Nombre total de pages vues

jeudi 8 octobre 2009

Colocataires ( 13 )

- Excusez-moi pour tout à l’heure… Je suis désolée… Je sais vraiment pas ce qui m’a pris…
- C’est pas grave… Choisis plutôt… Si je me souviens bien les croustades au ris de veau sont un véritable délice…
- Si, c’est grave, si !… Comment je me déteste quand je suis comme ça… Je sais pas ce que je me ferais… Je sais pas ce que je mériterais…
- Une bonne fessée…
- Oui… Vous rigolez, mais oui… Je me demande si ce serait pas encore la meilleure solution… Pour ça et pour plein d’autres trucs… J’ai aucune volonté… J’ai l’air sûre de moi quand on me voit comme ça, mais en réalité c’est du yaourt à l’intérieur… Il y a rien de solide… Rien qui tient debout… Et s’il y a pas quelqu’un qui m’oblige… Dans mon intérêt… Pour mon bien… J’ai cru que vous alliez le faire au début, quand je suis arrivée chez vous, tellement j’étais insupportable et puis bon…
- T’étais insupportable exprès ?
- Non, oh non !… Enfin je me demande… Je me demande quand même si je vous poussais pas à bout des fois pour que vous finissiez par m’en flanquer une… En attendant comment c’est bon ce machin d’écrevisses…

- A quoi vous pensez ?
- A tout à l’heure quand on va rentrer et que je vais pouvoir t’admirer tout mon saoul… Allez, finis vite ton dessert…
- Et si je traîne ?
- Tu prends des risques…

Il était sur le trottoir. Devant la porte…
- Baptiste !… Mais qu’est-ce que tu fais là ?
- Elle est pas avec toi Melianne ?
- Non… Non… Tu le vois bien… Elle est pas là…
- Elle est où ?
- Qu’est-ce que tu veux que j’en sache ?… Je passe pas mon temps à la surveiller…
- Elle est avec un mec, hein ?
- T’es frigorifié… Rentre te réchauffer… Et boire un café… On verra ça là-haut…

Il y a eu leurs voix en interminable ruissellement. Léger. Régulier. Jusque tard dans la nuit… Et puis le silence. Des halètements. Des gémissements. Qui sont devenus plaintes affolées. Hurlements de bonheur éperdu. Ca a recommencé. Ca a chuchoté. Une porte. Une autre…

Assise à la table de la cuisine, elle me tournait le dos. Elle déjeunait. Elle ne s’est pas retournée. Quand mes mains se sont posées sur ses épaules elle a frissonné. Je les y ai laissées…
- Alors, jeune fille, bien dormi ?
Elle n’a pas répondu. Elle s’est contentée de soupirer…
- Pas vraiment, hein ?… On avait d’autres préoccupations…
Mon ton s’est fait plus sec. Cassant. Mes doigts se sont enfoncés dans la peau…
- Tu n’as pas honte ?
- Si, mais non, mais…
- Mais quoi ?… Tu as couché avec le petit ami de Mélianne… Oui ou non ?
- Oui, mais c’est parce que…
- Et en plus tu vas te trouver des excuses !… C’est absolument inqualifiable ce que tu as fait là… Inqualifiable… Tu en as conscience au moins ?
- Oui…
- Et tu l’as fait quand même…
- J’ai pas pu m’empêcher… Punissez-moi !
Dans un souffle…
- Punissez-moi !… Je l’ai mérité…
- Viens !

Elle s’est relevée, frotté vigoureusement les fesses…
- Hou !… Vous avez pas fait semblant, dis donc !… Mais il faut… C’est pas une vraie fessée sinon…
- Tu sais que t’en mériterais une autre ?…
- Là ?… Maintenant ?… Pourquoi ?…
- Pour pas avoir tenu ta promesse hier soir…
- Ah oui !… Mais je peux encore, hein !…
- Trop tard !…
Et elle s’est laissé une nouvelle fois basculer, sans la moindre résistance, en travers de mes genoux…

- Comment ça me brûle !
- Laisse-le bien à l’air…
- Oui, ça évidemment, pardi !… C’est pas vous qu’allez me dire le contraire…
- L’idéal ce serait à l’air libre dehors, dans la rue…
- Ben voyons !… J’imagine la tête des gens…
- Et la tienne…
- Wouahh !... Comment j’aimerais pas !… Mais en même temps…
- En même temps ?
- Comment j’aimerais !… Parce que j’aimerais pas justement… Je suis compliquée, hein ?…
- Pas tant que ça, non… Et si on retournait à la passerelle ?… Ou à la maison de retraite… Ce serait le moment ou jamais…
- Oui, mais j’aurais pas la surprise… Ce qu’il faudrait c’est un truc à quoi je m’attendrais pas du tout…

- Ca va être quand ?… Ca me fout une de ces trouilles…
- Dans pas longtemps… Tu verras bien…
L’avenue Victor Hugo. La rue Nungesser et Coli. Les jardins de la mairie. Un jeune couple, assis sur un banc, nous a regardés approcher en souriant. On est passés lentement à leur hauteur. J’ai agrippé le bas de la robe, l’ai délibérément soulevée. La fille a poussé un petit cri, éclaté d’un rire haut perché…
- Oh, l’autre !… Cette rouste qu’elle a prise !…
Le type a répondu quelque chose, sur un ton moqueur, qu’on n’a pas compris…
Victorine s’est tournée vers moi, a plongé ses yeux dans les miens. Il y dansait une petite flamme noire d’infinie gratitude…

- Elle rentre quand l’autre ?… Ce soir ?…
- Ou demain matin… Au plus tard… Faut bien qu’il reprenne ses consultations le toubib…
- Si vous voulez… Venir regarder… Tant que vous voulez…
Elle a allumé l’halogène, s’est allongée sur le canapé, a fermé les yeux…

4 commentaires:

  1. Bonjouir François,

    La première fessée au 13ème épisode. Je commençais à me demander, ce que faisait cette histoire (par ailleurs excellente) dans cette section !!!
    Mais je pense que cela ne sera pas la dernière, surtout avec le retour de Mélliane.
    Les fesses de Victorine risquent à nouveau de chauffer. Tant mieux.

    A plus

    Philippe

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Philippe,

    Il y aura effectivement d'autres fessées, mais ce ne sera pas forcément celles qu'on pourrait attendre...
    La première a été un peu longue à venir?... C'est que je me complaisais en la compagnie de ces demoiselles et que je savourais le plaisir de retarder le moment où "ça allait tomber"... Lol...
    En tout cas une chose est sûre: c'est que la prochaine "série" ( aussitôt achevés ces colocataires ) comportera une fessée à chaque épisode...
    Bonne journée à toi...
    Amicalement...

    RépondreSupprimer
  3. je me demandais moi aussi à quel moment interviendrais la première fessée de cette histoire. mais l'attente n'en a rendu la chose que meilleure !

    RépondreSupprimer
  4. Logiquement après ces Colocataires qui comportent 26 épisodes il devrait y avoir une suite ( mais je ne sais pas quand! ) et les fessées devraient y être beaucoup plus nombreuses puisque Victorine ( tant pis si je trahis un secret ) sera revenue habiter chez notre héros...
    Merci de tes nombreux passages...
    Bonne soirée à toi...

    RépondreSupprimer