Nombre total de pages vues

mardi 2 juin 2015

Fessées croisées (30)

13 heures 30


Mélanie savait pas trop comment me tourner ça…
– Je viens d’avoir Ludo au téléphone… Tu vas pas pouvoir le voir Enzo aujourd’hui…
– Ah, oui ? Qu’est-ce qui se passe ?
– Toujours la même chose… Son ex… Elle a encore pété les plombs… Elle lui a rayé sa voiture…Crevé les pneus… Rempli la piscine de produit vaisselle… Elle est complètement déchaînée… Alors le mieux, pour le moment, c’est que tu restes un maximum à l’écart de tout ça… Que vous preniez pas de risques tous les deux… Elle est à l’affût de tout ce qu’il fait… Et elle vous louperait pas… T’imagines si elle déboulait ici comme une furie et qu’elle déballait tout ? T’aurais bonne mine…
– Ça va peut-être te paraître bizarre, mais ça m’arrange dans un sens… Parce que j’étais en train de me tâter, là… Et de culpabiliser… Par rapport à Gilles si j’y allais… Et par rapport à Enzo si j’y allais pas… Il peut pas venir ? Ouf ! Ça me soulage… Sauf que c’est reculer pour mieux sauter… Je vais le retrouver le problème… Sous une forme ou sous une autre… Tôt ou tard… Non… Je suis allée m’embarquer dans une de ces histoires, là… Mais c’est tout moi, ça… À croire que les complications j’aime ça… Je l’envie Christine, tiens ! Ce qu’elle a à vivre avec son Jaufret, elle le vit dans l’instant… Sans se poser tant de questions… Moi, c’est plus fort que moi… Faut que je scrupulise à tout va… Que je coupe les cheveux en quatre… Bon, mais c’est pas tout ça… Je vais faire quoi de mon après-midi, moi, maintenant ?
– Vaudrait quand même mieux que tu viennes…
– À cause de Charles ? Et de Gilles ?
– Oui…Ça peut peut-être leur paraître bizarre que tu nous fasses faux bond comme ça d’un seul coup… Après tout le mal qu’on vient de se donner pour endormir leurs soupçons, ce serait quand même un peu idiot d’aller leur remettre la puce à l’oreille, non ?



15 heures


Il y avait Alexandre…
– Ah, oui, c’est vrai… Je t’avais pas dit…
Et Mélanie a aussitôt disparu dans les ajoncs avec Ludo… Christine-Jaufret, eux, dans le petit bois derrière… Il m’a souri…
– Toi non plus tu voulais pas rater ça ?
– Hein ? Mais non… Pas du tout… C’est pas ça… C’est que…
– Ça risque de valoir sacrément le coup… Surtout s’il y a des panpans-cucul… Et va y avoir… À gauche, c’est sûr… Il l’a dit Ludo… “Elle en veut ? Elle va en avoir…” On pourrait évidemment se dépêcher d’aller s’installer dans les fourrés, là, juste à côté… On serait aux premières loges et on profiterait du spectacle de A à Z… Sauf que si, pendant ce temps-là, ça démarre derrière, ça nous passera sous le nez… Ce qui serait dommage, avoue ! Parce que Christine, c’est Christine… Alors le mieux, c’est de rester là, aux aguets… Et dès qu’on entend que ça commence, d’un côté ou de l’autre, hop ! On se précipite… Non ? Tu crois pas ?
– Oh, moi, tu sais…
– Ça t’intéresse pas ? Oui, oh, alors là ça m’étonnerait… Ça intéresse tout le monde quand il y a une occasion comme ça qui se présente… Non, je le sais ce qu’il y a… C’est que t’es dégoûtée qu’Enzo soit pas venu… Et, du coup, t’as décidé qu’il y aurait rien qui t’intéresserait… Mais il y a pas qu’Enzo dans la vie, hein ! Surtout que…
– Que quoi ?
– Non… Rien…
– Mais si ! Dis !
– Il s’en dépêtrera jamais de sa Nathalie… Ça a toujours été comme ça eux deux… Je t’aime… Je te déteste… Ils se déchirent tout ce qu’ils savent, mais, à l’arrivée, ils peuvent pas se passer l’un de l’autre…
– Tu m’avais dit…
– Qu’il tenait à toi… Ben oui… Évidemment qu’il tient à toi… Comme à toutes celles qui t’ont précédée… Dont il a espéré se faire une planche de salut… Ça n’a servi à rien… Il en est toujours au même point… Et il les a déglinguées… Toutes… Alors moi, j’ai pas de conseils à te donner, mais, à ta place, je me tirerais de là-dedans vite fait… Histoire de pas y laisser trop de plumes… Bon, mais qu’est-ce qu’ils foutent ? Je vais jeter un œil quand même… Voir ce qui se passe… Tu viens pas ? T’es sûre ?

Il est presque aussitôt revenu…
– Je comprends pas tout, là… Parce que tu verrais son derrière à Christine… Il est dans un état ! Et on n’a rien entendu…
– Parce que ça date d’avant… De ce matin…
– Ah, ben d’accord… Et tu pouvais pas le dire ? C’est quoi qui s’est passé ? Attends ! Écoute ! Ça commence de l’autre côté… T’entends ? Oh, j’y vais, moi ! J’y vais…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire