Nombre total de pages vues

lundi 2 mars 2009

La classe des filles ( 13ème jour )

- Je suis bien tranquille que vous êtes toutes comme moi… Que vous vous fichez royalement de l’Anglais… Non ?

- Oh si, Madame !…

- Ah, vous voyez !… Et vous avez bien raison : il y a des choses beaucoup plus importantes que l’Anglais dans la vie … Qu’est-ce que t’en penses, toi ?…

Noëlle… Dont elle a soulevé le menton du bout du doigt, qu’elle a obligée à lever la tête vers elle…

- Une si adorable petite frimousse… Perdre son temps à faire de l’Anglais… Mais ce serait du gâchis… Un véritable gâchis… Tu sais que tu lui aurais plu ?… Catherine de Médicis – une femme merveilleuse… la meilleure des reines que nous ayons eues – aurait adoré ton petit côté vierge florentine… Elle n’aurait eu de cesse qu’elle ne t’ait compté au nombre de ses suivantes… Tiens, viens !… Monte sur l’estrade… Qui d’autre ?… Toi !… Comment tu t’appelles ?

- Roxane…

- Tu fleures bon tout à la fois l’innocence et la perversité… Un mélange détonant qui, à n’en pas douter, l’aurait séduite… Va vite rejoindre ta petite camarade… Qui encore ?… Non, mais regardez-moi celle-là qui se dissimule sournoisement derrière le dos de ses condisciples… Fais-toi voir… Mais c’est qu’elle est toute intimidée !… C’est quoi ton nom ?… Plus fort !… J’ai pas entendu… Amélie ?!… Bon… Tu sais, Amélie, que c’est un vrai bonheur de te voir rougir comme ça ?… Que ça te va très très bien… Si, si !… Allez, toi aussi, file là-bas… Bien… Pour le moment ça peut peut-être suffire… Alors qui sait à quelle sorte d’exigences Catherine de Médicis soumettait ses suivantes qu’elle sélectionnait avec soin parmi les plus nobles et les plus belles dames de la cour ?… Non ?… Personne ?… Même pas une petite idée ?… Eh bien, de temps en temps, quand l’envie l’en prenait, elle en choisissait deux ou trois auxquelles elle ordonnait de se déshabiller complètement. Et elles s’exécutaient… Devant les autres… Devant les autres et devant les servantes… Elles s’exécutaient parce que c’était le bon vouloir de la reine et qu’on ne refusait rien alors à la reine qui prenait – ce qu’on peut comprendre – un très vif plaisir à ce spectacle… Un spectacle que vous allez, à votre tour, m’offrir toutes les trois aujourd’hui… Et je vous conseille, dans votre intérêt, de faire preuve de beaucoup de bonne volonté… Sinon… Allez !…



Elles se sont interrogées les unes les autres du regard… Concertées à voix basse…

- Eh bien !… Qu’est-ce que vous attendez ?…

Roxane a haussé les épaules…

- Ce qu’on s’en fout n’importe comment !…

A haute et intelligible voix. Et elle est sortie de sa robe… Avec une lueur de défi dans le regard elle a quitté sa culotte et son soutien-gorge qu’elle a jetés sur le bureau. Après une courte hésitation les deux autres l’ont imitée. Et elles sont restées là toutes les trois, côte à côte, bras ballants, sur l’estrade, à attendre…

- Eh bien voilà !… Voilà !… Non, mais regardez ces petites merveilles !… Un régal !… Un vrai délice !… Non ?… Vous trouvez pas ?

Il y en a quatre ou cinq qui ont vaguement approuvé…

- Fais-toi voir, toi !…

Elle a lentement et silencieusement fait pivoter Noëlle sur elle-même. Quatre fois… S’est longuement absorbée dans sa contemplation…

- Etre aussi bien foutue… C’est inouï… Invraisemblable… On croit rêver… Désormais tu resteras comme ça… A chacun de mes cours c’est comme ça que je te veux… Nue… Du début à la fin… C’est compris ?… C’est bien compris ?

Du menton Noëlle a fait signe que oui. Elle l’a brusquement abandonnée, s’est tournée vers Amélie…

- Et toi !… Oui, toi !… Tu caches bien ton jeu, hein ?!… Quand on a des seins comme ça…

Elle a passé la main dessous, les a enrobés…

- Laisse-toi faire !… Laisse-toi faire, j’ai dit !…

Dessinés. Enveloppés…

- Quand on a des seins comme ça on les met en valeur… On les montre… On ne va pas les dissimuler sous les oripeaux que tu portais tout à l’heure… C’est un crime… Un véritable crime… C’est qui ta chef de box ?

- Laetitia…

- Je verrai ça avec elle… Plus question de te voir engoncée à l’avenir dans ces horreurs…



Brusquement, sans que rien ait pu le laisser prévoir, elle a lancé sur les fesses de Roxane une grande claque qui l’a jetée en bas de l’estrade et lui a fait pousser un petit cri de surprise…

- Tu sais qu’à certaines d’entre elles Catherine de Médicis mettait également de retentissantes fessées ?… De préférence à celles de ces grandes dames qui ne pouvaient s’empêcher d’arborer – le plus souvent bien malgré elles – un petit air d’arrogance ou de suffisance qui l’exaspérait profondément… Comme m’horripile, depuis le début, ton attitude supérieure et méprisante… Mais de ça je t’assure que je vais te guérir… Va te mettre contre le tableau… Là… Le nez bien collé… Et les mains sur la tête…

Elle a tapé en pluie. En grêle. Longtemps…



- J’en sais rien, Basile, si j’irai… Je verrai… On n’y est pas encore à demain…

Le chef-cuistot a brusquement relevé la tête…

- Tu vas pas leur faire faux bond au moins ?… Je peux te dire qu’elles n’apprécieraient pas… Et qu’elles te le feraient payer… Cher… Et elles auraient bien raison… Parce qu’elles y comptent vraiment… C’est important pour elles de pouvoir leur prouver à tous, là-bas, qu’elles ne leur ont pas raconté d’histoires… Question de fierté… Tu peux comprendre ça quand même ?… Oui ?… Eh bien alors ?… Pourquoi il faut absolument que tu fasses tout un tas d’histoires ?… Pour te rendre intéressante, c’est ça ?… Tu crois pas que t’as passé l’âge ?… Et que ce que tu risques surtout, en faisant ta mauvaise tête, c’est de te couvrir de ridicule… C’est mon devoir de t’en empêcher… Dans ton propre intérêt… Alors tu me vas faire le plaisir d’aller là-bas demain soir et de t’y comporter comme on est en droit d’attendre que tu t’y comportes… Est-ce que c’est compris ?…

- Oui…

- Bien… Elles sont dans quel état tes fesses ?… Encore très marquées ?

- Pas mal, oui…

- Fais voir !… Effectivement !… Mais on va quand même – si on peut dire – les rafraîchir un peu… Ca leur fera du bien… Et elles seront ravies les filles : plus ce sera éloquent et plus ça apportera de l’eau à leur moulin… Allez, en position !… Ah ben oui ça fait mal, oui, forcément !… Quand ça tombe sur un terrain déjà travaillé c’est beaucoup plus douloureux… Mais tu vas nous montrer que tu es une grande fille très courageuse, hein ?!…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire