Nombre total de pages vues

lundi 9 novembre 2009

Colocataires ( 22 )

- Vous n’allez quand même pas faire tout un fromage avec ça !… Ce serait la meilleure !… Parce que qui c’est qui passe tous ses mardis après-midi à aller les zieuter sous la douche les filles ?… Hein ?… Vous les avez pas toutes examinées les unes après les autres sous toutes les coutures peut-être ?… Seulement ça c’est normal !… Ca va de soi… Mais le contraire, ah non alors !… Pas question d’inverser les rôles !…
- Mais c’est pas ça, c’est…
- Si, c’est ça, si !… Qu’est-ce que vous voulez que ce soit d’autre !… C’est ça et que ça les ait fait rigoler… Faut dire qu’il y avait de quoi aussi !… A vous voir faire le scarabée sur le dos… Ca aurait fait rire n’importe qui… Mais c’était pas méchant… Elles sont pas méchantes… Elles vous aiment bien au fond…
- Je suppose que maintenant je vais être la risée de tout ton club de hand ?… Pour commencer… Dans un premier temps… Et qu’ensuite…
- Mais non !… Elles diront rien… Enfin si !… Peut-être… J’en sais rien en fait… Mais qu’est-ce que vous en avez à foutre !… Vous bossez pas… Ca peut pas vous nuire dans votre travail… Alors laissez-les parler les gens si ils parlent… Si c’est pas ça ce sera autre chose… N’importe quoi… Ils trouveront toujours quelque chose à dire sur votre compte s’ils veulent…

- Toi, Mélissa, toi !…
- J’ai pas pu résister… C’était trop dur… C’est trop dur…
On est restés un long moment face à face, immobiles, les yeux dans les yeux. Les siens se sont embués. Elle s’est suspendue à mon cou…
- Fais-moi l’amour !… S’il te plaît !… J’ai trop envie…

- Des heures j’y resterais comme ça dans vos bras !… Sans penser à rien… Juste à me sentir bien…
Elle a soupiré, s’est redressée sur un coude…
- J’ai quand même pas un tout petit bout de petit bout de chance ?…
Le pouce et l’index rapprochés presque à se toucher…
- Juste un petit bout ?… Que vous m’aimiez ?… Qu’on s’aime tous les deux ?…
- Ecoute !… Tu sais quelle différence d’âge il y a entre nous ?… Exactement ?… Tu le sais ?… Combien ?…
- Evidemment que je le sais !… J’étais sûre que j’allais y avoir droit à ce couplet-là… Mais qu’est-ce que j’en ai à foutre ?!… Ca compte pas pour moi ça !…
- Pour moi, si !… Aujourd’hui je suis en bonne santé… Aujourd’hui… Mais demain ?!… Mais dans un an ?… Mais dans trois ans ?!… Tu n’auras pas trente ans… Tu imagines s’il faut que tu passes tes plus belles années à faire la garde-malade auprès d’un vieux machin tout délabré ?…
- Et alors ?… Je le ferai… Je vous aime… Mais vous, vous m’avez pas répondu là-dessus… Si vous m’aimiez… Enfin, si, finalement !… Si, vous m’avez répondu… Et vous vous en êtes même pas rendu compte…

- Cette crise de fou rire que je me suis payée cet après-midi avec Peter !… Au cabinet c’était… Puisque l’autre elle veut jouer, moi aussi je vais jouer… Elle voit Baptiste en douce… Je revois Peter en douce… C’est de bonne guerre… Il s’y attendait vraiment pas… Et encore moins que je me pointe avec des cordes… Que j’avais planquées dans un grand sac de voyage… Il voulait pas au début… « - Non, mais tu vas quand même pas m’attacher ici !… - Bien sûr que si !… »… Ca a pas été trop dur de le décider… Il adore tellement ça !… Le truc que j’avais répété hier soir avec vous je lui ai fait… Et j’avais à peine fini de le ficeler que le téléphone s’est mis à sonner… Il a fallu que je décroche et que je lui tienne à l’oreille du coup… Et en même temps je m’amusais à lui faire faire le cheval à bascule… Une fois sur le dos… Une fois tendu vers l’avant… Une fois sur le dos… Une fois tendu vers l’avant… Sans arrêt… Fallait voir comment il réussissait à garder son sérieux… Imperturbable, comme si de rien n’était, il lui expliquait je sais pas trop quoi à la bonne femme au téléphone… Son air… Non, mais son air… Si j’avais pu le filmer !… « - Bon, allez, tu me détaches maintenant ?!… Il y a mes patients qu’attendent… - Ils attendront… Il y a pas le feu… »… J’ai pris sa place derrière son bureau, dans son fauteuil… J’ai joué, comme il le fait systématiquement quand il vous reçoit, avec son grand coupe-papier doré… « - Parce que ce sont toujours les cordonniers les plus mal chaussés… Il y a combien de temps que vous avez pas eu de toucher rectal ?… Une éternité, je parie !… A votre âge !… C’est totalement irresponsable… Ah, quand il s’agit de faire la morale à vos patients on est sûr de vous trouver… Mais dès qu’il s’agit de mettre vos beaux principes vous-même en action il y a plus personne… Bon, mais on va remédier à ça… Et sur le champ… De toute façon vous n’êtes pas en état de vous soustraire à quoi que ce soit… »… Il m’a regardée approcher avec inquiétude… « - Non, non, n’ayez pas peur !… J’ai amené ce qu’il faut… Ca va glisser tout seul… »… Un doigt… Deux doigts… Qui sont allés et venus… Il a fermé les yeux… Il s’est tortillé… « - Eh, mais c’est qu’on apprécierait, on dirait… »… C’était rien de le dire… Vous l’auriez vu !… Ah, il en était !… Ah, il en voulait, le bougre !… Plus question que je le détache pour qu’il reprenne ses consultations… Il avait bien mieux à faire… Deux heures j’y suis restée là-dedans avec lui… Vous auriez vu les têtes quand je suis sortie… Il y en a s’ils avaient pu me bouffer… J’adore…

- Vous êtes où ?… Ben venez !… Vous savez bien que j’ai horreur de ça d’être dans la salle de bains toute seule… Et restez pas planté là !… Montez dans la baignoire avec moi… Qu’est-ce vous regardez ?… Oui, oui, je sais… Ca repousse… Faudra s’en occuper… Mais pas ce soir… On n’a pas le temps… Ce soir faut que je continue à m’entraîner pour les nœuds… Que je sois opérationnelle à fond avec Peter… C’est le moment ou jamais… Oh, mais faites pas cette tête-là !… C’est pas sûr qu’elles reviennent… Et puis même !… Si elles reviennent elles reviennent… Et alors ?… La belle affaire !… Vous êtes trop, vous, dans votre genre… Ce serait Emilie à ma place je peux vous dire qu’elle vous secouerait et qu’elle vous laisserait sûrement pas faire toutes ces simagrées… Elle arrête pas de me le répéter, sur tous les tons, que je sais pas m’y prendre avec vous… Que je vous ai complètement dans la poche et que j’en profite même pas… « - T’en obtiens tout ce que tu veux si tu veux… Quand tu veux… T’as juste à claquer des doigts… Qu’est-ce que t’attends ?… Vas-y !… Fonce !… Quand t’as un type qu’est prêt à te manger comme ça dans la main t’hésites pas… Tu cherches pas à comprendre… Tu t’en empares… Complètement… Tu crois qu’ils se gênent, eux, quand c’est le contraire ?… Quand on est folles dingues d’eux et qu’ils se servent de nous juste comme de vide-couilles… C’est pour ça : quand il y en a un qui te tombe entre les pattes faut surtout pas le laisser filer… Faut le mener jusqu’au bout de là où il est capable d’aller… Tu peux pas savoir quel pied tu prends en plus !… »… Elle exagère, non ?… Vous trouvez pas qu’elle exagère ?… Parce que moi, je trouve quand même que nous deux… Mais pas elle !… « - Non, mais tu plaisantes !… Tu me verrais, moi, avec Benoît !… Mais je te montrerai… Je te l’amènerai… »…
Elle s’est relevée…
- Je suis quand même curieuse de voir ça… Mais frottez-moi le dos en attendant…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire