Nombre total de pages vues

lundi 18 mars 2013

Le Centre ( 11 )


Valentine m’a posé la main sur le bras…
– On te demande au bureau…
– Hein ? Qui ça ? Pourquoi ?
– Tu verras bien… Mais moi, à ta place, je les ferais pas trop attendre… Ils ont horreur de ça...

Il y avait Martial…
– Tiens, tiens… Eugénie…
Et puis un vieux… Que j’avais encore jamais vu…
– Assieds-toi ! Tu sais pourquoi t’es là, je suppose…
– Non… Justement… Non…
– Ben voyons !
Il a hoché la tête… Soupiré…
– Encore une qui veut faire sa maligne… Joue pas trop avec nous, ma petite… Joue pas trop…
Martial s’est levé… M’a contournée… A posé ses deux mains sur mes épaules…
– Tu te rappelles pourquoi j’ai été amené à te punir quand même ?
– Ah, ben ça, oui… Oui… Mais j’ai pas recommencé, hein ! Je vous jure…
– T’as pas recommencé, non ! T’as fait pire…
– Pire ? Qu’est-ce que j’ai fait ?
– Oui, ben d’abord tu vas le prendre sur un autre ton… Et ensuite… tu vas nous faire le plaisir de fiche la paix à Valentine… Tes sollicitations sexuelles permanentes…
– Quoi ?! Mais c’est elle ! C’est elle !
– Ne retourne pas la situation, veux-tu…
– Mais si, c’est elle ! Si ! C’est elle qu’arrête pas… De vouloir me regarder le derrière… De chercher à me faire des trucs…
– Écoute-moi bien, Eugénie… Valentine on la connaît ici… Depuis des années… Elle a fait ses preuves… On sait que c’est quelqu’un de fiable… Sur qui on peut compter… Elle n’a aucune espèce de raison de nous mentir… Toi, par contre, à peine arrivée, dès la première nuit, il a fallu que tu te fasses remarquer… Et de façon éclatante…
– Je savais pas… Qu’on n’avait pas le droit, ça… Je savais pas…
– Tu mens… Tu mens encore… Tu mens tout le temps… Tu passes ta vie à mentir… Pour ça comme pour le reste…
– Mais c’est pas vrai ! Je mens pas… Je savais pas… Si, c’est vrai, hein ! Oh, et puis de toute façon…
– De toute façon ?
– Je peux bien dire ce que je veux vous me croirez jamais… Parce que vous avez décidé que ce serait comme ça… Alors c’est pas la peine…
– Je t’ai déjà dit de le prendre sur un autre ton…
– Je… Oui… Excusez-moi…
– Et j’attends…
– Vous attendez ? Vous attendez quoi ?
– J’attends que tu reconnaisses enfin qu’en ce qui concerne Valentine…
– Ah, mais non ! Non ! Alors ça il en est pas question…
– C’est ce qu’on va voir…
– C’est tout vu…
Le vieux s’est levé…
– Laisse-la moi ! Je vais m’en occuper personnellement… Viens ici, toi ! Viens voir de quel bois je me chauffe… Allez… On met ce petit derrière à l’air et…   

– Alors ? Toujours aussi entêtée ?
– Mais non, mais… Je vous l’ai dit… J’ai pas… Aïe ! Mais aïe !
– Oui, hein ! Ça fait mal… C’est le but… Et ça va continuer à faire mal… Jusqu’à ce que tu te décides à dire enfin la vérité…
– Ouille… Ouille, mais aïe ! Oui, c’est moi ! Valentine, c’est moi ! je le ferai plus… Je promets…
– Ah, enfin ! C’est quand même malheureux d’être obligé d’en arriver là, avoue ! Comme si tu pouvais pas dès le début… Non ?
– Si !
– Bon, mais allez, file ! Et évite dorénavant de te faire remarquer… Parce que cette fois…

– Alors ?! Qu’est-ce qu’ils te voulaient ?
– Comme si tu le savais pas…
– Je te l’avais dit de me ramener une fessée des cuisines cet après-midi… Je te l’avais pas dit ?
– Ben oui, non, mais attends…
– Pourquoi tu l’as pas fait ? T’aurais pu… Je suis sûre que t’aurais pu si t’avais voulu… T’y as mis de la mauvaise volonté… Alors, moi… C’est normal, non, avoue…   

2 commentaires:

  1. oh! la peste! voilà qui appelle une vengeance!;) :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et la vengeance est un plat qui se mange froid... Elle perd rien pour attendre...
      Bonne journée, Emma... À bientôt...

      Supprimer