Nombre total de pages vues

mardi 28 avril 2015

Fessées croisées (25)

29 juillet 2012



– Ah, te v’là ! J’avais qu’une trouille, c’est qu’il se lève avant toi Charles… Que je puisse pas te parler…
– Qu’est-ce qui se passe ?
– Il se passe qu’hier, là-bas, Ludo…
– A flanqué une fessée à Mélanie… Oui, ben ça je sais…
– Et que ça a donné des idées à Jaufret…
– T’es pas en train de me dire que…
– Ben si ! Oui…
– Et toi qui voulais pas en entendre parler ! Alors ? Comment t’as trouvé ?
– Bien, oui… Non, mais elle est pas là la question… La question, c’est qu’il s’en est aperçu hier soir Charles…
– Aïe !
– Comme tu dis, oui !
– Et qu’il l’a mal pris…
– Mets-toi à sa place ! Ça fait près de quinze jours qu’il crève d’envie de m’en mettre une… Ça fait près de quinze jours que je lui répète, sur tous les tons, qu’il en est pas question… Et résultat des courses…
– Comment t’as bien pu faire ton compte ?
– Comment j’ai… Non, mais t’en as de bonnes, toi ! Un homme, va lui dire non quand il en est de la comédie… Surtout s’il y a, comme hier soir, grande pantomine dans la chambre d’à côté…
– Je suis désolée…
– Oui, oh, de toute façon…
– T’as eu droit à un interrogatoire en règle…
– Ah, ben ça !
– Et alors ? Tu lui as dit ?
– Que ? C’était Jaufret ? Ça va pas, non ! Non… Je lui ai fait croire que c’était toi… Que je t’avais demandé… Pour voir ce que ça faisait… Que je m’étais dit que peut-être je pourrais le laisser m’en donner comme ça une fois que je saurais… Que c’était plus facile avec une femme la première fois…
– Et il t’a crue ?
– Il a eu l’air, mais bon… On sait jamais… C’est pour ça que je voulais te voir… Que tu saches quoi dire s’il t’interroge… Que tu te coupes pas…
– Il va vouloir t’en mettre maintenant du coup…
– Ben ça, ça y est… C’est fait… Parce que tu penses bien que c’était pas trop le moment que je refuse…
– Ah, oui ? J’ai rien entendu…
– Ben pourtant…
– Et alors ?
– Et alors par-dessus celle de l’après-midi tu parles que je l’ai senti passer… Surtout qu’il y est pas allé de main morte…
– Et t’as aimé…
– Dans un sens on peut dire ça comme ça, oui…
– Ah, tu vois… Je t’avais dit…



12 heures

Mélanie m’attendait devant la porte de la salle à manger…
– Attends ! Viens ! Viens un peu par là… Faut que je te parle…
– Toi aussi ! Décidément c’est le jour…
– Je croyais te voir tout à l’heure dans la salle de bains… Mais t’es pas venue…
– Non… J’étais à la plage… Avec Christine… Qu’est-ce qu’il se passe ?
– Il se passe que j’ai déjeuné avec Gilles et Charles ce matin… Tous les trois… Et que j’ai vraiment l’impression qu’ils se doutent de quelque chose…
– Comment ça ?
– Ils m’ont cuisinée, mais vraiment cuisinée, hein !
– C’est-à-dire ?
– Qu’est-ce qu’on faisait comme ça tous les après-midis ? Où on allait ? Si on voyait du monde… Tout ça… Ils arrêtaient pas de vouloir des tas de détails…
– Tu leur as pas dit au moins ?
– Ça va pas, non ! Tu me prends pour qui ? N’empêche qu’il va falloir faire hyper gaffe… Parce que tu les aurais vus… Et surtout entendus… Je suis sûre qu’ils se doutent…
– Je sais pourquoi…
– Ah, oui ? Pourquoi ?
– Attends ! Tais-toi ! Les v’là…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire