Nombre total de pages vues

lundi 14 septembre 2009

Colocataires ( 6 )

- Bon, ben voilà !…

- Voilà, oui… En tout cas avec toi ça perd pas de temps… On peut pas dire le contraire…

- Ca vous choque ?…

- Oh, que non !… Non !… C’est une très agréable entrée en matière…

- C’est Victorine qui a eu l’idée… Elle était sûre que ça vous plairait de me voir débarquer toute nue comme ça alors que vous me connaissiez même pas…

- Que ça me plairait ?… J’ai adoré… J’adore…

- Moi aussi… J’ai trop aimé vos yeux quand vous m’avez aperçue… On aurait dit un petit garçon qui découvre sous le sapin le joujou dont il a toujours rêvé… C’était trop attendrissant…

- Bon, mais assieds-toi… Reste pas plantée là…

- Vous pouvez pas savoir ce que ça nous fait à nous, les femmes quand on leur montre aux mecs et que ça les chavire complètement comme vous tout à l’heure… Comment ça remue à l’intérieur… Et moi, ça, c’est un truc, je m’en lasse pas… Dès que j’ai l’occasion… Je les suscite même souvent… Mais enfin faut pas faire n’importe quoi non plus… Parce qu’on peut tomber dans de ces galères…

- Ca t’est arrivé ?…

- Deux ou trois fois… Je vous raconterai… On aura tout le temps… Mais dites, je pourrais pas aller prendre une douche ?… Avec le trajet et cette chaleur je me sens toute poisseuse…




Elle a récupéré ses vêtements dans l’entrée. Je l’ai aidée à porter ses sacs jusque dans la chambre…

- Comment c’est grand !… Et drôlement bien arrangé…

- Quant à la salle de bains elle est là juste en face…

- Houla !… Mais c’est le grand luxe… Elle me l’avait dit Victorine, mais je croyais quand même pas à ce point…

- Bon, ben je te laisse…

- Oh, vous pouvez rester, hein !… Ca me dérange pas… Au contraire !… Qu’on puisse continuer à causer un peu tous les deux…




- Ca vous plaît comme ça ?… Faut le dire, hein !… Carrément… Non… Parce que d’après Baptiste – c’est mon copain Baptiste… un de mes copains…. oui, enfin… bon… bref… – d’après Baptiste il y a qu’aux rousses que ça leur va bien les poils à cet endroit-là… Ca les signe qu’il dit… « - Même que toi t’en aies pas beaucoup… » Il y a tout le temps les mains fourrées… Et quand je dis les mains… « - Et ils sont pas rêches en plus !… Ils sont tout doux… C’est pas souvent chez les rousses… » Comment il le sait ? Je préfère pas trop approfondir… Ce qu’il y a de sûr en tout cas c’est qu’il a beau en raffoler Baptiste de mes poils au minou si j’ai envie de le mettre comme un œuf je le mettrai comme un œuf… Non, mais sans blague !…C’est à moi tout ça et j’en fais ce que je veux… Et à vous ça vous dirait qu’il soit tout sans rien ?…

- Il est très mignon comme ça… Mais d’un autre côté…

- Ah, vous pouvez pas avoir les deux en même temps, hein !… Faut choisir… Ou alors vous en profitez d’abord comme ça trois quatre jours et après on enlève tout… C’est vous qui opérerez même… Si ça vous tente… Si vous avez envie… A condition que ça dérape pas… Mais ça dérapera pas… Parce que ce qu’il y a de bien avec vous c’est qu’on peut avoir confiance… Si vous promettez vous tenez… Vous voyez que je vous connais quand même déjà un peu… Faut dire qu’on a tellement parlé de vous aussi avec Victorine !… En attendant vous auriez pas du shampooing quelque part ?… Je sais pas ce que j’ai fichu du mien…




- Vous en faites une tête !… Qu’est-ce qu’il y a ?…

- Rien… Il y a rien… Qu’est-ce que tu veux qu’il y ait ?

Elle avait absolument tenu à m’aider et elle écossait les petits pois sur la table de la cuisine…

- Oh si, il y a quelque chose, si, je le vois bien… C’est parce que j’ai dit que je voulais pas que ça dérape tout à l’heure ?… C’est ça ?… Et que vous espériez qu’avec moi ce serait pas comme avec Victorine… Que vous pourriez coucher… Vaut mieux que les choses soient claires, je trouve… Dès le début… Non ?… Vous croyez pas ?…

- Si… Bien sûr… Je comprends… Bien sûr… Je comprends qu’à votre âge, Victorine et toi, quelqu’un du mien ça puisse vous dégoûter…

- Hein ?… Mais c’est pas ça !… Pas du tout… Pas moi en tout cas… Vous avez tout faux… J’ai couché avec des gens de votre âge… Même des plus vieux… Et je couche encore des fois…

- C’est quoi alors ?

- C’est que si je le fais avec vous, comme on habite ensemble, ça va être l’enfer… Vous allez être jaloux, c’est obligé… Faudra que je vous rende sans arrêt des comptes… Ce que j’ai fait… Où je suis allé… Qui j’ai vu… Je vais me sentir étouffée… On va s’engueuler… Je vais me tirer… Et ça j’ai pas du tout envie…

- Tu sais, moi, la jalousie il y a bien longtemps que…

- Oui, oh ça, c’est toujours ce qu’on dit avant, parce que ça arrange de se figurer que ce sera comme ça, mais après une fois que c’est fait… Non… Je veux pas prendre le risque de courir le risque… Et puis il y a autre chose… C’est que j’aime me montrer, oui !… Mais pas seulement le dehors… C’est le plus facile le dehors… Le dedans aussi… Encore plus… Ce que je pense… Ce que je fais… Ce que je suis… Quand je sens que je peux… Que le type il va savoir écouter sans juger… Et qu’il s’imagine pas posséder toute la vérité à lui tout seul… Comme c’est le cas avec vous… Tout de suite à vous on a envie de tout vous dire… De rien garder… Sauf que si on couche tous les deux ben il y a plein de trucs du coup ce sera plus possible… Forcément… Et ça j’ai pas du tout envie non plus…




- Vous tenez vraiment à regarder la télé ?… Parce que moi ça me gonfle plutôt… Je préfèrerais qu’on discute tous les deux… Et de loin…

- Eh bien éteins-la !… La télécommande est devant toi…

- Et en plus on peut mettre toute la lumière comme ça… C’est mieux pour vous…

Elle s’est allongée de tous son long sur le canapé, appuyée sur un coude, la tête dans la main…

- Je parie que vous m’avez pas crue tout à l’heure quand je vous ai dit que je couchais avec un vieux…

- J’ai aucune raison de pas te croire…

- C’est un toubib… Comment j’avais flashé dessus !… Je te lui ai fait un de ces rentre-dedans !… J’étais fourrée à son cabinet trois fois par semaine et je m’y pointais dans de ces tenues !… Il a craqué à la fin… Forcément…

- Tu le vois toujours ?

- Des fois, de temps en temps, ça m’attrape d’y aller… Je m’installe dans la salle d’attente comme une cliente normale et j’attends mon tour… Sa tête quand il me voit !… Comment il les expédie les gens avant moi… Et alors quand il me fait rentrer je peux vous dire que ça perd pas de temps… Vous verriez ce feu d’artifice en plus !… Rien que d’en parler ça me met des frissons partout… Et tiens, vous savez pas ce qu’on pourrait faire un jour ?… C’est que j’y aille et que vous entriez juste derrière moi… On ferait ceux qui se connaissent pas, évidemment… Mais quand je serais à l’intérieur vous seriez le seul à savoir, au milieu des autres gens, ce qu’est en train de se passer… Et après, quand ce serait votre tour, c’est juste là où on viendrait de le faire, lui et moi, que vous vous allongeriez pour qu’il vous examine… Ca vous dirait pas ?… Si ?!… Eh bien alors chiche qu’on le fait !… Demain ?… On y va demain ?...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire