Nombre total de pages vues

lundi 28 février 2011

Belle-soeur, beau-frère ( 8 )





Sans lever une seule fois les yeux sur nous la serveuse a posé le petit déjeuner sur la petite table, près de la fenêtre, et s’est éclipsée aussi vite qu’elle a pu. Aussitôt la porte refermée on a éclaté de rire…
- Comment elle avait l’air gênée !…
- On n’est sûrement pas le premier couple qu’elle trouve au lit pourtant !…
- Oui, mais peut-être le premier qui fait autant de raffût… Et toute la nuit en plus !…
- Oh, faut rien exagérer !… J’ai quand même pas fait trembler les murs…
- Tu t’entendais pas !… Une vraie tigresse !…
- Ah oui ?!… Tant que ça ?!… Ben heureusement qu’on n’était pas à la maison alors !… Les voisins se seraient posé des questions…
- Au contraire !… Ils n’auraient plus eu besoin de s’en poser… Ils auraient eu toutes les réponses…
- En attendant j’ai une faim de loup, moi !… Tu voudrais pas amener le plateau là, entre nous, sur le lit ?…
Elle a mordu avidement dans un croissant…
- En tout cas j’ai eu le nez fin, moi, avec toi… Parce que c’est rare un mec avec qui tu peux tout faire comme ça… Absolument tout ce qui te passe par la tête… Tout ce dont tu crèves d’envie… Sans être obligée de te demander comment il va le prendre… Si ça va pas le choquer… Parce que tu sais souvent, vous, les types, contrairement aux apparences, vous êtes beaucoup plus coincés que nous… Et pas qu’un peu !… Faut vraiment qu’on y aille sur la pointe des pieds… Mais enfin avec toi le problème se pose pas… Et il se posera sûrement de moins en moins d’ailleurs… Bon, mais si on dormait un peu ?!… Histoire de reprendre des forces… Et de pouvoir remettre ça…

- Allo ?!… Ben alors qu’est-ce que tu faisais ?… T’en as mis un temps pour répondre !…
- Rien… Rien… J’arrivais pas à mettre la main sur mon portable…
- Tu dormais ?… T’as la voix toute ensommeillée… Tu dormais, hein ?!… Non, mais t’as vu l’heure qu’il est ?… Presque midi… T’as encore veillé la moitié de la nuit, je suis sûre… C’est bien beau de vouloir terminer ton bouquin, mais enfin y laisse pas la santé quand même !… On serait bien avancés… Tu m’écoutes ?…
- Mais oui, je t’écoute, oui…
- Et tu n’en feras qu’à ta tête… Comme d’habitude… Bon, mais en attendant nous ici, ça va… On en a abattu hier… Je peux te dire qu’on en a abattu… On a presque fini en fait… Tout sera fin prêt quand ils vont arriver… Cinquante-huit ils sont… Mais enfin ça !… Ils peuvent bien être autant qu’ils veulent… C’est pas notre problème… La logistique et l’intendance c’est eux qui s’en chargent… Nous, on se contente de mettre à leur disposition des locaux superbes, dans un cadre magnifique, et de rester à proximité, le plus discrètement possible, – on s’est gardé l’aile gauche près de l’entrée – pour le cas où il se passerait quoi que ce soit… Mais enfin je ne vois vraiment pas ce qui pourrait se passer… Des gens qui sont capables de dépenser des sommes pareilles pour se retrouver en famille ce sont forcément des gens bien… Avec lesquels il n’y aura pas le moindre souci… Bon, mais dis-moi… Est-ce que tu y es passé ?…
- Ou ça ?
- Chez Paul, pardi !…
- Ah oui !… Oui… J’y suis passé… Oui…
- Et alors ?… Tu l’as vue ?… Il va me demander, tu sais !…
- Ben oui, je l’ai vue, oui !…
- Et tout t’a paru normal ?…
- Mais oui !… Qu’est-ce que tu veux qu’il y ait d’anormal ?…
- Oui, oh ben alors là, tu sais, avec elle, on peut s’attendre à tout… Mais tu surveilles, hein !… Et si tu constates quoi que ce soit de suspect… On compte sur toi… Parce que même s’il en parle pas – il est trop fier pour ça – Paul se fait un sang d’encre… Je le connais…

- C’était Emilie…
- Ca, je m’en doutais un peu…
- Ils sont complètement dans leur truc…
- Tant mieux !… Tant mieux pour eux !… Et pour nous… Ils rentrent quand ?… Elle t’a pas dit ?…
- Non… Par contre en ce qui te concerne, toi, Paul…
- Se fait tout un film… C’est pas nouveau… Non… Là où j’ai eu tort – et j’ai pas fini de m’en mordre les doigts – c’est de lui faire mes confidences… Faut dire aussi qu’il m’avait passablement énervée ce jour-là… Jamais j’aurais dû lui avouer que j’avais besoin de sexe comme de l’air que je respire… Jamais !… Le connaissant… Encore heureux que je lui aie pas parlé du reste !… Parce que alors là !…
- Quel reste ?
- Je te dirai… En attendant faudrait bien que ça finisse par lui passer de me soupçonner comme ça sans arrêt… Parce que ça devient lourd à force… Et toi ?… Emilie ça lui est jamais venu à l’idée que tu puisses aller voir ailleurs ?… Que quand elle se tire comme ça plusieurs jours d’affilée tu puisses en profiter pour…
- Pour Emilie les choses sont très simples: elle n’a que des besoins très limités dans ce domaine et elle part du principe que tout le monde fonctionne sur le même modèle qu’elle… Moi comme les autres… C’est la norme universelle… Tous ceux qui s’en écartent ne peuvent être, à ses yeux, que d’épouvantables pervers qui relèvent de soins psychologiques intensifs… J’ai très vite compris, contrairement à toi, qu’il n’était absolument pas de mon intérêt de chercher à la détromper… Et elle est convaincue que je suis mille fois plus préoccupé par le livre que j’écris – ou que j’essaie d’écrire – que par « ça »…
- Quelle famille !… Non, mais quelle famille !… Tu peux me dire ce qu’on est allé faire là-dedans ?…
- C’est une question qu’on ferait mieux, toi comme moi, d’éviter de se poser… On risquerait de finir par trouver la réponse…

2 commentaires:

  1. Il est très difficile en effet, surtout sur ce sujet qui reste tabou, d'imaginer autre chose que ses propres habitudes... à moins d'être curieux (se) et/ou désireux (se) de se connaitre mieux...
    Non ?

    François, vous m'impressionnez par la justesse de vos personnages...

    RépondreSupprimer
  2. L'une des choses les plus difficiles au monde est peut-être de réaliser vraiment, de l'intérieur, que les autres ne fonctionnent pas comme nous... J'aurais presque envie de dire: n'ont pas envie d'être nous... C'est pourquoi j'éprouve une méfiance instinctive envers tout ce qui a tendance à catégoriser... tout ce qui se veut description d'un fonctionnement qui se prétend universel...
    Si ces personnages vous apparaissent "justes" c'est peut-être qu'ils ne prétendent à rien d'autre qu'à être eux-mêmes?...

    RépondreSupprimer