Nombre total de pages vues

lundi 7 juin 2010

Colocataires2 ( 18 )

- Ils ont pas donné signe de vie les deux autres…
- C’est peut-être ce que, de leur côté, ils attendent de toi…
- Oui, oh, tu parles !… Ils sont comme tous les mecs… Une fois qu’ils ont eu ce qu’ils voulaient ils disparaissent dans la nature… On se demande de quoi ils ont peur… Qu’on les colle ?… De plus pouvoir se dépêtrer ?… On n’en est plus là aujourd’hui… On est comme eux… Exactement pareilles… On se prend pas la tête… On fait ce qu’on a envie… Comme on a envie… N’empêche que c’est con… Parce que je suis quand même presque sûre qu’ils sont homos tous les deux et que j’aurais pu faire avec eux des choses qu’on peut pas faire avec d’autres…
- Quoi par exemple ?…
- Par exemple qu’il y en ait un des deux qui ait l’autre en lui pendant qu’il est en moi… Je sais pas si tu peux comprendre… Faudrait que tu sois une femme pour ça… Mais c’est quelque chose tu peux pas savoir comment ça me remue !… Presque autant que la belote…
- La belote ?!…
- Oui… J’appelle ça comme ça parce que faut forcément être quatre… Ce serait que je sois avec un mec pendant que mon officiel il se ferait prendre par un autre juste à côté… En même temps… Sauf que c’est pas demain la veille que ça m’arrivera… Vu que j’en ai pas d’officiel… C’est pas que je pourrais pas… Non… Il y en a toute une flopée qui demanderait pas mieux… Seulement je vois pas pourquoi je choisirais celui-là plutôt qu’un autre… Ils ont chacun ses qualités… Et les défauts qui vont avec… Ce qu’il faudrait c’est pouvoir s’en fabriquer un de type en prenant une portion de celui-ci, une pincée de celui-là, one once d’un troisième… Seulement ça !…

- Faut qu’on parle… Faut vraiment qu’on parle…
- Je t’écoute…
- Vous savez ce que je vous ai dit l’autre jour…
- Quoi donc ?…
- Que je peux pas être avec quelqu’un et en même temps avec quelqu’un d’autre…
- Oui… Eh bien ?…
- C’est vrai, vous savez…
- Je n’en doute pas le moins du monde…
- Alors c’est pour ça… J’ai beaucoup d’estime pour vous… Infiniment… Vous m’avez apporté beaucoup… Beaucoup plus que n’importe qui…
- Mais ?…
- Mais… Comment c’est dur à dire !… Mais…
- Mais il y a Martial… Martial que tu as revu… Martial dont tu es follement amoureuse… Martial qui est follement amoureux de toi… Ou qui croit l’être… Ou qui prétend l’être…
- Qui l’est… Qui l’est… J’en suis sûre…
- Et donc… Donc ça peut pas continuer tous les deux… Toi et moi…
- Forcément… Vous comprenez ?…
- Evidemment que je comprends…
- Vous êtes pas fâché ?… Si, vous êtes fâché… Je le vois bien…
- Je suis pas fâché, non… Juste un peu triste… Tu le serais pas, toi, à ma place ?…
- Si !… Si… Sûrement…
- Et puis en même temps, malgré tout, je suis heureux pour toi… Très… C’est ce qui pouvait t’arriver de mieux… Quelqu’un de ton âge… Avec qui tu te sentes en harmonie… Qui puisse te rendre heureuse…
- Je le suis… Tellement… Je le serai… J’en suis sûre… Mais vous savez ce qu’est drôle quand même, ce que je me dis souvent, c’est que si vous aviez pas été là, si vous aviez pas fait ce blog, si je vous l’avais pas laissé faire, je l’aurais jamais rencontré Martial… C’est à vous que je le dois finalement…
- Je dois m’en réjouir ?… Peut-être… Peut-être que c’est ce qui pouvait t’arriver de mieux… Bon, mais raconte… Raconte-moi… Vous avez des projets ?… Vous allez faire quoi tous les deux ?…
- Plein de choses… Il voudrait monter son entreprise… Un truc d’informatique… Mais pas ici… Plutôt dans le Midi… Au soleil… Pas trop loin de la mer… Moi, dans un premier temps, je me chercherai du boulot, mais si ça marche, lui, sûrement que j’ouvrirai un magasin. De sapes. J’en ai toujours rêvé. Et puis aujourd’hui ceux qui réussissent ce sont ceux qui prennent des initiatives… Qui osent entreprendre… D’ici quatre cinq ans vous verrez qu’on aura notre maison à nous… Notre petit nid d’amour comme on dit… Faudra venir nous voir, hein…
- Je ne suis pas sûr que ce soit une très bonne idée…
- Oh ben si, si !… Pourquoi ?…
- Parce qu’à ce moment-là tu n’en auras pas forcément envie… J’appartiendrai pour toi à un lointain passé… lointain et révolu…
- Oh, mais non, non !… Faut pas dire ça !… On va rester amis…
- Je ne suis pas sûr que ce soit une très bonne idée non plus…
- Alors comme ça vous allez me laisser tomber !… Complètement…
- S’il y en a une qui laisse tomber l’autre…
- C’est pas une raison… On peut bien quand même continuer à se voir… Juste comme ça… Sans qu’il y ait…
- Je ne suis pas sûr d’en avoir vraiment envie… Ca me ferait trop de mal… Bon, mais allez !… Va vite le rejoindre…
- Je peux vous embrasser ?…
- Bien sûr !… Au revoir, Mélissa… Sois heureuse !…

2 commentaires:

  1. J'aime le réalisme de cette rupture. Jusque là, on aurait pu le penser insensible... il avait une telle facilité au détachement, au regard d'observateur, un tantinet trop altruiste. Le voici enfin humainement touché. Il reste généreux et magnanime, mais on sent que son cœur est touché. Ça le rend d’autant plus attachant à mes yeux. Enfin, c’est mon ressenti. :-)

    RépondreSupprimer
  2. Peut-être avait-il effectivement jusque là tendance à mettre ses émotions à distance ( par peur de souffrir s'il s'impliquait trop?) Et son "altruisme" était peut-être ( et sera sans doute encore ) une façon de se donner le change à lui-même. Cette rupture a sans doute beaucoup à lui apprendre...

    En tout cas, pour le moment, le départ de Mélissa laisse le champ libre à Victorine et à Mélianne qui seront les deux héroïnes des Colocataires3...

    Un Colocataires4 avec la réapparition de Mélissa?... Je n'en sais rien... Ca ne dépend pas de moi... Lol...

    Merci de me lire avec autant de constance...

    Bonne soirée... A bientôt...

    RépondreSupprimer