Nombre total de pages vues

jeudi 10 septembre 2009

Colocataires ( 5 )

- Vous le verriez faire !… Vous retournez pas !… Vous le verriez faire l’autre derrière vous !… Il en peut plus… Si il pouvait y enfourner la tête sous ma robe pour aller y voir !… Et pourtant je lui ai pas encore offert grand chose… Presque rien en fait…

Elle a tourné longuement sa paille dans son verre de limonade, l’a suçotée, mordillée du bout des dents…

- Comment vous m’avez pervertie finalement !…

- Ben voyons, ça va être de ma faute !…

- Si, c’est vrai, hein !… J’étais pas comme ça avant de vous connaître… Enfin si !… Mais je le montrais pas tandis que maintenant… je deviens folle avec tout ça… Non, mais des yeux de fou il fait l’autre… Vraiment des yeux de fou… Ca mérite quand même que je lui en montre un peu plus, non ?… Allez !… Là… T’es content ?… Il a l’air en tout cas… Vous savez ce qu’il attend ?… Ce qu’il espère ?… C’est qu’à un moment ou un autre il va pouvoir apercevoir un bout de culotte… Seulement ça il y a pas de risque parce que moi les culottes maintenant… S’il savait !…

- Ca tient qu’à toi qu’il sache…

- Parce que vous croyez quoi ?… Que je suis pas capable de lui montrer… Alors là vous me connaissez mal !…

- T’as que de la gueule…

- Ah oui ?!… Eh bien c’est ce qu’on va voir…

Elle a lentement, très lentement décroisé les jambes… Les a recroisées encore plus lentement dans l’autre sens…

- Et là ?… Pas calmé ?… Hou la la !… Je l’ai achevé l’autre… Vous verriez sa tête…

Elle s’est levée…

- Bon, allez, on y va… Ca suffit…

On a fait quelques pas sur le trottoir…

- C’est malin de m’obliger à faire des trucs pareils !… Je suis toute trempée maintenant… Faut que je trouve une solution…




La solution elle l’a ramenée sur le canapé du salon…

- Que vous puissiez en profiter depuis la cuisine… Mais vous vous faites pas voir, hein, surtout !… J’aurais bonne mine, moi !…

Un type qu’elle a chevauché avec ardeur… Auquel elle n’a laissé que quelques instants de répit avant de le ranimer et de le rechevaucher… Qui a fini par demander grâce, épuisé… Et qu’elle a flanqué dehors sans ménagement…

- Bon, allez, file maintenant !… J’ai plein de trucs à faire…

Il n’a pas demandé son reste…

- Alors ?… Ca vous a plu ?… Oui… Rien qu’à voir comment vous êtes rouge… N’empêche qu’on a drôlement bien fait de pas coucher ensemble tous les deux parce que comment je suis gourmande quand c’est comme ça… A votre âge ça vous aurait fait sauter la pendule…




Elle a soupiré…

- Bon, allez, faut que je me lance… J’ai un truc à vous dire… Pas marrant… Mais alors là pas marrant du tout… Je vais partir…

- Partir ?… Pourquoi ?… Mais où ça ?…

- A Paris… Ben oui !… Elles sont finies mes études… Et le boulot il a bien fallu que je le prenne là où il se trouve…

- Tu pars quand ?

- A la fin de la semaine… Oh, mais faites pas cette tête-là !… Pour moi non plus c’est vraiment pas drôle… Je m’étais habituée à vous, à nous, à tout ça et puis voilà que… Oh, et puis merde !…

Elle s’est enfuie pour que je ne la voie pas pleurer…




- Vous allez me remplacer ?

- Ca, j’en sais rien du tout !…

- Oui, ben alors là !… Je suis bien tranquille que si vous avez l’occasion vous allez pas la laisser passer… C’est pas vrai peut-être ?… Oh, mais vous pouvez bien le dire, vous savez… Ca m’est complètement égal… Maintenant que je vais plus être là… Et même, tiens, je vous trouve quelqu’un si vous voulez…

- Qui ça ?…

- Une copine à moi… Une petite rousse hyper sympa… Je lui ai raconté pour nous deux ici… Comment ça la tente !… Surtout qu’elle habite un espèce de petit réduit où elle a à peine la place de se tourner… Et c’est pas elle que ça va déranger de se foutre à poil… Alors là !… Encore moins que moi… Je peux vous dire que vous serez pas déçu si elle vient… Ah non alors !… Bon, mais je lui dis quoi ?… Elle attend la réponse… Que c’est oui ?… Hein ?… Evidemment… Ca se refuse pas un truc pareil… Je l’appelle…




- Bon, ben voilà !… C’est notre dernier soir… Comment ça me fout le bourdon, moi !… Vous savez pas ce que je voudrais ?… C’est qu’on fasse un truc là, maintenant, que chaque fois que vous y repenseriez vous soyez obligé de vous sentir tout attendri à cause de moi… Ce serait quoi qui vous ferait ça à vous ?… Vous aimeriez quoi ?… Dites… Choisissez… Ce que vous voulez… Sauf… sauf ce que j’ai toujours dit que je voulais pas…

- Si tu veux me faire vraiment plaisir…

- Oui ?

- Je t’ai vue des dizaines de fois toute nue, mais jamais de tout tout près…

- Vous voulez avoir le nez dessus, quoi !… Eh bien venez !…




- Vous allez le connaître par cœur à force…

- C’est le but…

- Vous allez quand même pas y passer la nuit ?

- Oh, je pourrais… Sans jamais me lasser…

- Tu sais ce que j’aimerais, moi ?

- Dis…

- C’est te faire gicler avec mes doigts pendant que tu regardes… Tu voudrais ?

Je n’ai pas répondu. J’ai changé de position. Tête bêche. Son souffle sur moi. Rapide. Profond. Elle a entrepris un doux va-et-vient. Dans ses anfractuosités rosées des gouttes ont perlé. Sont devenues source. Torrent. J’ai voulu y boire. Elle ne me l’a pas défendu. Elle a sourdement gémi. Elle est venue. Je suis venu…




On a sonné…

- C’est elle… J’y vais… Je vais ouvrir…

Dans l’entrée il y a eu des chuchotements. Un fou rire…

- Je vous présente Mélianne…

Qui était entièrement nue…

- Et je file… Je vous laisse… J’ai horreur des adieux…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire