Nombre total de pages vues

lundi 7 septembre 2009

Colocataires ( 4 )

- Celui-là ?…

- Vous croyez ?… Il fait un peu vicieux…

- Justement !… Raison de plus…

- J’ai un peu la trouille quand même… Et si ça se passe mal ?

- Ca peut pas se passer mal… Qu’est-ce tu veux qui arrive ?… Il peut rien arriver… Allez, on y va ?…

Il lui a jeté un bref regard sans expression, nous a laissé tourner à notre guise un long moment dans le magasin…

- Je peux vous aider ?

- On voudrait des sous-vêtements pour Mademoiselle… Quelque chose de bien…

Il a ouvert des boîtes, en a extirpé quantité de lingeries vaporeuses qu’elle a fait voluptueusement couler entre ses doigts…

- Il y a quelque chose qui te plaît ?

- Il y en a plein…

- Il faudrait que tu essaies… Elle peut essayer ?

- Bien sûr !… Bien sûr !… Tenez, la cabine est là-bas… Juste en facede la caisse…

Cabine dont elle a soigneusement tiré le rideau jusqu’au bout de la tringle. J’ai laissé passer un peu de temps et je l’y ai rejointe…

- Ca va comme tu veux ?

- Ca va, oui… Il fait quoi le bonhomme ?

- Il s’est dépêché de revenir à sa caisse. Il quitte pas la cabine des yeux…

Elle était nue, de dos, quand je suis ressorti. En prenant tout mon temps…

- Elle me parle d’un ensemble jaune paille qu’elle a vu tout-à-l’heure…

- C’est celui-ci, là…

Que je lui ai apporté en prenant bien soin de faire glisser le rideau, comme par inadvertance, sur une bonne dizaine de centimètres tandis qu’il regagnait précipitamment sa caisse. J’ai multiplié les allers et retours. Elle a multiplié les essayages. Le rideau s’écartait. Retombait. Virevoltait. Lui, rouge, les yeux brillants, transpirait à grosses gouttes…

Elle a enfin quitté la cabine…

- Je prends ces deux-là…

Le jaune paille et un parme à petites fleurs brodées en relief. Sans jamais lever les yeux sur elle il les a remis dans leurs boîtes qu’il a glissées dans un grand sac plastique. Ses mains tremblaient. Elle n’a même pas attendu d’être dehors pour éclater de rire…




- Je suis désolée…

- De quoi donc ?…

- Pour cette nuit…

- Il y a vraiment pas de quoi…

- Oh ben si, si, attendez, si !… Je suis sûre que vous avez pas fermé l’œil…

- Ca, j’aurais eu du mal…

- Ah, vous voyez !… On devait pas venir là normalement… Si, c’est vrai !… Ca a été tout un concours de circonstances… C’est parce que Martial qu’avait promis de nous ramener, mais que finalement…

- Je m’en fiche !… Ca n’a aucune espèce d’importance… J’ai pas fermé l’œil, non !… Mais c’était loin d’être désagréable… J’ai même beaucoup apprécié… Parce que t’entendre te déchaîner comme tu l’as fait après notre petite équipée-lingerie d’hier après-midi ça avait quelque chose de savoureux… Et de très émouvant…

- Oui, ben pour être déchaînée, j’étais déchaînée… ça on peut pas dire… Déjà que d’habitude !… Mais alors là !… Il se demandait ce qui m’arrivait l’autre… Je lui ai pas dit… Ca le regarde pas… Je l’ai laissé croire que c’était parce qu’il savait y faire… Ce qu’est pas complètement faux d’ailleurs, mais pas complètement vrai non plus… Mais n’empêche que la cabine !… Rien que d’y repenser… On y retournera, hein ?…

- Là ou ailleurs… Il y a des tas d’autres endroits…

- Quand on ira ?

- Quand tu voudras…

- Tout de suite ?!…

- Pourquoi pas ?

- Je vais me préparer…




- Vous savez quoi ?… Eh bien j’ai jamais autant essayé de petites culottes que depuis que j’en porte pratiquement plus !… En tout cas comment c’était bien !… Encore mieux que la première fois…

- Parce qu’il y avait du monde cette fois-ci… Des clients qui en ont largement profité…

- Comment c’était excitant de les sentir tourner autour !… Qu’est-ce qu’ils faisaient ?… Je pouvais pas regarder, moi…

- Qu’est-ce tu voulais qu’ils fassent ?!… Ils adoptaient des stratégies compliquées pour réussir à te mater sans que leurs bonne femmes s’en aperçoivent…

- Ah oui, il y en a une ce regard qu’elle m’a lancé quand je suis sortie !… Et alors ils y sont arrivés ?

- Plus ou moins…

- Je pouvais pas le fermer moins le rideau… Fallait pas exagérer non plus…

- Oh, ça allait très bien… Et puis tu restais suffisamment longtemps sans rien renfiler… Tu leur offrais quantité d’opportunités… Il y en a un en tout cas, dans la cabine juste en face, il avait une vue imprenable et je peux t’assurer qu’il en a pas perdu une miette…

- Celui avec une chemise verte ?… Je l’ai vu celui-là… Il était beau mec en plus !… Faut que je m’en appelle un de mec ça va pas le faire sinon… Il faut…

Nicolas ne répondait pas. Baptiste était désolé, vraiment désolé, mais il pouvait absolument pas…

- Vous pariez qu’il était avec une meuf ?… D’ici à ce que je lui ai mis la pagaille… Bon, ben il reste plus que Martial… Lui, il va pas louper l’occasion… Depuis le temps qu’il en crève d’envie… Bon, vous finissez votre verre… Qu’on y aille…




- Hou la la !… Quelle nuit !… C’est rien de le dire…

Je finissais de me raser. Elle s’est approchée. Nue. Elle s’est installée à mes côtés devant la glace…

- J’ai une de ces têtes !… A faire peur…

Nos épaules se sont effleurées…

- Hola, comment ça grimpe, vous !… Mais c’est pas vrai, ça s’arrêtera pas !… En tout cas je vous fais de l’effet… Vous pouvez pas dire le contraire… J’adore… J’adore ça leur faire faire de l’escalade aux mecs… A vous aussi… C’est pourquoi que vous en avez encore autant envie ?… Parce que vous vous l’êtes pas fait cette nuit en nous entendant ?… Si ?… Ben dis donc !… Pour dire que vous avez votre âge !… C’est quoi alors qui vous met dans un état pareil ?… C’est juste de me voir à poil ou c’est de repenser à comment j’étais déchaînée ?… Vous avez aimé ?… Moi aussi… Vous pouvez pas savoir comment ça m’excitait de penser que vous entendiez tout en plus… Et tiens, ce qu’il faudrait qu’on fasse un jour c’est que je reste sur le canapé en bas avec un mec et que vous assistiez à tout planqué dans la cuisine… Ca vous dirait pas ?… Evidemment que ça vous dirait… J’ai de ces questions, moi !… Bon, mais vous allez pas rester gorgé comme ça pendant des heures !… Qu’est-ce que vous attendez pour vous le faire ?… J’ai bien mérité ça, non, quand même ?!…

Elle s’est tue. Dans la glace son regard a glissé jusqu’à mes doigts qui se sont refermés sur moi, est remonté jusqu’à mes yeux. Descendu. Remonté. Descendu. Resté en bas…

- J’aime bien comme tu le fais… En déshabillant complètement le bout tout doucement à chaque coup…

Dans un murmure…

- Ca y est ?… Ca va sortir, hein !

Elle s’est penchée dessus. Elle est restée penchée. Jusqu’à la fin. Et même après…

- C’est trop comment j’aime ça de vous voir faire… De plus en plus… Bon, mais faut peut-être que je monte retrouver l’autre là-haut… Il doit m’attendre…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire