Nombre total de pages vues

jeudi 3 février 2011

Escobarines: Sur le banc





- Faut savoir ce que tu veux !… Soi-disant que t’en crevais d’envie…
- Ben oui !… Si !… Mais…
- Mais quoi ?…
- C’est qui la femme ?…
- Je te l’ai déjà dit vingt fois !… Une connaissance à moi…
- Elle va pas aller le chanter sur les toits au moins ?… Tout le pays va pas être au courant ?…
- Mais non !… Faut toujours que t’aillles te mettre des idées invraisemblables en tête…

- C’est Violine… La petite étudiante dont je t’ai parlé…
- Ah oui… Celle qui redouble toutes ses années de fac…
- Voilà, oui…
- Et qui ramène des tas de bonshommes dans son lit… Qu’en a jamais assez… Je vois pas ce que t’es allée t’encombrer d’une gamine pareille chez toi !… Elle doit être invivable…
- Faut reconnaître qu’elle a son caractère… Et qu’elle est comme tous les jeunes… Désordonnée et tête en l’air… Si je n’y mettais pas bon ordre…
- Toi ?… Laisse-moi rire !… Je te vois bien dans le rôle, tiens !…
- Oh si, si !… Je peux te dire que je la lui fais ranger sa chambre… Et qu’elle a intérêt à passer à table à l’heure…
- Ben voyons !…
- Tu peux lui demander… Demande-lui… Hein, Violine ?!…
- Oui…
- Elle a l’air convaincue que ça fait peur…
- Non, mais si, c’est vrai, hein !… Et elle a pas intérêt à me désobéir ou à me répondre de travers… Parce qu’alors là elle a affaire à moi…
- C’est ça, oui !… Te connaissant comme je te connais tu lui fais les gros yeux… Tu lui dis que c’est pas bien… Qu’elle est pas gentille… Et elle recommence le lendemain…
- Oui… Eh bien détrompe-toi !… Pas plus tard qu’hier soir alors qu’elle me saoulait avec sa musique…
- Faut dire qu’ils sont d’un agaçant avec ça…
- Je lui avais demandé de baisser… Dix fois… Vingt fois… Pas moyen… Elle est plus têtue qu’une mule…
- Et alors ?… Qu’est-ce t’as fait ?… Tu lui as mis une fessée ?…
- Tu crois pas si bien dire…
- Et tu comptes me faire gober ça ?…
- Violine… Dis-lui, toi !… C’est pas vrai ?… Eh bien réponds !… Qu’est-ce que t’attends ?… Non ?… Bon… Eh bien viens ici alors !… Ah, commence pas !… Laisse-toi faire !… Laisse-toi faire, j’ai dit !… Là !… Et ça c’est pas une fessée peut-être ?…
- Oh, si !… Et une belle !… Elle est pas près de recommencer…
- Oui, oh, alors ça !… On voit que tu la connais pas… Elle est entêtée que le diable avec sa musique…
- J’aurais jamais cru ça de toi…
- Ben tu sais, il arrive un moment quand il n’y a pas d’autre solution… Reste comme ça, toi !… Bouge pas !… Tu comprends ce que je te dis ?… Eh bien alors !… Elle est dure, tu sais !… Elle m’en fait voir… Oh, mais je finirai par en venir à bout… Surtout qu’elle a pas mauvais fond, tout compte fait… Et qu’elle sait très bien, en son for intérieur, que c’est dans son intérêt que j’agis… D’ailleurs les résultats commencent à se faire sentir… C’est pas encore ça, mais ça s’améliore tout doucement… Elle est beaucoup plus calme… Beaucoup plus posée… Quant aux notes à la fac c’est spectaculaire… Bon… Mais en parlant de fac justement il serait plus que temps… Allez !… Dépêche-toi de te reculotter…

- Je suis contente… Oh oui, je suis contente… C’était juste comme j’avais envie… Avec exactement les mots qui me font quelque chose… On aurait dit que vous les lisiez à l’intérieur de moi… Et puis sa tête à la bonne femme en plus !… Le genre de tête que je peux pas voir… Elle est mauvaise ça se sent… Elle se réjouit du malheur des gens… Une vraie peste… C’est pas une vraie peste ?… Si, hein ?…
- Un petit peu…
- Pas seulement qu’un peu, je suis sûre… Vous savez ce qu’il faudrait un jour ?… C’est que vous m’en mettiez une devant elle… Une sévère… Interminable… J’aimerais trop ça… Voir sa tête… La regarder me regarder… Entendre ce qu’elle dirait… Oh, oui, ça me plairait trop… On pourrait pas ?…
- Oh, s’il y a que ça pour te faire plaisir…
- Quand ?…
- N’importe… Quand tu voudras…
- Demain alors… On pourra bien demain, hein ?…

4 commentaires:

  1. Quand la fessée ne se suffit pas... il faut des spectateurs... des commentaires... enfin une atmosphère... lol

    RépondreSupprimer
  2. Constituer une sorte de cocon dans lequel on installe la fessée bien au chaud pour ainsi dire...

    RépondreSupprimer
  3. Un récit comme je les aime!
    Avec un parfum d'humiliation certes, mais d'humiliation chérie...

    RépondreSupprimer
  4. Elle ne peut qu'être chérie... Si elle ne l'est pas on marche sur des oeufs et ça devient très compliqué...

    Merci à toi d'apprécier les récits que tes dessins m'inspirent...

    RépondreSupprimer