Nombre total de pages vues

lundi 28 novembre 2011

Souvenirs d'avant ( 22 )

22-

- Demain, c’est… ?
- Le 28 Décembre. La Fête des Innocents. Oui, je sais…
- Et qu’est-ce qu’on fait ce jour-là ?
Elle ne répond pas. Elle fait mine de n’avoir pas entendu.
- Ce jour-là, on va dénicher, au petit matin, les vilaines paresseuses qui traînent encore au lit et on leur donne des petites tapes sur les fesses pour les faire lever… Peut-être que tu t’attarderas au lit, toi aussi, demain ?
- Oui, ben alors ça, n’y compte pas ! Je suis très matinale. Surtout ce jour-là.
- Ce ne serait que justice pourtant !
- Qu’est-ce donc qui serait justice ?
- Que je sois dédommagé de t’avoir si souvent évité d’être fouettée par le maître…
- Je serai levée… C’est comme ça…

À tout hasard. Au cas où… Et… Mais oui… Elle est là. Elle dort.
- Debout, grande paresseuse, debout !
Je tire les couvertures jusqu’au pied du lit.
- Allez, debout !
Une quinzaine de petites claques, en pluie, sur ses fesses dénudées.
- Debout !
Elle a enfoui la tête dans l’oreiller. Elle ne bouge pas.

- Debout ! Debout ou je tape pour de bon…
Pas la moindre réaction.
- Tu l’auras voulu !
Une vingtaine cette fois. Bien appuyées. Bien claquantes.
- Allez, debout !
- J’ai rien senti…
- Oh, alors là ! Alors là !

- Tu m’as fait mal.
Elle renifle.
- Tu l’avais cherché. Tu l’as pas cherché ?
- Si ! Console-moi maintenant ! Prends-moi dans tes bras…

Elle se blottit contre moi. M’enlace. Je lui parcours doucement les fesses. Du bout des doigts…
- Ca fait du bien. Comment ça fait du bien. Continue ! T’arrête pas !
Je n’en ai pas du tout l’intention.

Dans mon cou elle respire plus vite. Plus fort.
Sa main descend. Se pose.
- Tu es tout dur. Tu as envie. Comment tu as envie !
La mienne s’insinue entre ses fesses…
- Et toi donc ! Tu es toute trempée.
- Viens ! S’il te plaît, viens !

Chaque après-midi le maître fait sa sieste.
Et chaque après-midi, dès qu’on l’entend ronfler, on court s’enfermer, Guillemette et moi. Dans sa chambre. Ou dans la mienne.
Elle y étouffe ses cris dans l’oreiller.

La porte. Brusquement ouverte.
Le maître. Un fouet à la main.
- Ah, les bougres ! J’en étais sûr…
Et il abat son fouet. À toute volée. Au hasard. Sur elle. Sur moi. Sur nous…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire