Nombre total de pages vues

lundi 31 janvier 2011

Belle-soeur, beau-frère ( 4 )





- C’est fou ce que ça donne envie…
Elle finissait de déjeuner, sur le balcon, en regardant la mer…
- Quoi donc ?…
- La petite île au large là-bas… Il y a peut-être rien du tout dessus… Sauf les quelques arbres qu’on voit d’ici… Probable d’ailleurs… Mais ça fait rien… Tu peux pas t’empêcher de penser que ça doit être d’une beauté fabuleuse… Avec plein de trucs extraordinaires dont t’as même pas idée… Et du coup tu te dis qu’il faut absolument que tu y ailles… Que tu vas louper quelque chose de grandiose sinon… Ca te fait pas ça à toi aussi ?…
- S’il y a que ça pour te faire plaisir c’est pas bien compliqué de nager jusque là-bas…
- Pas compliqué… Pas compliqué… Ca fait quand même un sacré bout…
- Et ça te fait peur ?…
- Oh, que non !… Toi non plus ?…
- Quand j’arriverai là-bas t’auras à peine quitté la plage… On parie ?…
- Prétentieux, va !…

- Je t’ai laissée gagner…
- Mais oui !… C’est ça… C’est ça… En attendant c’est tout petit… Encore plus petit qu’on aurait dit du balcon de l’appart…
- Et ça casse pas trois pattes à un canard…
- L’avantage c’est que comme on est tout seuls – et qu’on peut pas nous voir de là-bas – on va pouvoir faire comme on fait sur la plage naturiste…
Et elle a joint le geste à la parole…
- Mais l’inconvénient, pour toi, c’est qu’à part moi t’auras personne à mater… C’est con, hein ?… Tant pis !… Va falloir que tu fasses contre mauvaise fortune bon cœur… Et dire que t’as même pas ton bouquin pour te consoler !…
Elle a fermé les yeux.. L’ombre d’une branche de pin, au gré du vent léger, lui caressait amoureusement le ventre, s’aventurait plus bas, semblait prise d’un remords, renonçait. Elle a brusquement éclaté de rire…
- Tu sais à quoi je pense ?… A la tête des deux Dorlandier là-bas si on leur racontait notre après-midi tout à l’heure au téléphone… T’imagines ?… « - A poil… Tous les deux, oui… Sur une plage déserte… Ben oui, oui… Pourquoi ?… »… Ils s’en remettent pas… C’est sûr qu’ils s’en remettent pas…

- Allo ?!… Tu m’entends ?… Mais bouge un peu… Déplace-toi !… Là… Oui… Ca va mieux… Je dis qu’on devrait plus trop tarder maintenant… C’est l’affaire d’un jour ou deux… Le temps que Paul finisse de mettre son projet au point avec Philippe… Ils sont sur quelque chose, là, tous les deux… Quelque chose d’important… Et si ça marche… Je t’en dis pas plus… Pour le moment c’est top secret… Bon, mais… et toi ?… Ca va ?… Elle te saoule pas trop ?… La laisse pas t’encombrer, hein ?!… Parce que ça elle sait faire… Hésite pas à la remettre à sa place s’il le faut… Chaque fois qu’il le faut… Elle deviendrait vite insupportable sinon… Je me demande vraiment ce qui est passé par la tête de Paul pour aller s’enticher d’une fille pareille… On en parlait encore tous ensemble hier soir… Mais ça c’est un sujet qu’il est hors de question d’aborder avec lui… Tu es sûre de le mettre dans une colère noire… Bon, mais toi prends ton mal en patience en attendant… Il y en a plus pour longtemps…

- Qu’est-ce que tu fais ?…
- Ben, tu vois, je nous prépare à dîner…
- Laisse tomber !… Tu veux pas qu’on aille au restaurant plus tôt ?… Parce que, à mon avis, quand ils seront revenus, on n’aura plus l’occasion d’y aller aussi souvent…

- Alors ?… J’avais pas raison ?… On n’est pas bien là ?… Le serveur nous a repérés en plus… Il nous a à la bonne… Il est aux petits soins pour nous… Comment c’est bon, ça !… Tiens, goûte !… Et toi ?… Fais voir !… Oui, c’est pas mal non plus… Mais je préfère quand même le mien…
Elle a consciencieusement saucé son assiette, l’a repoussée sur le côté…
- Finalement, si on y réfléchit bien, on est dans la même situation tous les deux…
- Dans la même situation ?… C’est-à-dire ?…
- C’est-à-dire avec nos conjoints… Moi avec Paul il se passe rien… Et toi avec Emilie pas grand chose si je t’ai bien compris l’autre jour… Tu te débrouilles comment si c’est pas indiscret ?…
- Ben…
- Je veux dire… En dehors de tout seul… Parce que ça ça compte pas… Presque tout le monde le fait… Non, mais… t’as d’autres nanas des fois ?… Oui… Forcément… Quelle question !… Beaucoup ?… Beaucoup ou pas de toute façon ça y change rien… Le problème, c’est que ça t’oblige à prendre des risques… Et qu’un jour ou l’autre tu finiras par te faire gauler… Et si ça se passe avec elle comme Paul m’a dit que ça se passerait avec lui si un jour je le trompais eh bien je te la souhaite bonne… Non… Tu sais ce que ce serait la solution ?… Aussi bien pour toi que pour moi ?… Ce serait qu’on se fasse du bien ensemble tous les deux… Ils y verraient que du feu… On est beau-frère et belle-sœur… Normal qu’on se voit… Qu’on soit ensemble… Souvent… La preuve : on l’est en ce moment… Et c’est même eux qu’ont tout fait pour ça… On le sera encore quand on sera rentrés… On aura mille prétextes… Et personne n’y trouvera rien à redire… On jouerait sur du velours… Pratiquement sans courir le moindre risque… Un truc pareil ça pourrait seulement pas leur venir à l’idée… Suffirait juste qu’on soit suffisamment prudents pour pas se laisser prendre sur le fait… C’est tout…

3 commentaires:

  1. Et bien voilà, c'est dit. Elle n'y va pas par quatre chemins... C'est ce que l'on appelle de la franchise.

    RépondreSupprimer
  2. Sans doute y avait-il déjà un bon moment qu'elle y pensait et elle a saisi l'occasion... Reste à savoir comment les choses vont maintenant tourner... Reste aussi à savoir où vont venir se glisser les fessées qui vont forcément survenir...

    RépondreSupprimer