Pas toi ?

- Si… Oui… Si…

Du bout des lèvres…

- Ah oui ?… C’est pas l’impression que ça donnait… Qu’est-ce t’as préféré ?… Non, non, ne dis rien !… Laisse-moi deviner… Le magasin de vêtements, je parie !… A cause du petit jeune qui s’était posté juste en face et qui n’a pas arrêté de te dévorer des yeux tout le temps que t’as été dans la cabine… C’est ça, hein ?!…

- Il y avait un petit jeune ?… Je l’ai pas vu !…

- Fais bien l’innocente en plus !…

- Non, mais si, c’est vrai, hein !

- Par contre là où il faudra qu’on retourne impérativement c’est où je t’ai acheté le martinet… J’ai ma petite idée… Je suis sûre qu’il adorerait me voir m’en servir le type… On peut bien lui offrir ce petit plaisir… Ca ne nous coûterait pas grand chose… Et ça t’aiderait à te libérer de cette obsession permanente du qu’en-dira-t-on… Hein, qu’est-ce que tu en penses ?… Rien… Elle en pense rien… Bon, mais ça aussi…




J’ai refermé le cahier…

- C’est fini ?

- Ben oui… Oui…

- Donne !… Je le relirai… A tête reposée… En attendant tu ne m’as toujours pas dit ce que tu pensais de ce qui s’est passé à l’infirmerie… Mais il y a plus grave… Beaucoup plus grave… Je suppose que ça, par contre, tu en as parfaitement conscience… Oui, ben vu la tête que tu fais ça n’a vraiment pas l’air… Bon, mais on va te mettre sur la voie… Va me chercher notre beau martinet tout neuf… On va l’étrenner… Il ne te restera plus ensuite qu’à méditer… A te relire si besoin est et à méditer… Tu vas me le chercher ?… Donne !… Merci… Mets-toi à genoux… Les mains sur la tête…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire