Nombre total de pages vues

lundi 26 octobre 2009

Colocataires ( 18 )

- Vous allez lui dire à Mélianne que vous m’avez emmenée au restaurant ?
- Je n’ai aucune espèce de raison de le lui cacher…
- Oui, mais du coup elle va vouloir savoir… Ce qu’on s’est dit… Ce qui s’est passé… C’est un peu comme si elle était là, entre nous, à nous surveiller… Jamais je vais pouvoir être naturelle avec vous, moi, ni vous parler franchement si je dois sans arrêt me dire qu’elle sera au courant de tout…
- On n’est pas obligés d’entrer dans les détails…
- Oui, ben alors ça avec elle c’est pas gagné… Elle va pas arrêter de m’interroger… Elle va pas arrêter de vous interroger… Elle nous lâchera pas… Jusqu’à ce qu’on ait craché le morceau…
- Quel morceau ?
Elle n’a pas répondu. Elle a brièvement effleuré mon regard, s’est concentrée sur sa truite dont elle a minutieusement levé les filets…
- Hein ?… Quel morceau ?… Savoir si on a couché ensemble ?… Si on va coucher ensemble ?
- C’est vrai que ça la préoccupe… Beaucoup…
- Et qu’elle pousse à la roue… Et pas qu’un peu !…
- Ca m’agace !… Vous pouvez pas savoir comme ça m’agace !… Comme s’il y avait que ça qui m’intéressait !…
- Il y a que ça qui l’intéresse, elle… Du moins en ce qui me concerne…
- Ca, c’est sûr… Des tas de questions elle se pose par rapport à vous… Vous la déstabilisez complètement de pas essayer avec elle… Même qu’elle vous ait mis les points sur les i dès le début… Seulement moi, j’ai pas une âme de cobaye… Et j’ai pas du tout envie que ce qui va se passer – ou ne pas se passer – entre nous ce soit en fonction des attentes ou des appréhensions de Mélianne… Et c’est forcément ce qui va se produire si on lui laisse un droit de regard sur nous…
- Eh bien ne le lui laissons pas !…
- On lui dit rien ?
- On lui dit rien… Même pas qu’on se voie… Surtout pas qu’on se voie…
- Merci…

- Ben alors ?… Où vous aviez disparu ?… Je vous ai cherché, moi !… Pour aller là-bas, tiens, pardi !… Vous avez raté quelque chose, vous savez !… Parce que Alexandra aujourd’hui elle s’est ramassé Kevin entre les fesses… Ben oui, forcément !… De l’autre côté, elle, c’est même pas la peine d’y penser !… Et moi Baptiste du coup !… Ca l’avait mis en appétit… De toute façon les mecs dès qu’il s’agit de nous passer par là ils se sentent plus… Mais seulement nous !… Elle a beau dire Alexandra que c’est un premier pas et que quand on les aura bien habitués ils se le feront entre eux j’y crois pas une seule seconde… Parce que vu le nombre de fois où je me le suis fait faire comme ça si ça jouait vraiment il y a belle lurette que pratiquement tous les mecs que j’ai eus ils se taperaient à qui mieux mieux dans la lune… Et c’est pas le cas… Ah non alors !… Pas question… Ils veulent pas en entendre parler… Mais justement !… Justement… qu’elle dit Alexandra… C’est qu’ils en crèvent d’envie au fond d’eux-mêmes… Ils s’en défendraient pas avec autant d’énergie sinon… Peut-être… Peut-être… J’en sais rien… Mais s’ils savent pas eux-mêmes qu’ils en ont envie je vois pas à quoi ça peut nous avancer…

- Faut que je vous raconte !… A vous… Il y a que vous qui pouvez comprendre… Hier soir ça s’est passé… Au moment de partir du boulot… J’avais travaillé toute la journée sur un dossier important… Fallait absolument qu’il soit prêt ce matin… Je venais juste de le finir… Je le ferme… « Voulez-vous enregistrer les modifications apportées à D12V ? »… Et comme une imbécile je clique sur non… La boulette… La grosse boulette… J’ai beau le rouvrir… Le refermer… Le rouvrir encore… Ca a définitivement disparu… Pas d’autre solution que d’aller expliquer à monsieur Lambert, dans son bureau, ce qui s’est passé… « - Ah, Victorine, vous n’en ferez jamais d’autre !… Vous savez ce que vous mériteriez ?… Une bonne fessée… »… Je suis devenue écarlate… J’ai balbutié je ne sais trop quoi… Et il en a rajouté une couche… « - Eh bien !… Eh bien !… Reprenez-vous !… C’est d’entendre parler de fessée qui vous met dans des états pareils ? »… Je n’ai pas cherché à lutter… Je n’ai pas protesté… « - Venez avec moi… »… Il m’a ramenée à mon ordi… Devant lequel il s’est installé… « - Voilà !… Le malheur est réparé… Il y a toujours moyen de ramener un ordi à une situation antérieure… Encore faut-il savoir le faire… »… Il s’est levé… « - N’empêche que je devrais quand même bien vous en mettre une… »… Et il est parti sans se retourner… Heureusement !… Et moi, j’ai passé la nuit à imaginer qu’il me la donnait vraiment… Quelquefois dans son bureau… Quelquefois devant mon ordi… Et même, de temps en temps, devant tous mes collègues qui riaient et se moquaient de moi… Il y a des moments… je me demande si je deviens pas complètement folle…

- Là, c’est Gaëlle… Là, Emilie… Là, Cynthia… Et là Pauline… Vous les connaissez… Vous les avez vues au hand… Ca dérange pas que je les aie amenées ?… Non, parce que Claire elle enterre sa vie de jeune fille le 18… Alors faut qu’on prépare… Qu’on lui mijote tout un tas de surprises… On a le temps, mais vaut mieux s’y prendre à l’avance… Surtout qu’on veut que ça sorte de l’ordinaire… Parce que si c’est pour se bourrer la gueule ou se taper les éternels chipendales merci bien !… Vous avez pas des idées, vous ?… Comment ça se passait dans votre temps ?…
- Ca se faisait pas tellement… Pour les filles en tout cas…
- Heureusement qu’on est pas nées à cette époque-là, nous !… On n’avait jamais droit à rien… Non, mais sans rire, on devait s’ennuyer à mourir… Je te leur aurais foutu un bordel, moi !… Ils auraient pas été déçus du voyage… Bon, mais ça nous dit pas ce qu’on va lui concocter à Claire… Vous avez des idées, les filles ?… Non, mais attendez !… Pas toutes à la fois… Chacune son tour !…

- Vous dormez ?… Non ?… Je peux allumer alors ?… Juste une minute… Le temps que je me couche… Oh, c’est sympa… Vous m’avez chauffé la place… Vous pouviez… C’était la moindre des choses… Parce que comment j’ai été gentille avec vous !… Vous amener quatre petites nanas comme ça pour passer la soirée… Et des mignonnes en plus !… Sans compter que vous les avez toutes vues à poil sous la douche… Je me mets à votre place… Comment ça doit être excitant d’y repenser, de vous dire en leur parlant, en les écoutant, que vous savez comment elles sont faites et qu’elles s’en doutent même pas… Ca a dû sacrément vous mettre en appétit, non ?… Vous vous êtes amusé tout seul le temps que j’arrive ?… Même pas ?… Eh ben il doit y avoir besoin, dites donc !… Faites voir !…
Elle y a installé sa main. D’autorité…
- Ho la la, oui !… Vous voulez que je vous le fasse ?… Faut pas hésiter à me demander, hein, quand c’est comme ça… quand vous avez envie… Moi, ça me gêne pas du tout… Au contraire… J’aime bien… Le mec tu le tiens complètement en ton pouvoir… Et puis il faut quand même que vous ayez droit à quelque chose de temps en temps… Mais peut-être que vous aimez pas que ce soit quelqu’un d’autre qui vous branle… Que vous préférez tout seul… Je sais qu’il y en a des comme ça… C’est comme vous voulez… C’est vous qui décidez…
Elle a doucement caressé. Du bout du pouce…
- C’est fou comment c’est doux là… J’adore… Et vous, vous aimez ?… On dirait en tout cas… Qu’est-ce ça vous fait ?… C’est pas juste… Non, c’est pas juste… Faudrait qu’on puisse être dans votre peau des fois, nous les femmes, pour savoir ce que vous sentez… Vous pensez à quelque chose ?… Vous pensez à quoi ?… Ou à qui ?… A Emilie, je parie… Elle est sacrément bien foutue, hein !… Je crois que de toutes celles du hand… Oh, ben non, non, pas déjà !… J’ai même pas eu le temps de vous commencer…

2 commentaires:

  1. Bonjour François,

    Décidément cette histoire me plaît beaucoup.

    Il en a de la chance, le héros avec toutes ces jeunes femmes autour de lui.

    En plus on sent qu'il y a du vécu derrière, ou du moins des fantasmes forts dérivés d'une réalité.

    Enfin je ne me plains pas après le week-end que nous avons passé avec ma chère moitié alors que nous avions évacué les enfants chez les grands-parents. Nous avons fait 26h de SM et d'échangisme quasiment non stop.
    Et comme tu (plutôt Mélianne) le dis si bien, j'ai été très heureux de sodomiser ma partenaire préférée que je n'avais pas revu depuis un an.
    En plus, j'ai noué contact avec une soumise très maso qui a apprécié mes jeux de pinces.

    Donc, je suis aussi un peu comme le héros (comment s'appelle-til au fait ?? J'ai raté le prénom ou tu ne l'as pas donné.) comblé, un exemple que les histoires coquines harmonieuses n'arrivent pas que dans les romans (car ma charmante épouse a elle aussi eu largement son compte !!!) .

    Amitiés à toi

    Philippe (Masterfil)

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Philippe,

    Ravi que tu aies pu passer un week end enchanteur à réaliser toutes sortes de fantasmes... Heureusement que cela n'arrive pas que dans les romans!!!

    Ravi aussi que cette histoire te plaise... Elle tire à sa fin - plus que huit épisodes avant de passer à quelque chose de complètement différent... Mais je me soupçonne fortement d'avoir envie d'envisager une suite!!!!

    Quant au prénom du personnage principal je ne lui en ai effectivement pas donné ( pour qu'on puisse plus facilement s'identifier à lui? )

    A bientôt...

    Amicalement à toi...

    François

    RépondreSupprimer