Nombre total de pages vues

lundi 7 mars 2011

Belle-soeur, beau-frère ( 9 )





- On mange… Bien… On baise… Bien… On remange… On rebaise… Encore mieux… Dommage que ça puisse pas être tout le temps comme ça !…
- Tout le temps, non… Mais si ça marche leur truc ça risque d’être souvent… Et il y a pas de raison que ça marche pas…
- Oh non, non !… Il y a pas de raison, non !… Ils ont une telle envie de travailler en famille, au sens le plus strict et le plus restreint du terme, qu’ils vont faire tout ce qu’ils peuvent pour que ça marche… Et ça marchera… C’est évident que ça marchera… Bon, mais en attendant ils sont bien gentils, mais si on parlait d’autre chose…
- Oui… De ta fameuse copine par exemple… Celle qui se ramassait des fessées… Je suis resté sur ma faim, moi, l’autre soir…
- Ah !… Pascaline… Oh, il y a pas grand chose à en dire…
- C’était quoi au juste les raisons quand elle en prenait ?…
- Je t’ai déjà dit… Quand elle dépensait trop de fric…
- Oui, mais t’as dit aussi qu’elle en recevait pour plein d’autres trucs… Quels trucs ?…
- Je sais plus…
- Menteuse !… Je suis sûr qu’elle avait un mec… Et qu’elle le trompait… Et qu’il la punissait aussi pour ça… C’est pas vrai peut-être ?…
- Oui… Si… Je me rappelle plus trop, mais je crois bien…
- Comme toi finalement… Vous êtes exactement dans la même situation… Toi aussi tu la mériterais si on y réfléchit bien…
- Sauf que tu serais quand même le plus mal placé pour me la donner…
- Ou le mieux placé au contraire…
- Ben voyons !…
- Le mieux placé, oui !… Pour te punir d’avoir inventé… Parce qu’elle existe pas Pascaline… Elle a jamais existé… C’est un pur produit de ton imagination… Qui te sert à donner corps aux situations dont tu rêves… C’est pas vrai peut-être ?…
- Ce qu’il y a de bien avec toi – de bien et en même temps d’effrayant – c’est que tu comprends toujours tout sans qu’il y ait besoin de t’expliquer quoi que ce soit…
- Et je me contente pas de comprendre… Quand j’ai compris je passe aux actes… Sans tarder… Allez, finis vite ton dessert…

J’ai refermé la porte. Je l’ai attirée contre moi. A travers la robe j’ai posé mes mains sur ses fesses. Elle a frissonné. J’ai pris ses yeux dans les miens. Elle ne me les a pas retirés…
- Elle va être punie la petite Zélia…
- Oui…
- Et pourquoi elle va être punie ?
- Parce qu’elle a raconté des mensonges…
- Et elle en raconte souvent des mensonges ?
- Quelquefois…
- Il faut absolument qu’elle se défasse de cette mauvaise habitude… Elle va essayer… Elle promet qu’elle va essayer ?… Qu’elle va faire tous ses efforts ?…
- Oui…
- Parfait… Elle est pleine de bonne volonté… Mais il y a autre chose… Une autre raison…
- Oui…
- Laquelle ?…
- Je trompe mon mari…
- Et d’une façon éhontée… C’est absolument scandaleux… Pour ça aussi elle va être punie… Et c’est même elle qui va la demander sa punition…
- S’il vous plaît, punissez-moi !… Punissez-moi de tromper mon mari… Donnez-moi une fessée… Une bonne… Je l’ai méritée…
Sous la robe j’ai fait descendre la culotte. Jusqu’en bas. Elle a levé un pied, puis l’autre. S’est docilement laissé attirer, allonger, sur le bord du lit, en travers de mes genoux. J’ai remonté la robe haut sur les reins, posé une main sur ses fesses…

- Tu crois qu’ils ont entendu les gens dans les chambres autour ?
- Evidemment qu’ils ont entendu… Tu t’es exprimée d’une façon tellement débridée …
- Et ils ont compris ce qui se passait, tu crois ?
- Des claques sur un derrière ça peut pas se confondre avec grand chose d’autre…
- Wouah !… Je vais plus oser mettre le nez dans le couloir, moi !… T’imagines si je croise quelqu’un ?!…
- D’autant plus que tu as aimé ça… Ca peut faire l’ombre d’un doute pour personne… Vu comment tu as clamé ton plaisir juste après…
- Oh, la honte !… Non, mais la honte !…
- T’adores ça la honte…
- Oh non, non !… Enfin, si !… Un peu quand même… Ca dépend… Quelquefois… Comment tu fais pour toujours tout deviner comme ça ?…
Des pas dans le couloir…
- Ca doit être la fille… La fille avec le petit déj…
Elle s’est précipitamment retournée sur le ventre, a tiré le drap sur elle, enfoui sa tête dans l’oreiller…
- Entrez !…
C’était le patron… Avec un regard qui en disait long…
- Alors ces Messieurs-Dames… On a passé une bonne nuit ?…

4 commentaires:

  1. youpi !!!! on y est arrivé à cette première fesée, je dis première car je suis sur qu'il va y en avoir d'autres....

    RépondreSupprimer
  2. Il fallait bien en effet qu'elle finisse par arriver...

    Et effectivement il y en aura d'autres...

    Ce que j'ignore, par contre, c'est combien de temps encore ce récit va durer..

    A bientôt

    Amicalement...

    RépondreSupprimer
  3. Humm, vous connaissez un peu mes idées sur le sujet... et là... vous me régalez... ;-)

    RépondreSupprimer
  4. J'en suis ravi...

    Et je ne peux qu'espérer que les fessées suivantes vous soient tout autant un motif de régal...

    RépondreSupprimer