Nombre total de pages vues

jeudi 26 septembre 2013

La passion de Madame la Directrice ( 5 )



– « Vous le faites exprès, hein, Oteka ? Vous le faites exprès… C’est pas possible autrement… Chaque fois vous vous arrêtez au pire endroit… Au pire moment… Elle vous a vu ? Elle a compris que vous aviez assisté à tout… Et alors ? Et après ? Il s’est passé quoi ? Elle a fait quoi ? Elle a réagi comment ? Et vous ? Vous ne me ferez jamais croire que vous êtes repartis tranquillement comme ça, chacun de votre côté… Comme si de rien n’était… Ah, non… Non…  Alors ne me faites pas languir… S’il vous plaît, Oteka… S’il vous plaît… »
– Le poisson est ferré… Maintenant suffit de pas mouliner trop vite… De pas chercher à le ramener prématurément sur la berge… Mais pour ça je te fais confiance… »



– « Eh bien, si, Martina ! Si ! Chacun est reparti de son côté… Moi, en tout cas, j’ai filé sans demander mon reste… D’instinct… Parce que je me sentais coupable… Coupable d’avoir été là… Coupable d’être resté là… Coupable d’avoir vu ce que je n’aurais pas dû voir… Et elle ? Elle, pendant ce temps-là, elle s’était précipitée, affolée, sur le téléphone… Elle avait appelé le patron… Pour le mettre au courant… J’avais assisté à tout… C’était épouvantable… Et si je parlais ? Si je racontais autour de moi ? Si ça revenait aux oreilles des ouvriers ? Elle n’avait plus qu’à disparaître… À aller se terrer quelque part au fond d’un trou … N’importe où… Tout cela je l’ai appris, le lendemain matin, de la bouche même du patron, hilare… « Jouons cartes sur table, Magali… Il a vu vos fesses… Et alors ? La belle affaire ! Ce sont pas les premières qu’il voit et ce seront pas les dernières… » Oui… Non… Mais ce qu’il y avait surtout… « C’est que je vous donne la fessée… Et que maintenant il le sait… Et qu’il sait que vous adorez ça… Bon, ben voilà… Au moins comme ça les choses sont claires… Pour tout le monde… Qu’est-ce qu’il y a encore ? Vous avez peur qu’il tienne pas sa langue, c’est ça ? Mais il dira rien… À personne… Hein, toi, que tu diras rien ? » J’ai promis… J’ai juré… « Bon, ben maintenant trêve de bavardages… Tout le monde au travail… On a assez perdu de temps comme ça… »
– Et tu t’arrêtes là ?
– Oh, non, non… Faut pas que ça devienne systématique non plus…
– Bon, ben continue alors !
– « On a passé la matinée chacun de notre côté… Elle, dans le bureau et moi au magasin… Pratiquement sans se parler… Juste le strict nécessaire… Aussi mal à l’aise l’un que l’autre… L’après-midi aussi… Jusqu’à ce qu’il rentre le patron… Et qu’il la rejoigne dans le bureau pour procèder à ses petites vérifications quotidiennes… « Ah, non ! Ça va pas, Magali… Ça va pas du tout… Mais où est-ce que vous aviez la tête aujourd’hui ? C’est encore pire que d’habitude… Faites attention… Faites très attention, Magali… Parce que ça pourrait bien encore vous arriver… Et cette fois votre jeune collègue ne se contentera pas de regarder… Il officiera… » « Oh, non ! Non… Pas lui ! Vous pouvez pas me demander une chose pareille… Pas lui ! » « Et pourquoi pas ? » « Mais c’est un gamin ! Je mourrais de honte… » « Eh bien alors vous savez ce qu’il vous reste à faire… Ou à ne pas faire… C’est selon… » Voilà, Martina, voilà… Vous allez sans doute être déçue – sans doute pas autant que je l’ai moi-même été – mais c’en est resté là… Il n’y a jamais eu d’autre fessée… Ni donnée par lui… Ni donnée par moi… Du jour au lendemain il n’a plus été question de rien… Plus la moindre allusion… Plus la moindre menace… Pourquoi ? Je n’ai pas de certitude absolue là-dessus, mais je crois, si je me fie à certains indices, qu’ils sont devenus amants – ce qui n’était pas jusque là le cas – et que les fessées il les lui a alors données chez lui… Ou chez elle… Exclusivement… Bien sûr je pourrais, pour les besoins de la cause, prétendre le contraire… Vous raconter que je l’ai fessée tant et plus… Inventer… Imaginer ce qui n’a pas réellement eu lieu… Mais non… Non… Ce n’est pas du tout mon mode de fonctionnement… »
– Et tiens ! Prends ça par les dents… Elle dont les soi-disant confessions ne contiennent pas un traître mot de vrai… Oh, mais envoie ! Dépêche-toi d’envoyer… J’ai hâte de voir la réponse…



– « Je vous sais gré, mon cher Oteka, de votre honnêteté… Il y a malheureusement, sur ce site que nous fréquentons vous et moi – comme sur tant d’autres d’ailleurs – beaucoup trop de fantasmeurs… Qui espèrent-ils, au bout du compte, tromper ? Leurs histoires sont, la plupart du temps, totalement invraisemblables… »
– Elle manque pas d’air… Non, mais alors là elle manque pas d’air…
– « Cela étant, vous n’avez pas eu l’occasion de fesser cette pauvre Magali… J’avoue d’ailleurs qu’à sa place… J’ai beau adorer la fessée… Je vivrais très mal la perspective de me la voir infliger par quelqu’un qui n’a pas la moitié de mon âge… »
– C’est pourtant ce qui l’attend… Si tout se passe comme prévu – et il y a pas de raison – c’est ce qui l’attend…
– « Vous n’avez pas eu l’occasion de la fesser, elle, mais je suis bien persuadé que vous vous êtes trouvé, par la suite, dans des situations où vous avez été amené à en administrer… Non ?
Je vous embrasse… MARTINA »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire