Nombre total de pages vues

mardi 18 août 2015

Fessées croisées2 (1)

6 Août


Une petite auberge de campagne… Enchâssée dans un écrin de verdure…
– On sera bien là, non ?
– Faudrait être difficile…
Il nous a fait apporter des cocktails, dehors, sous la tonnelle…
– Bon… Eh bien je t’écoute…
– Tu m’écoutes, Gilles ? Mais à propos de quoi ?
– Comme si tu le savais pas…
– Non… Non… Je t’assure…
– Je vais te mettre sur la voie alors… Enzo…
– Enzo ? Non, mais alors là, je sais pas qui t’a raconté quoi, mais…
– Mais ?
– Oui… Bon… C’est vrai… Mais je m’en veux assez, tu sais… C’était une connerie… Une énorme connerie…
– Oh, mais faut pas dire ça… Faut pas regretter… Parce que… t’en as bien profité, non ? Un vrai talent il a ce jeune homme, apparemment, pour expédier au septième ciel toutes les femmes qui lui tombent sous la main…
– Je te jure, Gilles, je te jure que c’est fini Enzo… Et bien fini… Tu me crois ?
– Tu n’as pas répondu à ma question… Il baise bien ?
– Non… Oui… Enfin c’était pas non plus…
– Si extraordinaire que ça ? Ah, oui ? Qu’est-ce que tu lui trouvais alors ? T’en étais amoureuse ?
– Non… Oh, non… Ça, il y a pas de risque…
– Donc, c’était pour le cul…
– Oui, dans un sens…
– Dans un sens ?
– Non, mais oui… Disons ça comme ça : c’était pour le cul… Oui… Seulement, comme je t’expliquais tout-à-l’heure, Enzo, c’est du passé… Rayé de la carte Enzo… Disparu… Oublié…
– Parce que sa copine lui mène la vie impossible… Sinon…
– Mais jamais de la vie, Gilles, enfin !
– Bien sûr que si ! C’est lui qu’a décidé de tirer un trait sur votre histoire… C’est pas toi… Et s’il l’avait pas fait, ça continuerait vous deux… Vous auriez remis ça aux prochaines vacances… Peut-être même que vous auriez pas pu attendre jusque là… Que vous vous seriez revus, de temps à autre, à la sauvette, ici ou là… C’est pas vrai peut-être ?
– Non, Gilles, non…
– Ben, voyons ! Supposons qu’il t’appelle… Demain… Après-demain… Dans quinze jours… Dans trois mois… Qu’il te dise qu’il veut te voir… Tu vas faire quoi ?
– Lui raccrocher au nez…
– Peut-être… Dans un premier temps… Mais il rappellera… Autant de fois que nécessaire… Il sait qu’avec toi il finira de toute façon par avoir gain de cause… Tu auras quelques scrupules de conscience… Pour la forme… Et puis, tôt ou tard, tu courras le rejoindre… Non ? Je me trompe ?
– Si… Non… Je sais pas quoi te dire…
– La vérité…
– La vérité, c’est que… Oui… Peut-être que tu as raison…
– Évidemment que j’ai raison… Et si c’est pas lui, c’en sera un autre…
– Gilles !
– Mais bien sûr que si ! Tu auras beau prendre toutes les bonnes résolutions que tu voudras, freiner des quatre fers, il arrivera toujours un moment où tu finiras par craquer… Parce que le type, en face, il a une belle petite gueule d’amour qui te fait fondre… Ou parce que l’envie qu’il a de toi t’émeut… Parce que tu as besoin de séduire… De te sentir désirée par un autre que ton mari… De lire dans les yeux de ton amant quelle importance ça a, pour lui, d’être en toi… Toi et personne d’autre… D’y libérer son plaisir…
– Je me suis jamais sentie aussi nue…
– Seulement tu le vis pas à plein tout ça… Tu culpabilises… Tu t’en veux avant… Tu t’en veux après… Et même… quelquefois… tu t’en veux pendant… Tu te gâches ton plaisir… Pour te punir…
– Mais comment tu fais ? C’est ça, Gilles… C’est exactement ça… Non, mais je te promets… Je vais essayer… Tu m’aideras… Je vais tout faire pour que ça arrive plus…
– Mais je te le demande pas… D’abord parce que tu vas te torturer pour rien… Tu tiendras un mois… Deux mois… Et ça te reprendra… Malgré tous tes efforts… Non… Faut se faire une raison… Et regarder les choses en face… T’en as besoin… T’en auras toujours besoin… Alors autant que tu le vives du mieux possible… Sans t’encombrer de tout un tas de préoccupations parasites…
– Comment ça ?
– Ben déjà, pour commencer, en jouant complètement franc jeu avec moi…
– Oui, mais toi ?
– Moi, je préfère – et de très loin – vivre avec une femme épanouie, bien dans son corps et dans sa tête, plutôt qu’avec une femme bardée, dans un cas, de frustration et de mal être et, dans l’autre, de culpabilité et de remords…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire