Nombre total de pages vues

samedi 31 janvier 2009

La classe des filles ( 5ème jour )

Il s’est avancé dans l’allée et il a rendu les copies. En commençant par les meilleures et en descendant. Pernelle et Noémie ont eu seize. A moi il m’avait mis quatorze…
- Il reste quand même encore un certain nombre de fautes inadmissibles…
A Trianne tout juste la moyenne. En dessous il ne restait que trois copies. Un huit. Un sept. Et puis…
- Noëlle !… Viens voir là !…
Elle a obéi, s’est arrêtée, tête basse, au pied de l’estrade. Il lui a brandi sa copie sous le nez…
- Qu’est-ce que c’est que ça ?… Tu peux m’expliquer ?… Est-ce que tu peux m’expliquer ?
Elle s’est mise à pleurer silencieusement …
- Oh, arrête ce petit jeu !… Si tu comptes m’apitoyer avec ça… Tu ne fais qu’aggraver ton cas… Et tu es déjà dans une posture suffisamment fâcheuse pour ne pas chercher à en rajouter… Parce que les petites paresseuses dans ton genre…
- Mais j’ai travaillé !…
- A qui tu veux faire croire ça ?… Et menteuse en plus !…
- Mais c’est vrai !…
- Bon, allez !… Assez perdu de temps avec toutes ces simagrées…
Il l’a fermement agrippée par le coude. Il a tiré sa chaise jusqu’au milieu de l’estrade. Il y a posé le pied et il l’a fait basculer en équilibre sur sa cuisse, solidement maintenue avec son bras passé sous le ventre. Il a relevé la robe au-dessus de la taille, sèchement baissé la culotte qu’il a laissé dégringoler, qui est piteusement restée accrochée à l’une des deux chevilles. Qui y a pendouillé lamentablement…
- Au moins tu vas pleurer pour quelque chose…
Et il l’a fessée. Calmement. Tranquillement. A grandes claques largement espacées. Retentissantes. Une fois une fesse une fois l’autre. Ca a rougi très vite. Noëlle a battu des jambes dans tous les sens. De plus en plus fort. De plus en plus vite. La culotte a fini de tomber. Elle a crié. Elle s’est égosillée. Il s’est montré sans pitié.
Quand il a enfin arrêté, qu’il l’a reposée par terre elle a voulu regagner sa place en toute hâte. Il l’a arrêtée…
- Non, non !… Tu vas au coin… Là-bas… Allez, dépêche-toi !… Et relève ta robe… Bien haut !… Que tout le monde voie ce qui arrive aux grandes filles paresseuses…


Le chef-cuistot a envoyé Basile nettoyer les poubelles à grande eau en bas et nous a chargées, nous, pendant ce temps-là, de procéder à l’épluchage d’un monceau de pommes de terre. Elles en ont épluché trois ou quatre et puis elles ont posé leurs couteaux…
- On va voir ce qu’il fait, l’autre ?
A la fenêtre. Qu’elles ont ouverte à deux battants…
- Et tu bosses comme il faut, hein !… Sinon panpan cucul…
Elles se sont esclaffées. D’un rire délibérément offensant. Sont revenues…
- C’est quand alors que vous allez lui faire ?
- Le moment venu…
- Ca veut rien dire, ça… Quand ?…
- Je vous l’ai dit : bientôt…
- A cul nu ?
- Evidemment à cul nu… Evidemment…
- Cool !…
- Vous comptez quand même pas vous rincer l’œil ?
- Ben tiens !… On va se gêner… Vous, les types, vous ratez jamais une occasion quand il s’agit de mater… Pourquoi nous on ferait pas pareil ?…
L’autre a surenchéri…
- Oui… Surtout que comment ça doit être trop marrant de voir le derrière gigoter tout rouge !
- Et les boules ballotter dans tous les sens entre les fesses…
- Qu’est-ce qu’on va s’amuser !… Pas vous, M’sieur Fournier ?
Il s’est contenté de sourire en les couvant d’un œil attendri…
- Ben non !… Pas lui… Forcément… Il s’en fout de voir le cul d’un mec… Ca l’intéresse pas… Mais si c’était une femme…
- Oh, mais on en a une sous la main là si on veut… On peut lui faire, nous !… Ca vous plairait ? Toutes les deux on s’y mettrait à la tambouriner… Et vous, vous regarderiez… Tant que vous voulez… Hein ?… Qu’est-ce que vous en dites ?… Ca vous tente ?
Il n’a pas répondu. Il m’a jeté un coup d’oeil. Il a continué à sourire…
- Mais si qu’il a envie… Ca se voit bien…


Trianne a profité de ce que Pernelle s’était absentée quelques instants du box pour nous mettre en garde…
- Moi, je vous dis le comme ça, mais faites attention, les filles, hein !
- Attention ?… Attention à quoi ?
- Il y a eu une fessée aujourd’hui et quand il y a eu fessée il y a systématiquement contrôle le soir…
- Contrôle ?!… Mais contrôle de quoi ?
- Ben… Il y en a certaines, quand elles y repensent dans leur lit après, ça leur donne des envies…
- Ah oui, je vois… Mais qui c’est qui contrôle ?
- Ca dépend… Des fois c’est Pernelle…
- Pernelle ?!… Mais elle se le fait aussi… Je l’ai entendue l’autre jour…
- Ben oui, oui, mais elle est chef de box… Sinon c’est Tixier…
- Tixier !… Il va pas sous les draps quand même !
- Bien sûr que si !…
- Et il se passe quoi si on est en train de…?
- Devinez !…
- Ah oui !… Oui… Evidemment…
Pernelle est revenue. On s’est tues…

Elle a commencé par Trianne. Et puis, dans l’obscurité, elle s’est approchée de mon lit. Elle a résolument tiré les couvertures. D’instinct j’ai voulu me protéger, les mains ramenées sur le bas-ventre. Elle les a sèchement écartées, a plongé dans la culotte de pyjama…
- T’étais sage ?… Oui… Ca a l’air… Mais ça va peut-être pas durer…
Elle s’est attardée à l’intérieur. J’ai voulu me dégager. Elle m’a vigoureusement repoussée…
- C’est moi qui décide…
Elle s’est faite précise. Intrusive. Elle a ri…
- Ca y est !… Tu mouilles… Et pas qu’un peu… Eh ben dis donc !… Il t’en faut pas beaucoup à toi !… Mais tu sais que c’est pas bien du tout ?… Que si je t’emmenais chez Tixier tu y aurais droit… Et qu’il ferait pas semblant… Tu piaulerais à en ameuter tout le dortoir… Ca t’arrivera… Mais pas ce soir… J’ai d’autres projets pour toi… Je te garde pour la bonne bouche… Ce soir tu peux continuer à t’amuser toute seule si tu veux… Tant que tu veux…

2 commentaires:

  1. Bonjour Fabien,
    J'ai de nouveau accès à ce blog à partir du bureau. Quel délice.
    Vivement la suite et une fessée bien humiliante devant tout le monde pour Raphaelle

    Amitiés à toi

    Masterfil

    RépondreSupprimer
  2. Des fessées... Raphaëlle va en recevoir plus souvent qu'à son tour...
    A bientôt

    Amitiés à toi...

    RépondreSupprimer