Nombre total de pages vues

lundi 27 septembre 2010

Colocataires3 ( 14 )

- Ils sont tous pareils les mecs finalement…
- Je te le fais pas dire… Si seulement tu pouvais réellement t’en convaincre !… Ca changerait bien des choses pour toi…
- Non, mais vous avez vu ce troupeau ?… Et comment ça me suivait à la trace… Il y en a quatre fois le tour de la halle aux chaussures je leur ai fait faire…
- Faut dire que vu tout ce que tu leur dévoilais généreusement…
- Oh, quand même !… Pas tant que ça…
- Tu plaisantes ?… Ils n’ignorent absolument plus rien désormais de tes petits secrets… Ni de l’état dans lequel une bonne fessée met ton derrière…
- Ceux qui m’ont le plus fait rire c’est ceux qu’étaient avec leurs femmes… Comment ils élaboraient des stratégies compliquées pour qu’elles s’aperçoivent de rien…
- Ca te fascine toujours autant, hein, les hommes mariés…
- Mais non, mais…
- Mais si !… Et je crois que ça a pas fini de te valoir des fessées…
- Oui, oh, mais de toute façon, là, de quoi vous voulez qu’elles se plaignent ?… Si elle y attrapent ce soir – et il y en a un sacré paquet qui va y attraper – elles pourront me dire merci…

- On a bien fait de rester manger là finalement… On est nettement mieux qu’à notre hôtel… Avec la mer juste en face comme ça… Et les gens qui se promènent… Vous avez vu le nombre qu’il y en a d’amoureux ?… C’est fou quand on y pense… Vous croyez que j’en aurai un aussi, moi, un jour ?… Un vrai… Qui dure… Qui soit qu’à moi et que je sois qu’à lui…
- Il y a pas de raison…
- Il y a des moments où il y a que de ça que j’ai envie… Et de rien d’autre… Mais faut pas que je me fasse trop d’illusions quand même… Destructrice comme je suis… Suffira que ça aille trop bien pour que je foute tout par terre, je me connais… Il y a que vous qui pouvez m’obliger… M’obliger et m’empêcher… Si un jour j’ai vraiment un mec c’est que vous aurez fait ce qu’il faut pour… Et que vous continuerez à faire ce qu’il faut pour… Et même pour le reste… Parce que vous savez ce que je me dis des fois ?… C’est qu’on est partis sur les mecs tous les deux, oui, mais il y a pas que ça… Parce que regardez question boulot… Depuis que je suis rentrée j’ai rien trouvé… Et pourquoi j’ai rien trouvé ?… Parce que j’ai pas vraiment cherché… Pire même !… Les deux fois où ça aurait pu le faire je me suis arrangée pour que ça le fasse pas… Une fois en y allant pas et l’autre en me montrant tellement insolente qu’on voit vraiment pas comment le patron il aurait pu m’embaucher… Là-dessus aussi faudrait que vous me preniez en mains… Sinon je vais forcément toujours choisir la solution de facilité… Vous me logez… Vous me nourrissez… J’ai tout ce que je veux… Pourquoi j’irais faire des efforts et chercher vraiment du travail ?… Quitte à m’en mordre les doigts plus tard…
- Dès qu’on est rentrés – dès demain – on s’en occupe…
- Merci… Mais il y a pas que ça… Il y a plein de trucs qu’il faudrait que je change… Dans mon caractère… Dans ma façon de faire… Dans plein de domaines, je le sais bien… Seulement je suis pas courageuse… Et j’ai aucune volonté… Alors si on m’aide pas… Si on me force pas… Vous savez ce que je voudrais ?… Ce que j’aimerais ?… C’est que ce soit toute ma vie que vous dirigiez… Pour que je fasse ce que je dois faire… Pour que je sois comme je voudrais tellement être… Je m’abandonnerais… J’aurais plus besoin de me poser sans arrêt tout un tas de questions… Je ferais ce que vous me diriez de faire… Et vous me puniriez si je le faisais pas… Ou si je le faisais mal… Seulement, malheureusement, c’est pas possible…
- Pourquoi ça « pas possible » ?…
- Parce que, pour pouvoir faire un truc pareil, faudrait qu’on soit que tous les deux à vivre à la maison…
- Pas nécessairement…
- Oh, ben si !… Si !… Et vous le savez très bien en plus… Mais peut-être qu’un jour – plus tard – ce sera possible… On sait jamais…

- Eh ben dis donc !… Quand on dit que les femmes sont bavardes… Un sacré moment vous lui avez discuté à celui-là devant la porte de l’hôtel…
- Oui… Une conversation passionnante on avait tous les deux…
- Pendant que moi j’attendais dans la voiture… Et c’était quoi le sujet ?…
- Toi…
- Moi ?… A propos de quoi moi ?…
- Il voulait savoir pourquoi tu l’avais eue la fessée… Si je t’en donnais souvent… Comment tu réagissais… Plein de choses…
- Et vous lui avez dit quoi ?…
- La vérité… Que t’es une coureuse…
- C’est pas vraiment vrai…
- Ben voyons !…
- Enfin si !… Dans un sens… Mais pas dans un autre… Et puis il y a pas que ça… C’est pas la seule raison pour que vous me punissiez…
- Tu sais ce qu’il m’a demandé ?…
- Non…
- S’il pouvait pas voir ce que ça donnait… Juger sur pièces…
- Il est à peine gonflé lui !… Et vous avez répondu quoi ?…
- Que c’était prématuré… Mais que peut-être un jour… Il m’a laissé ses coordonnées du coup…
- Et vous comptez faire quoi ?…
- Ca va dépendre de toi… Et uniquement de toi…

4 commentaires:

  1. Et voilà comment une petite soumise choisie son maître !!!

    RépondreSupprimer
  2. Faut dire qu'elle a eu ( pris ) tout son temps pour le faire... Depuis le temps qu'ils se connaissent... Reste pour elle maintenant à s'efforcer d'atteindre son objectif final: rester seule avec lui... C'est pas forcément gagné...

    RépondreSupprimer
  3. En effet, j'en connais une, voir deux qui n'ont pas dit leur dernier mot...

    RépondreSupprimer
  4. Je me demande si j'arriverai à mettre un terme à leurs aventures... Les suspendre, oui... Mais y mettre un terme définitif?...

    RépondreSupprimer