Nombre total de pages vues

lundi 23 avril 2012

Un mariage ( 3 )


Vous avez remarqué quand même, j’espère ?
On déjeunait sur la terrasse…
– J’ai remarqué ? J’ai remarqué quoi ?
– Et il demande quoi… Hier soir…
– Eh bien ?!
– Eh bien j’ai pas joui, figurez-vous ! Pas même le plus petit semblant de début de plaisir… C’est pas que je veuille vous vexer, mais faut dire les choses comme elles sont… Vous êtes vraiment pas au top…  Parce que des types qui savaient pas s’y prendre j’en ai déjà vu, j’en ai déjà eu, mais à ce point-là jamais ! À croire que c’était la première fois ! Qu’avant moi… Vous en avez déjà eu des femmes au moins?
– Évidemment…
– Franchement on dirait pas… Elles devaient s’emmerder quelque chose de rare , les pauvres…
Elle s’est levée…
– Bon, ben moi, en attendant, je vais à la plage…
Je l’ai imitée…
– Qu’est-ce que vous faites ?
– Ben je viens avec toi…
– Ah, non, non… Pas question… Je vous veux pas par les pieds… Parce que s’il y a un mec qui me plaît, je le lève, ça, c’est sûr… J’ai besoin de m’éclater, moi ! Et comme c’est pas sur vous qu’on peut compter pour ça…



Elle s’est installée à mi-chemin entre l’hôtel et la mer… Et elle a attendu… Que le poisson morde… Pas bien longtemps… Presque tout de suite il y en a un qui s’est approché… Qui lui a parlé… Qui a fini par s’asseoir… Qui, dans mes jumelles, s’est rapproché d’elle… Rapproché encore… Qui ne s’est pas départi d’un sourire fat… Jusqu’à ce qu’il se lève d’un bond… Qu’il s’éloigne furieux… En soulevant avec ses pieds d’imposants nuages de sable…



Un autre… Qui n’a pas fait long feu non plus…
Un troisième… Qu’elle a laissé très vite installer sa tête sur son épaule… Qui a posé sa main sur sa cuisse…
Ils se sont enlacés… Ils se sont embrassés…
Ils se sont levés… Ont disparu, main dans la main, au coin de l’avenue…



– Pourquoi vous demandez puisque vous savez ?
– Oui, mais non, mais…
– Bien sûr que si que vous savez… Vous avez pas arrêté de me surveiller… Faut pas me la faire à moi… Et vous l’avez parfaitement vu que j’étais parti avec un type... Pour quoi faire à votre avis ? Pour aller cueillir des fraises ? Eh ben non ! Non… On a baisé, figurez-vous ! Et plutôt bien… Bon, mais allez ! On va manger… Je crève la dalle…



– C’est toujours aussi bon la bouffe…
– Il y a pas de raison…
– En tout cas j’ai passé une sacrée bonne journée, moi ! On a rudement bien fait de venir ici… Mais ça, j’en étais sûre… Et en plus ils parlent presque tous français les Italiens… Non… La seule chose, c’est que j’aurais bien aimé passer la nuit avec lui ce type… Si, c’est vrai, j’aurais bien aimé… Partis comme on était… Seulement il y a sa bonne femme… Vous avez remarqué que les mecs qui valent à peu près le coup ils sont toujours en mains ? Ce qu’est logique d’ailleurs si on y réfléchit bien… Oh, mais j’ai pas dit mon dernier mot… Parce qu’elle bosse, elle, demain… Alors nous pendant ce temps-là on va se donner du bon temps… C’est prévu… Mais pas comme cet après-midi… A faire gaffe sans arrêt qu’il y ait pas quelqu’un qu’arrive…  C’est chiant à force… Non… Dans une chambre… J’en demanderai une à la réception en bas… Il y en a plein de libres, j’ai vu…



– Pourquoi vous faites cette tête ?
– Quelle tête ? Je fais pas de tête…
– Ah, si, si ! La tête de celui qu’est pas content… Poussez-vous un peu… Que je me lave les dents… Si ! Il y a quelque chose qui vous va pas… C’est à cause de Giuseppe demain ? C’est ça, hein ?
– Mais non ! Pas du tout je…
– Si, c’est ça ! Si ! Ben faudra vous y faire… Parce que ça arrivera d’autres fois… Il me faut ma dose, moi… Et même… c’est dans votre intérêt à vous que je l’aie… Parce que si je l’ai pas je suis invivable… Tout le monde vous le dira…

– Vous savez ce que je suis en train de me dire là ?
Elle a dégrafé le soutien-gorge… L’a jeté derrière elle sur la chaise…
– Eh ben c’est que sûrement maintenant votre truc vous le mettrez plus jamais dans une femme… Parce que moi, vu comment ça s’est passé hier, ça m’étonnerait que ça me retente un jour…
La culotte a suivi le même chemin…
– Et qu’avec une autre – à supposer qu’il y en ait une qui veuille de vous – vous auriez pas intérêt à vous y frotter… Parce qu’alors là… c’est tout de suite que je vous divorcerais… il y aurait même pas à discuter…
Elle s’est penchée, nue, à l’équerre, sur son sac… En a extirpé une chemise de nuit blanche à dentelles et froufrous…
– Qu’est-ce que vous alliez dire ?
– Mais rien… Rien… Je…
Qu’elle a enfilée…
– Si ! Je le sais ce que vous alliez dire… Je le sais… Que j’y vais bien, moi, voir ailleurs… Mais moi, j’ai des raisons ! Vous, vous en avez pas…
Elle s’est glissée dans le lit à mes côtés…
– Bon, allez, on dort ! Parce que demain…  

4 commentaires:

  1. Et bien pour le coup, elle en mérite une celle-ci... et une sacrée...

    RépondreSupprimer
  2. Assurément... Mais peut-être que, cette fois-ci, les choses ne vont pas se passer comme il serait vraisemblable... À plusieurs reprises on m'a fait remarquer, par mail, que c'était systématiquement, dans mes histoires, le fessier de ces dames qui trinquait.. Et qu'il ne serait que justice de faire subir le même sort, un jour ou l'autre, à celui d'un monsieur... Donc... donc il est plus que probable que cette jeune femme, avec l'aide de sa petite camarade, va prendre progressivement le pas sur son amoureux de mari...

    RépondreSupprimer
  3. Je pense qu'elle a déjà l’ascendant sur son mari... il est totalement soumis à ses quatre volontés... il accepte déjà toutes les humiliations...

    RépondreSupprimer