Nombre total de pages vues

jeudi 4 octobre 2012

Escobarines: La stagiaire ( 2 )


– On a parlé… Avec les filles qui vous tambourinent le derrière… On a parlé… Et elles m’ont raconté de ces trucs sur vous !
– Faut pas croire tout ce qui se dit…
– Je sais bien, mais quand tout le monde dit la même chose…
– Et quoi au juste ?
– Comme si vous le saviez pas ! En attendant qu’est-ce que vous aimez ça, à ce qu’il paraît, la ramasser la fessée ! Même qu’un jour vous lui avez carrément laissé une flaque sur le pantalon à Justine quand vous vous êtes relevée… Et qu’une autre fois… Non, mais comment elles vont se marrer mes copines d’ici quand je vais leur raconter tout ça…
– Tu vas pas… ?
– Oh, ben si, attendez ! Si ! C’est pas tellement souvent qu’on a l’occasion de rigoler… Vous devriez être contente en plus… Parce que ça va vous attirer du monde… Ils vont défiler dans votre boutique les gens… Ou devant… Ça, c’est sûr qu’ils vont défiler…
– Mais qu’est-ce tu veux à la fin ? De l’argent ? De l’argent pour te taire ? C’est ça ? Tu veux combien ?
– Non, mais ça va pas ! Vous êtes vraiment pas bien, hein, vous, par moments… Pour qui vous me prenez ?
– Mais alors quoi ? Tu veux quoi ?
– Mais rien du tout… Enfin si ! Si ! Peut-être… Peut-être qu’il y a un truc qui me plairait bien… Ce serait de vous en flanquer une de fessée…  
– Toi ? Oui, ben alors là sûrement pas ! Tu peux toujours courir…
– Oui… Vous avez raison… C’est idiot comme idée… Non… Vaut bien mieux que j’aille le raconter partout ce que j’ai vu là-bas…
– Mais c’est pas vrai cette gamine ! Il y a rien à en tirer… Rien…   
– Ah, oui ?! Vous trouvez ? En attendant si jamais vous changez d’avis vous me le dites… Avant ce soir… Après ce sera trop tard… Parce que plein de monde je dois voir en boîte…

– J’ai réfléchi…
– Et alors ? Le résultat ?
– Finissons-en…
– Oui… Vous avez raison… Finissons-en… Bon, eh bien déshabillez-vous alors !
– Ici ? Au magasin ? Ah, non ! Non !
– Il est baissé le rideau… Personne peut se rendre compte…
– Oui, mais quand même ! C’est le magasin…
– Ben justement ! C’est là que j’ai envie… C’est là que je veux… Parce que c’est là qu’on est toute la journée… Que vous m’en avez fait voir des vertes et des pas mûres… Allez ! Dépêchez-vous, va ! On va pas y passer la nuit…
­– Tu es…
– Je suis ?
– Non… Rien…
– Oui, ça vaut mieux… Bon, ben désapez-vous alors, Madame ma patronne… Désapez-vous ! Allez ! Tout ! Complètement… Eh ben voilà ! Voilà !

– Ça va durer longtemps ?
– Quoi donc ?
– Que tu me laisses là comme ça à attendre…
– On n’est pas pressées… Tout notre temps on a…
– Toi, peut-être ! Mais pas moi…
– Oh, mais faut savoir le prendre… Faut savoir savourer les bons moments… Non, vous croyez pas ? Qu’est-ce qu’il y a ? Vous tremblez… Vous avez froid, c’est ça ? Eh ben, on va vous réchauffer, vous allez voir… Moi, je vais aller m’installer à la caisse… Et vous regarder faire le ménage…
– Tu peux pas me demander ça…
– Ben pourquoi ? Vous me le demandez bien, vous… Et tous les jours…
– Tu vas quand même pas comparer…
– Ce que vous semblez oublier, Madame ma patronne, c’est que ce soir les ordres, c’est moi qui les donne… Alors l’aspirateur est là… À droite… Sous l’escalier… Le seau et les produits aussi…

– On voit vraiment que vous avez pas l’habitude, hein ! Vous vous y prenez comme un manche… Mais ça fait rien… J’ai quand même passé un bon moment… Ah, si, si ! Un excellent moment… Bon, mais il est temps de passer aux choses sérieuses… Là-haut je vais monter vous la donner la fessée… Et vous m’en direz des nouvelles… Vous allez adorer, vous allez voir… Beaucoup plus encore que là-bas… Avec les autres… En route, on y va !    

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire