Nombre total de pages vues

lundi 12 octobre 2009

Colocataires ( 14 )

- Elle est pas revenue Mélianne hier soir… Ni cette nuit…
- Non… Tout à l’heure… Sûrement…
- J’ai pas envie… J’ai pas envie de la voir... Quand je pense qu’il va falloir que bientôt je remonte là-haut… Et que je la laisse toute seule avec vous… Vous pouvez pas savoir ce que ça me fait… Il y a des moments je me dis que je vais tout plaquer… tant pis… et rester là… Surtout après un week end comme ça…
- C’est pas ce que tu ferais de mieux…
- Je le sais bien… Mais c’est pas juste, avouez !… C’est moi qui vous ai trouvé… C’est moi qui ai tout fait… Et c’est elle qu’en profite…
- T’y es bien un peu pour quelque chose, non ?
- C’est bien ça le pire… Si vous saviez ce que je m’en veux… Oui… Non… Je crois que je vais pas repartir finalement…
- Si tu fais ça…
- Si je fais ça ?…
- Je te fous dehors… Et tu remets pas les pieds ici…
- Vous tiendriez pas le coup… Vous auriez bien trop envie de me voir… Non… Mais de toute façon je suis pas idiote… Je vais pas faire n’importe quoi… On s’écrira par contre, hein ?!… Je vous écrirai… Tous les jours… Vous me répondrez ?… Oui ?… Sûr ?… Je vous dirai tout… Vraiment tout… Vous me donnerez des conseils… Vous m’engueulerez si je fais des conneries… Vous me promettrez la fessée quand je la mériterai… Et quand je descendrai vous me la donnerez vraiment… Ou bien vous viendrez là-haut exprès pour me le faire… Sans prévenir… Que j’aie la surprise… Mais vous lui en parlez pas de tout ça à Mélianne, hein ?!

- Vous êtes où ?… Ah, vous êtes là…
Dans la cuisine. Où je péparais le repas de midi…
- Elle est pas là Victorine ?… Elle est où ?
- Elle vient juste de sortir… Elle avait quelqu’un à aller voir, je crois…
Elle a jeté son manteau sur une chaise, s’est débarrassée de ses chaussures…
- Une vraie torture ces grolles… Je suis vannée… Complètement vannée… Vous voulez pas venir au salon plutôt ?…
Où elle s’est affalée de tout son long sur le canapé…
- Et m’apporter un café… Je vous en serais éternellement reconnaissante…

- Alors ?… Ce week end ?
- Alors… Ben alors si je m’y attendais à celle-là… Il y avait sa femme…
- Sa femme ?!
- Sa femme, oui !… Sa femme qu’était au courant de tout… C’est la première chose qu’elle m’ait dite… « Je sais tout… »… Comment tu te trouves conne !… Surtout que lui il s’était éclipsé vite fait… Qu’il nous avait laissées toutes les deux…
- Et ça a été la grosse explication…
- Pas du tout, non… Au contraire… Elle m’a fait tout un tas de compliments… Que j’étais mignonne comme tout… Mais que ça c’était pas une surprise… Son mari avait toujours eu très bon goût… Qu’elle était ravie qu’il ait choisi une fille comme moi… Parce que non seulement j’étais belle et sensuelle, mais en plus, à ce qu’il lui avait dit, pas compliquée pour un sou… J’étais vraiment pas le genre à faire des tas d’histoires… Alors si je voulais venir là, chez eux, quelquefois, le week end ou même le soir de temps en temps, elle n’y voyait vraiment aucun inconvénient… Je serais quand même mieux à faire ça là, tranquillement, avec lui plutôt qu’à la sauvette, au cabinet, entre deux clients… Non ?… Je croyais pas ?… Si, si, bien sûr, mais… Et puis la situation serait beaucoup plus claire… Pour tout le monde… Parce que devoir se cacher en permanence les uns des autres ça avait quelque chose de profondément humiliant… Et de parfaitement ridicule… J’étais pas de cet avis ?… Ben si, si, aussi, mais… « - Qu’est-ce qui te dérange ?… Que ce soit inhabituel ?… Je devrais être jalouse, c’est ça ?… T’arracher les yeux ?… Te menacer de je ne sais trop quoi ?… Tout ça parce qu’on partage le même homme… Eh bien non, non, désolée !… J’aime beaucoup trop mon mari pour lui en vouloir de t’apprécier… Et pour t’en vouloir à toi qu’il t’apprécie… Bon, mais va vite le retrouver… T’en crèves d’envie… Et il doit t’attendre… »… Je savais plus trop quoi penser, là… « - Eh bien pense pas il m’a dit le toubib… » avant de me faire dégringoler sur le lit… C’est quoi votre avis à vous ?… J’aime pas trop ça quand je comprends pas…
- Il y a toutes sortes d’explications possibles… C’est peut-être effectivement un couple très libéré… Qui se dit tout… Qui se cache rien… A moins qu’elle fasse contre mauvaise fortune bon cœur… Que, faute de pouvoir empêcher les frasques de son mari, elle se fasse leur complice… Pour garder un œil sur ce qui se passe… Pour faire face au danger… On peut aussi envisager qu’elle aime les femmes… Que la façon dont il lui a parlé de toi lui a donné envie de faire ta connaissance et qu’elle compte bien, à terme, te partager avec lui…
- Oui, j’y ai aussi pensé à ça… Surtout qu’elle a drôlement insisté, après, pour qu’on devienne amies toutes les deux… Qu’on aille faire du shopping ou des trucs ensemble l’après-midi… Alors oui… Sûrement qu’il y a quelque chose comme ça… C’est pas que ça me gênerait, non… Je fais bien des trucs ensemble avec Baptiste et Kevin, moi !… Non… La seule chose, comme je vous ai déjà dit, c’est que moi les femmes… Mais bon… On verra bien…

- Allo… C’est moi… C’est Victorine… Je suis repartie… Enfin presque… Il me reste juste deux trois trucs à faire avant de remonter… J’ai pris mes affaires… Je repasserai pas à la maison… Je préfère rester sur mon impression de tout à l’heure… Sur ce qu’on s’est dit… Sur ces deux jours qu’on a vécus ensemble… Rien que nous deux… Je veux pas la voir… Pas maintenant… Pas en ce moment… On se prendrait le chou grave… Ca volerait… Et vous lui donneriez raison…
- Qu’est-ce que t’en sais ?
- Ben si, si !… Vous allez pas vous brouiller avec… Et plus avoir personne chez vous… Maintenant que vous y avez pris goût… Bon… Mais vous m’écrirez, hein ?!… Vous m’avez promis…
Elle a raccroché au bord des larmes…

- Partie ?… Comme ça ?… Sans dire au revoir à personne ?… Elle est pas nette il y a des jours… C’est ça le problème avec elle… Tu sais jamais sur quel pied danser… Je la connais depuis le temps… Il y a des jours elle est adorable… Elle se mettrait en quatre pour te faire plaisir… Et il y en a d’autres elle est absolument infecte… Faut t’en méfier comme de la peste… Et il y a aucune logique là-dedans… Tu sais pas pourquoi… Et elle non plus…

- Qu’est-ce que tu fais là, toi ?
Dans mon lit…
- Ben je suis couchée… Pourquoi ?… Ca vous ennuie ?… J’y suis bien venue l’autre soir… Et vous avez rien dit… Mais si vous voulez pas que je reste…
- Maintenant que t’es là…
- J’en étais sûre… J’en étais sûre que vous diriez pas non… On pourra causer comme ça le soir… Aussi longtemps qu’on voudra… Et vous me réchaufferez les pieds… J’y ai tout le temps froid…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire