Nombre total de pages vues

mardi 1 décembre 2015

Fesséescroisées2 (16)

14 heures


Gilles m’a rejointe dans la salle de bains… Il m’a regardée me coiffer… Me maquiller…
– C’est pour aujourd’hui, hein, avec le bel inconnu…
Nos regards se sont enlacés dans la glace…
– Il y a des moments j’aimerais vraiment savoir comment tu me vois tout au fond de toi… Comment tu me juges…
– Je ne te juge pas…
– Non… Tu m’en laisses le soin… Tu te contentes d’exécuter la sentence…
– On peut voir ça comme ça, oui…



15 heures


Personne… Ni à « notre » table ni à aucune autre… Sur la place non plus… Nulle part… J’ai eu beau chercher des yeux… Désespérément… Non… Nulle part… Il n’était pas là… Il n’était pas venu…
– Eh bien, petite Madame… On est perdue ?
Hilare, au volant de sa voiture…
– Idiot ! Ah, c’est malin de me faire des peurs pareilles…
– Allez, monte ! Je t’enlève…

Il a refermé la porte sur nous…
– Il y a si longtemps que je l’attends ce moment-là…
Il m’a renversée sur le lit… Ses lèvres… Son désir contre ma cuisse… Son impatience… Ma culotte repoussée sur le côté… Sa main qui me cherche… Qui me fouille… Qui m’ouvre… Sa queue en moi… Il y a déchargé… Tout de suite…

Il y est resté…
– Je suis désolé…
– C’est pas grave !
– Ah, ben si, c’est grave, si ! Mais c’est ta faute aussi… On n’a pas idée de donner envie comme ça… Je maîtrisais plus rien, moi !
– J’ai vu ça, oui… Mais c’est pas désagréable du tout, tu sais, de faire perdre complètement la tête à un type… C’est même très jouissif…
– N’empêche que t’as pas eu ton plaisir, toi, du coup !
– J’en ai eu un autre… Différent… Mais il va y avoir une session de rattrapage, je suppose, non ?
– Ah ben, si ! Si ! Et comment !

Et il s’est fait très doux… Il m’a lentement déshabillée… Lentement parcourue… Partout… De ses mains… De ses lèvres qui sont venues m’habiter en bas… Sa langue m’a prospectée… Feuilletée… Aspirée… S’est aventurée plus loin… En dessous… A cerné obstinément l’entrée de mon petit trou de derrière… A paru renoncer… Est revenue à la charge… Précise… Insistante… J’ai frémi… Ondulé…
– Tu aimes ?
Si j’aimais !
– Viens ! S’il te plaît, viens !
Et je me suis retournée… Sur le ventre…
De ce côté-là, oui…
Avec mille précautions… Infiniment de délicatesse…

Je me suis réfugiée dans ses bras…
– C’était bon, mais bon !
– J’ai vu ça, oui…
– Qu’est-ce t’as ? T’as l’air tout triste…
– Oui… Non… C’est que je me dis… C’est tellement bien nous deux…
– Et c’est ça qui te rend malheureux ?
– J’ai tellement peur que ça dure pas…
– Se poser ce genre de question, c’est le meilleur moyen de tout gâcher…



20 heures


– Eh, ben dis donc ! Lui offrir ton petit derrière, comme ça, d’entrée de jeu…
– J’étais bien… En confiance… Ça s’est fait tout seul… Naturellement…
– Dis plutôt que tu crevais d’envie de lui mettre tes fesses rougies sous le nez…
– Non… Non… Je t’assure…
– Et alors ? Il a réagi comment ?
– Rien… Pas un mot… Il a vu pourtant… Il a forcément vu…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire